Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Hervé Thiellement est parti
La Yozone en deuil
12 octobre 1948 - 4 avril 2018


C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris sur Facebook le décès d’Hervé Thiellement. Il n’a jamais fait étalage de la maladie contre laquelle il se battait et que la chimiothérapie ne parvenait pas à éradiquer. Aux côtés de sa femme, son fils et son chat, il s’est éteint chez lui le mercredi 4 avril 2018 au soir. Ce n’était pas que le continuum qui était malade.

Biologiste de formation, Hervé était aussi auteur de romans et de chroniques régulières. À mon arrivée sur la Yozone, il en était un des grands animateurs, écrivant des avis aussi bien sur les romans que les séries télévisées, sous son nom ou son pendant Henri Bademoude. Hervé et Henri, deux faces d’une même personne, la seconde laissant plus de liberté à la première.
J’ai été accueilli les bras ouverts par Hervé qui m’a beaucoup appris par ses remarques pertinentes. Entre ses chroniques et ses relectures, il me semblait infatigable, toujours présent pour éclairer les lecteurs ou téléspectateurs dans leurs choix.
Et il n’avait pas sa langue dans la poche, n’hésitant pas à donner un avis négatif, quitte à déplaire à certains. Cela lui a valu plus d’un mail peu élogieux pour peu qu’il ait éreinté une série pour adolescents. Pourtant, en homme de convictions, Hervé tenait bon le cap. Je me souviens qu’il préférait la science-fiction à la fantasy, me la laissant volontiers à mes débuts. Cela me fait encore sourire aujourd’hui, je n’en ai jamais autant lu qu’à l’époque !
Ce n’était pas toujours facile, car Hervé était un homme entier, il avait ses idées, les autres pas toujours les mêmes et les frictions étaient alors inévitables. La brouille de trop, le mail assassin de trop par quelqu’un qui aurait pu être son petit-fils, l’envie de passer à autre chose... en tout cas, Hervé a tourné la page Yozone. Si je l’ai regretté, je ne lui en ai jamais voulu, restant en contact avec lui.

Il a poursuivi ses chroniques bademoudienne sur un blog et puis il a livré la version définitive du « Monde de Fernando ». Il s’est aussi lancé dans le space opéra avec une trilogie mettant en scène l’anibulle Labette et son équipage disparate. Dans ses écrits, il faisait preuve d’humour et d’humanité comme dans la vie.

JPEG - 55.2 ko

Je l’ai toujours connu avec sa moustache qu’il arborait fièrement. Il se plaisait aussi sur sa page Facebook à poster des photos de son chat, l’image même du bonheur.
Hervé nous a quittés à l’âge de 69 ans. Comme beaucoup, j’en suis très triste, ses anciens collaborateurs de la Yozone le sont aussi, comme ceux qui l’ont côtoyé et ont retenu sa gentillesse et sa disponibilité. Il restera à tout jamais présent dans les mémoires.
Les membres de la Yozone adressent toutes leurs pensées à la famille d’Hervé.

Amigo, tu nous manques...


Hervé Thiellement sur la Yozone :
Les aventures de Gont et Labette
- « Le Dieu était dans la lune »
- « Multiple était la Lune »
- « Le continuum était malade »

- « Le Monde de Fernando », l’intégrale
- la chronique du tome 1 du Monde de Fernando : « Les Souterriens »
- la chronique du tome 2 du Monde de Fernando : « Les Hybrides »
- un entretien avec Hervé Thiellement


Photo issue de son profil Facebook


François Schnebelen
8 avril 2018






JPEG - 65.4 ko



JPEG - 20.4 ko



JPEG - 28 ko



JPEG - 24.7 ko



WebAnalytics