YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Richard Corben - Fantastique Grand Prix à Angoulême
45e Festival International de la Bande Dessinée - Angoulême
24 janvier 2018

Dans les années 70, je l’ai découvert dans les pages de Métal Hurlant (notamment avec “Den”) dont il deviendra l’un des auteurs emblématiques, aux côtés de Druillet ou Moebius, ou encore dans Actuel, L’Echo des Savanes Spécial USA, puis USA magazine.
Quelle claque !
Richard « Mozart » Corben s’est posé au milieu de nous comme un pic extraterrestre. Il trône depuis longtemps sur le champ mouvant et bariolé de la BD planétaire, comme la statue du commandeur, monolithe étrange, sublime visiteur, énigme solitaire. Cette citation de Moebius résume parfaitement l’émotion ressentie à l’époque des découvertes successives de ses pages géniales gonflée d’un style ultra-réaliste et d’une sexualité exacerbée. Fantastique et science-fiction sont ses territoires de prédilection, dans un esprit Pulps qu’il gardera toujours à l’esprit.

Richard Corben est salué aujourd’hui par Angoulême. Une belle et sacrée surprise pour un dessinateur dont on peut découvrir ou redécouvrir le style inimitable grâce aux éditions Delirium (“Esprits des morts & autres récits d’Edgar Allan Poe”, “Ratgod”) ou à ses participations à l’univers Hellboy (Delcourt).



Il succède donc à Cosey et à d’autres grands noms de la BD américaine (Art Spiegelman en 2011, Bill Watterson en 2014), en tant que Grand Prix 2018 du Festival, au terme d’un vote qui a réuni 1341 auteurs de bande dessinée.
Il se passe vraiment des choses intéressantes à Angoulême depuis quelques années, et quand beaucoup attendaient Chris Ware ou Emmanuel Guibert, on peut dire que ce Grand prix 2018 surprend autant qu’il fait plaisir.

JPEG - 227.4 ko

Il salue un artiste qui a sans cesse fréquenté les eaux troubles d’un fantastique qu’il a véritablement magnifié au fil de ses adaptations d’Edgar Allan Poe (“La Chute de la maison Usher”, “Le Masque de la mort rouge”, “Le Corbeau”) et d’une multitude de récits au format court, là où il excelle, dans un style véritablement unique et identifiable. “Den”, “Vic & Blood”, “Mondes Mutants” font partie des classiques qu’il a imaginés entre fantastique et science-fiction. Grand contributeur des revues cultes Creepy, Eerie ou Vampirella, il a beaucoup travaillé pour Heavy Metal (version américaine de Métal Hurlant) et les grands groupes d’édition américains comme DC/Vertigo, Marvel ou Dark Horse. On retrouve son trait inimitable au sommaire de “Luke Cage”, “The Punisher”, “Hulk” ou encore “Hellboy”.

Alors, n’imaginez surtout pas qu’il est un artiste du passé, la récente parution de “Ratgod” (Delirium, 2016) vous rappellera que Richard Corben est unique lorsqu’il s’agit de se glisser entre horreur pure et humour noir pour rendre hommage à l’œuvre d’Howard Phillips Lovecraft. Et que chaque nouvelle aventure est pour lui un nouveau défi à relever.
D’ailleurs, les albums “Esprits des morts & autres récits d’Edgar Allan Poe” et “Ratgod” ont tout deux fait partie de sélections officielles pour Angoulême.

Quelle affiche à venir mes amis pour 2019 ! Un futur grand moment pour les amateurs de « mauvais genres » et pour beaucoup un futur collector !


Liens très utiles :
Le site du 45e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême
Le site des Éditions Delirium

À lire sur la Yozone :
L’image du jour... Richard Corben, le fantastique fait roi...
B.P.R.D. Origines Volume 3
B.P.R.D. Origines (Volume III)
Hellboy (T15) Au Mexique
Comics 2016 : la sélection


Illustrations © Richard Corben et Éditions Delirium


Fabrice Leduc
24 janvier 2018






JPEG - 55.6 ko



PNG - 146.8 ko



JPEG - 81.5 ko



PNG - 74 ko



WebAnalytics