YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Là où nait la brume
Christian Perrissin et Christophe Gaultier
Rue de Sèvres

Josh, petite trentaine baroudeuse et tatouée, a récemment quitté la Marine. Sac au dos, il trace sa route à travers la campagne de l’île de Terre-Neuve. Le climat y est rugueux, comme la vie sur place. Il part à la recherche de son père qui s’y est installé et a disparu, à défaut d’affronter ses fantômes. À moins que Ruthie-Jane, qui semble plus douée pour la vie que lui, ne le pousse à se rechercher lui-même. Mais les brumes sont tenaces en Terre-Neuve, et la route toujours tentante.



« J’ai toujours pensé que ce sont les choses qu’on ne choisit pas qui font de nous des hommes. Notre ville, notre quartier, notre famille. Mais quand on n’a plus de famille et qu’on en est venu à détester sa ville et et son quartier, qu’est-ce qui nous reste ? »

“Là où nait la brume” s’ouvre sur les souvenirs d’enfance traumatisants de Josh. Pêcheur rustre et violent, son père le jette en pleine mer agitée pour l’endurcir. N’en pouvant plus, Josh essaye de se hisser dans la barque, mais son père le frappe avec la pagaie.

PNG - 354.7 ko

Il coule à pic, j’en ai encore la chair de poule... Arrivé sur la terre ferme, il raconte tout à sa mère, mais rien n’y fait, il doit accepter l’inacceptable.

PNG - 340.9 ko

Aujourd’hui adulte, Josh revient sur les traces de son passé, en quête d’un sens à sa vie. Sans repères, il s’est fait jeter des Marines et cherche à se reconstruire dans ce coin paumé de l’Ile de Terre-Neuve. Malgré la rancœur encore présente, il a besoin de revoir son père, ce solitaire exilé au milieu de nulle part. Après de longues heures d’errance, il retrouve le vieux bungalow de son père, vide avec le cadavre de son chien. Tout est à l’abandon, il doit découvrir ce qui s’est passé et retrouver son père.

PNG - 310 ko

Habitué des voyages, Christian Perrissin nous emmène cette fois dans les contrées perdues d’une île canadienne. Après les chaleurs tropicales de “El Nino”, “Cap Horn” ou “Les Munroe”, bienvenue dans le climat humide de Terre-Neuve. La quête de Josh Slocombe commence au milieu de nulle part, en plein cœur de paysages hostiles. Il se doit de revenir sur son passé pour essayer de se construire enfin. La découverte du chien mort l’interroge, il comprend qu’il est arrivé quelque chose à son père, il n’aurait jamais abandonné son unique et fidèle compagnon. Il apprend au fur et à mesure des choses sur le passé de son père et en ressort grandi.

PNG - 348.9 ko

Son ouverture vers les autres et la présence d’une infirmière vont également l’aider à sortir de sa sinistrose. Le trait épais de Christophe Gaultier noircit encore plus ce monde rude et sombre, appuyé par les belles couleurs froides de Marie Galopin. La mer en mouvement est parfaitement dessinée, contrairement à certaines vues sans relief qui pêchent un peu, mais c’est de l’ordre du détail.

Josh ne sait pas où il va, il se cherche à travers l’histoire de son père. Il l’a fait souffrir, doit-il vraiment le retrouver coûte que coûte ? Quoi qu’il en soit, “Là où nait la brume” est un magnifique voyage initiatique qui ne laisse pas de marbre.

Bon voyage !


Là où nait la brume
- Scénario : Christian Perrissin
- Dessins : Christophe Gaultier
- Couleurs : Marie Galopin
- Éditeur : Rue de Sèvres
- Format : 24 x 32 cm
- Pagination : 72 pages couleurs
- Dépôt légal : 23 août 2017
- Numéro ISBN : 9782369811008
- Prix public : 17 €


A lire sur la yozone :
El Nino (T6)
__________________________________________________________________
Illustrations © Christophe Gaultier et Éditions Rue de Sèvres (2017)


Anne Schnebelen
4 avril 2018






PNG - 150.4 ko



PNG - 90.8 ko



PNG - 95.6 ko



PNG - 101 ko



PNG - 130.7 ko



PNG - 155.2 ko



PNG - 128.9 ko



WebAnalytics