Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Mirages, L’Appel de Cthulhu, Sombres Féeries et autres Beaux Livres de 2017
Art books, Biographie en Images et autres livres illustrés... pour se faire plaisir.
Bragelonne, Daniel Maghen, Hugo Desinge, Akileos, Le Lombard

On le sait, l’édition de Beaux Livres est en folie quand s’approchent les fêtes de fin d’année. Et ce dans une multitude de thématiques qui tourneront autour du cinéma, du jeu, du voyage, de la nature, du design, de la musique, de la cuisine, des icônes de la Pop culture et de bien d’autres univers. Car beaucoup d’achats vont se réaliser pour faire plaisir à un proche, en essayant de toucher en plein dans le mille de sa passion la plus folle.
Art books, livres-objets, coffrets, rivalisent d’imagination, mariant même parfois certaines de ces thématiques pour présenter le plus beau des cadeaux qui fera tilt à coup sûr !

Allez, on déroule le tapis, et on grimpe sur l’étagère...



L’Appel de Cthulhu, par Lovecraft et François Baranger

Si je le cite en titre et en parle d’entrée de chronique, c’est que ce livre m’a beaucoup marqué, voire impressionné. Re-lire Lovecraft est toujours intéressant - même si on peut émettre des réserves quant au racisme de l’auteur (l’éditeur le signale d ailleurs en fin d’ouvrage) - et notamment ce The Call of Cthulhu, formidable descente dans l’effroi qui place l’homme face à une peur viscérale devant une force inconnue dépassant toutes ses connaissances du monde qui l’entoure. Écrit en 1926, publié en février 1928 dans le magazine Weird Tales, ce texte est toujours d’une force incroyable, long crescendo vers une horreur que l’esprit humain ne peut appréhender. La porte vers la folie est grande ouverte...

JPEG - 319.3 ko

Mais l’intérêt premier de ce très beau livre est qu’il propose une vision illustrée qui accompagne à merveille ce texte qui a fait les beaux jours des amateurs de jeux de rôle. Et si on s’écarte des multiples déclinaisons de jeux Call of Cthulhu, François Baranger est le premier à proposer des peintures d’une telle force, qui mêlent cette indicible peur, cette menace oppressante et obsédante qui court tout au long du texte jusqu’à l’effroyable découverte de R’lyeh, la cauchemardesque cité-nécropole où s’éveille cette entité non-humaine qui annonce la fin de l’humanité.
Le travail de l’illustrateur est impressionnant, dans un ouvrage de grand format (27.2 x 35.8 cm) où il magnifie l’horreur lovecraftienne en de somptueuses doubles pages.
C’est aussi impressionnant qu’incontournable pour tout amateur du reclus de Providence, tant le travail titanesque de François Baranger met en relief l’imaginaire horrifique d’un auteur qui a inspiré de nombreux écrivains de fantastique tel Stephen King.
François Baranger a véritablement réveillé Cthulhu ! Et ce qui me réjouit, c’est qu’il prévoit d’autres adaptations illustrées de l’œuvre de Lovecraft !
Un double plaisir en perspective : relire Lovecraft et se délecter des « monstrueuses » illustrations de François Baranger.

(L’Appel de Cthulhu, par François Baranger et Lovecraft
Éditions Bragelonne, 64 pages couleurs, 24,90 €)

Mirages, une somptueuse Biographie en Images de Will

Tibet, Maurice Tilleux, Bernard Cosey, André Juillard et Laurent Vicomte, autant de Biographies en Images remarquables sur des auteurs majeurs de la bande dessinée franco-belge. Des livres témoignages que s’ingénie à concevoir et à réaliser Vincent Odin, l’homme-orchestre de ces bijoux d’ouvrages édités chez Daniel Maghen. En cette fin d’année, c’est Will, qui est l’invité d’honneur de cette collection de référence, qui nous livre tous les secrets d’une vie passée à dessiner, peindre, essayer toujours d’améliorer son talent, pour faire plaisir et se faire plaisir. Né Willy Maltaite, Will a retardé le moment de faire de la bande dessinée car ce qu’il souhaitait, c’était « peindre des femmes, jolies de préférence ».
Aussi ce livre s’ouvre et se ferme sur des portraits de femmes. Les premiers réalisés en fin d’années 40, les derniers peu avant l’an 2000. Entre ces époques, toute une vie se déroule, méthodiquement, chronologiquement, à partir d’une multitude d’interviews réalisées entre 1969 et 1998, dont Vincent Odin a soigneusement sélectionné des extraits pour les mettre en écho avec une multitude d’illustrations qui parcourent toute une œuvre.

JPEG - 201.9 ko

Les chapitres sont d’inégales épaisseurs, avec d’impressionnants « dossiers » comme celui de la série Tif et Tondu, énorme dans la carrière de Will, ou la création d’Isabelle, les formidables albums réalisés avec Stephen Desberg (le jardin de Will que je préfère) ou ces Belles qu’il aimait tant dessiner et peindre.
Le travail sur ce livre est en tout point remarquable, immergeant le lecteur dans une somme d’informations et d’instant délicieux qui sont superbement mis en valeur par ce travail de journaliste, de biographe et de designer que réunit avec beaucoup de justesse et de talent Vincent Odin. Quel que soit l’auteur et l’intérêt que je peux lui porter, chaque Biographie en Images m’a toujours autant impressionné que totalement passionné. En plus d’être de véritables livres « charnels », par la qualité et les choix de couleurs, de grammages divers de papiers, ils sont de somptueux hommages à des artistes qui dépassent leur statut d’acteurs de la bande dessinée pour nous faire accéder à une palette infiniment plus subtile et variée de leurs talents, plaçant toujours l’homme au cœur de l’œuvre.
Ce “Mirages” dédié à Will est une réussite absolue.

(Mirages, Biographie en Images sur Will, par Vincent Odin
Éditions Daniel Maghen, 408 pages couleurs, 59 €)

La discothèque secrète de Philippe Manœuvre

Avec ce livre à la couverture noire qui laisse imaginer un disque vinyle tourner sur la platine d’un Philippe Manœuvre avide de découverte, puisque ses célèbres lunettes trônent en très gros juste sous son nom, le célèbre journaliste rock nous ouvre à une collection étrange de disques qu’il définit comme Collector. Mais pas dans le sens d’une rareté qui vaut une fortune, non, ceux-là sont dans la catégorie Culte, mais plutôt parce qu’ils sont assez rares car ils ont loupé leur cible à leur sortie, pour de multiples raisons qu’il explique très bien. Ainsi, a-t-il extirpé 111 albums de sa collection personnelle, des albums traversant les époques, de 1963 à 2015, présentés chronologiquement dans un projet trans-genres se baladant entre classic rock, punk, soul, glam, pop, acid folk, psyché, blues, country, grunge, britpop.

JPEG - 205.2 ko

Alors, si vous ne connaissez pas Don Covery & The Jefferson Lemon Blues Band, pas plus que Taste, Redbone, Johnny Jenkins, Ruth Copeland, Don Nix ou Les Go-Go Pigalles (celui-là, je l’ai !), sachez que derrière ces noms se cachent de nombreuses pépites que la gouaille de Maneuvre vous donnera forcément envie d’écouter. Derrière chaque album, affiché avec recto et verso de la pochette en double page, il déroule des histoires, parfois invraisemblables, avec de véritables catastrophes industrielles, des personnalités improbables et quelques losers magnifiques. Un livre très réussi, qu’on picore à partir d’un nom, d’une époque, qui interpellent et donnent chaque fois envie d’en savoir encore un peu plus au sein de cette « anthologie des petits, des humbles, des obscurs, des moches, camionneurs, dealers, rockers invendus, bradés, soldés et autres rois de la lose ».
Un super bouquin au goût très rock. Et du très bon Maneuvre !

(La discothèque secrète de Philippe Manœuvre
Éditions Hugo Desinge, 216 pages couleurs, 25 €)

Le cinéma revisité par les illustrateurs

“Affiches Clandestines” est un de ces livres où des artistes graphistes ou designers donnent leur interprétation d’une affiche de cinéma telle qu’il l’imaginent sur des titres de films souvent mythiques. Dans l’esprit du chef de file du genre qu’est l’éditeur Mondo, ils créent pour des tirages souvent limités, vendus à des prix de 20 à 30 $ mais qui peuvent parfois atteindre des petits fortunes dans le milieu des collectionneurs. Comme le dit l’auteur du livre, Matthew Chojnacki, cet art de l’affiche s’est perdu dans les années 70-80, abandonnant l’inventivité des artistes comme les légendaires Drew Struzan (Star Wars, Retour vers le Futur, Les Aventuriers de l’Arche perdue...) ou Saul Bass (Anatomie d’un Meurtre, L’Homme au bras d’or) pour devenir d’immenses placards photographiques montrant surtout les stars du film.

JPEG - 333.9 ko

“Alien”, par Godmachine (Royaume-Uni)

Il s’est ingénié à explorer plus de mille images pour en proposer une grosse centaine qui rendent hommage, sous une affiche en pleine page, à l’inventivité et à la créativité d’artistes dont il explique brièvement les choix, les intentions, les techniques, le profil, nous donnant même des liens pour mieux partager avec eux nos ressentis par rapport à leur travail.
Aujourd’hui, il y a un boom sur ce type de travail, de nombreuses commandes sont réalisées pour des festivals, des revues, des galeries d’art... certaines ont spécialement été crées pour cet ouvrage.
Soyez curieux, ces “Affiches Clandestines” le méritent.

(Affiches Clandestines, par Matthew Chojnacki
Éditions Akileos, 208 pages couleurs, 35 €)

SFX, la bible des effets spéciaux

2 siècles d’histoires sur les effets spéciaux que les hommes ont souhaité ajouter à la réalité pour la rendre magique. Voilà le formidable challenge que veut relever le livre de Pascal Pinteau. Livre, plutôt bible tant l’ouvrage est imposant, massif, lourd même, apportant un œil curieux et passionné sur l’évolution des premières illusions et simulacres de vie imaginés si loin dans l’aventure humaine, jusqu’aux effets les plus spectaculaires créés pour le cinéma et les séries TV de l’année 2015.
Pascal Pinteau a été émerveillé et impressionné, à l’âge de 7 ans par le fameux monstre de bronze de « Jason et les Argonautes ». Et comme il eut la chance de rencontrer le fameux Ray Harryhausen, sa curiosité envers la magie des effets spéciaux continua à l’emmener toujours plus loin, sur le chemin des techniques incroyables qui parsèment l’histoire di cinéma comme de l’animation.

JPEG - 117.6 ko

Automates, effets de théâtre, miniaturistes, maquettistes, dessinateurs, peintres, jusqu’à l’avènement du numérique et de la 3D, tous les génies des effets spéciaux sont là, dans une profusion d’anecdotes, de détails, d’interviews et une multitude d’archives illustrées.
Quel livre, révélateur d’un formidable artisanat du merveilleux jusqu’aux portes des effets les plus modernes ! Et Pascal Pineau en promet d’autres, pour actualiser tous les deux ou trois ans les nouvelles évolutions de cet art dont les noms des petits génies qui le portent restent souvent méconnus du grand public.
Les lecteurs de cet ouvrage découvriront en note finale, un accès exclusif leur permettant d’obtenir quelques secrets supplémentaires sur le site effets.spéciaux.info.
Énorme !

(SFX, effets spéciaux, par Pascal Pinteau
Éditions Bragelonne, 848 pages couleurs, 55 €)

Sombres Féeries et autres recoins enténébrés

Pascal Moguérou a déjà enchanté de très nombreuses de nos soirées, passées à découvrir les mystères et autres petits êtres peuplant Féerie. Souvenez vous de son délicieux Sketchbook chez Au Bord des Continents en 2008, ou de 2012 quand il nous avait régalé avec “Le fabuleux abéféedaire farfelu”, premier album publié au Lombard. Il récidive cette année avec “Sombres Féeries”, pour un ouvrage qui, dès sa couverture, annonce son caractère effrayant. C’est qu’il a décidé de nous montrer ce qui pouvait se cacher derrière ces fables de notre enfance, ces terreurs éprouvées qu’on s’empressait de calmer pour que nos nuits ne soient pas trop agitées. Car ces démons, ces monstres répugnants qui règnent sur les ténèbres et dont on ne murmure le nom qu’avec réticence ne font pas partie d’un folklore né dans les ombres des premiers feux de l’humanité.

JPEG - 238 ko

Non, car Pascal Moguérou est allé au-delà des soi-disantes superstitions colportées par des esprits terrifiés, naïfs et ignorants. Oui, il sait, car il connaît parfaitement bien le monde de Féerie et, surtout, ne cesse de l’explorer, y compris dans ses plus lugubres recoins où vivent les ombres vivantes ou les mange-ténèbres. Ouvrez les pages de ce livre, écoutez la plainte lugubre du vent du nord, regardez ployer la forêt sous la bise glacée, et souhaitez ne croiser ni stryges, ghoules ou harpies. Point de recommandation, c’est inutile, les dangers sont multiples, sous le trait et la plume sombres mais toujours aussi fantaisistes de ce conteur-illustrateur magnifique.

PNG - 158.2 ko

Brrrr !Petits ou grands, précipitez-vous, venez prendre peur en ces “Sombres Féeries”, car votre plus grand regret sera juste que ce cauchemar s’arrête !

(Sombres Féeries, par Pascal Moguérou
Éditions Le Lombard, 96 pages couleurs, 29,95 €)


À lire sur la Yozone :
The Call of Cthulhu, par François Baranger
Will, couvertures de Tif et Tondu en mode Mirages
Will, l’exposition Mirages
Pascal Moguérou - Sketchbook


Illustrations et photos © Auteurs, illustrateurs et ayants droits


Fabrice Leduc
27 décembre 2017



JPEG - 46.1 ko
L’Appel de Cthulhu



JPEG - 256.2 ko



JPEG - 256.5 ko



JPEG - 36.6 ko



JPEG - 54.3 ko



JPEG - 67.8 ko



JPEG - 88.8 ko



JPEG - 34.9 ko



JPEG - 57.2 ko



JPEG - 57.9 ko



JPEG - 89.4 ko



PNG - 108.7 ko
A Nightmare on Elm Street 3, par Jason Edminston (Canada)



JPEG - 78 ko
MS. 45, par James Rheem Davis (Etats-Unis)



JPEG - 79.9 ko



JPEG - 56.4 ko



JPEG - 49.8 ko



JPEG - 77.5 ko



PNG - 57.3 ko



PNG - 158.2 ko



JPEG - 70.3 ko



WebAnalytics