YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Devil Devised Departure (T2 et 3)
Shinsen Tokugawa
Pika

Deux ans ont passé depuis que Julíus a fui Garlonia et a appris à devenir un vrai Devil Devised, s’entraînant sous les conseils de son démon, Trick Star. A force de victoires et de combats, Julíus est devenu une légende dans le royaume d’Urvala. Toutefois, ce n’est pas la gloire que recherche notre jeune héros mais détruire le mal qui ronge Garlonia et sauver son frère et sa sœur. Seulement Trick Star n’apprécie guère le côté justicier de Julíus. Le démon a une soif de vengeance à assouvir et n’a pas vraiment de temps à perdre à jour les défenseurs des faibles. Que ces humains peuvent être énervants par de nombreux aspects. Leur prochaine destination est le royaume de Copoland. Malgré l’envoi d’éclaireurs, ce qu’il se passe dans ce royaume demeure un mystère car un mystérieux nuage noir massacre tous ceux tentant de passer les frontières de Copoland. Accompagné de Cocongo le grand, Julíus décide de tenter sa chance et il ne tarde pas de découvrir ce que cache ce nuage noir...



Garlonia est devenu le plus puissant des royaumes grâce à son armée. Mais ses habitants n’imaginent pas que les chevaliers noirs sont en réalité des démons qui n’ont qu’un seul but : l’éradication de l’espèce humaine. Le grand héros Michael est en fait le démon Dalian. L’âme du garçon est emprisonnée dans son propre corps et ne parvient à entrer en contact avec l’extérieur que dans de rares occasions. Le démon le supporte uniquement parce qu’il est lié à son corps et ne peut donc s’en débarrasser totalement. Mais il sait comment le faire souffrir. De simples images montrant Julíus se faire dévorer par un requin volant devraient largement faire l’affaire. Le dernier espoir du garçon s’est envolé dans le petit royaume de Copoland... en tout cas, c’est ce que tout le monde croit, mais en réalité Julíus est toujours vivant, dans l’estomac du monstre. Il a perdu son bras gauche, celui contenant son démon, Trick Star, et sa situation n’est vraiment pas très enviable.

JPEG - 114.2 ko

Suite et fin de cette mini-série qui était plutôt prometteuse. Réussir à maîtriser le déroulé d’un triptyque est loin d’être évident et pourtant Shinsen Tokugawa est parvenu à trouver cet équilibre subtil permettant de créer du suspense, des révélations tout en développant des personnages. Shinsen Tokugawa s’est toutefois limité à un nombre raisonnable de personnages secondaires, hors fratrie des Dianans. Dans tout bon shonen, le héros se doit d’avoir des compagnons durant sa quête. Le premier tome avait clairement défini le but de Julíus, même si le lien entre Trick Star et le démon Dalian n’était pas encore bien défini. Le tome 2 jouait beaucoup sur la carte des inévitables rencontres à la fois d’alliés et d’ennemis qui parsèment le voyage du héros. Il y aura la dose nécessaire de trahison, de faux semblants pour agrémenter le suspens. Mais l’auteur va également justifier l’apparence animal de ses démons par une ferveur écologique que l’on a déjà rencontré sur des titres comme VS, versus Earth. J’avoue n’avoir pas vraiment adhéré à cette espèce de vengeance animalière dont je vous laisse découvrir l’explication. Car si le thème est largement développé dans le tome 2, il disparaît peu à peu dans le tome 3 jusqu’à la conclusion de la mini-série.

Rester sur une invasion de démons aurait été plus simple certes, mais dans une version triptyque, cela évite de générer une certaine frustration chez le lecteur qui comprend en entamant le tome 3 que le thème écologique aura fait long feu pour revenir à un développement plus classique avec l’ultime combat entre les deux frères et leur démon respectif. Et le pauvre Julíus partira largement désavantagé après son épisode avec le requin volant. Il faut bien avouer que Shinsen Tokugawa a inventé des monstres particulièrement originaux comme les créatures vivant dans l’estomac du requin volant. Julíus va devoir faire travailler ses méninges plus que sa force pour s’en sortir et enfin pouvoir affronter son frère. Même si Shinsen Tokugawa accélère fortement son histoire dans le dernier tome, il parvient à lui garder une véritable cohérence. Notre héros va se retrouver devant un choix cornélien mais des plus classiques et la conclusion pourra en surprendre quelques-uns car sortant des « happy end » trop fréquents dans les shonen. Mais attention, le mangaka nous réserve une ultime surprise ouvrant son histoire sur évidemment la possibilité d’une suite, même si elle n’a quasiment aucune chance d’exister. En tout cas, Shinsen Tokugawa, hormis sa tentative peu convaincante à mon goût d’introduire une forme d’environnementalisme de façade, sera parvenu à nous concocter une sympathique histoire qui aura bien tenu la route.

“Devil Devised Departure” aurait certainement mérité un développement plus long mais cette mini-série a rempli sa mission de nous divertir en étant originale. C’est déjà énorme !


Devil Devised Departure (T2 et 3)
- Auteur : Shinsen Tokugawa
- Traducteur  : Aurélien Estager
- Éditeur français : Pika
- Format : 120 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 5 juillet et 20 septembre 2017
- Numéro IBSN : 9782811635589 ; 9782811635596
- Prix : 6,95 €


A lire sur la Yozone :
Devil Devised Departure (T1)


DEVIL DEVISED DEPARTURE © Shinsen Tokugawa / Kodansha Ltd.
© Edition Pika - Tous droits réservés


Frédéric Leray
7 janvier 2018






JPEG - 33.3 ko



JPEG - 36.3 ko



JPEG - 33.5 ko



JPEG - 34.7 ko



JPEG - 31.5 ko



JPEG - 35.2 ko



WebAnalytics