YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Alex + Ada (T2)
Sarah Vaughn et Jonathan Luna
Delcourt Comics

Alex a choisi de débrider l’androïde Tanaka X5 reçu de sa grand-mère. Il ne pouvait admettre que cette dernière n’obéisse qu’à sa programmation et n’ait pas de libre arbitre. Il a ainsi permis à Ada d’exister par elle-même.
À présent, elle découvre un monde différent où elle a tout à apprendre. Qu’aime-t-elle manger ? Que souhaite-t-elle faire ? Toutefois, il leur faut rester prudent, car la modification effectuée est illégale et la politique devient beaucoup plus répressive envers les contrevenants. Depuis quelques dysfonctionnements, il existe une réelle psychose envers les androïdes en qui beaucoup voient une menace. La chasse aux sorcières est ouverte.
Avec son accès à la conscience, Ada éprouve des sentiments. De son côté, Alex se méfie des siens, il a connu une telle désillusion quand Claire, une ex, l’a quitté sans un mot.



JPEG - 34.8 ko

Ce deuxième tome, contenant les épisodes US de 6 à 10, est dans la droite lignée du premier : un scénario intelligent posant le problème de la place dans la société des robots, pour certains à l’aspect si humain qu’il ne leur manque que la conscience pour tromper tout le monde. Ce n’est pas pour rien qu’ils sont marqués telles des bêtes. Il suffit de voir la réaction de la voisine d’Alex entamant la discussion avec Ada jusqu’à ce qu’elle constate qu’il s’agit d’un androïde, pour comprendre que de nombreuses personnes ne sont pas prêtes au changement.
Maintenant qu’Ada est débridée, la vie se complique d’un coup, Alex se retrouve face à un être sans existence légale mais au comportement humain. Il n’est pas insensible aux charmes et à la personnalité dévoilée par Ada, mais l’avenir lui fait peur. Elle doit cacher sa nouvelle condition et il craint qu’elle ne le quitte comme Claire. Aussi cherche-t-il à se protéger, ce qui a l’effet inverse de celui espéré.
Point de vue scénario, les bonnes questions sont soulevées, rejoignant par là le film Blade Runner et la série “Real Humans”. La comparaison en quatrième de couverture n’est en rien usurpée quant au sujet.

JPEG - 32.3 ko

Pour le graphisme, il en est tout autre. Jonathan Luna n’enchante guère les rétines. Le dessin s’avère froid, clinique, comme le découpage en bandes ou en carrés de la même taille. Juste feuilleter l’album ne donne vraiment pas envie de le lire. Les expressions des visages sont pauvres, stéréotypées. Parfois, des cases identiques se suivent, différant juste au niveau des dialogues. Les copier/coller doivent fonctionner à plein ! Peu de détails, pour ne pas dire aucun, rehaussent l’ensemble. Et parfois c’est l’avalanche de dialogues écrits petit dans des bulles se répondant comme dans une partie de ping-pong, sans qu’il soit aisé de suivre l’ordre des échanges. La plastique d’Ada ne suffit pas à oublier la pauvreté du graphisme. Est-ce une volonté délibérée d’exposer une société future déshumanisée, clinique, robotique ayant supprimé le superflu ? Allez savoir !

JPEG - 26.8 ko

Malgré ce constat, je n’en attends pas moins avec impatience la suite et fin de la trilogie “Alex + Ada”. Le sujet n’est pas sans rappeler l’émergence des Intelligences Artificielles, la recherche actuelle pose déjà des questions d’actualité sur l’avenir de cette science et ses débouchés. Des films comme Terminator n’ont pas fini d’inquiéter les pessimistes, voyant le diable là où surgit le progrès.
La question de l’accès à la conscience fait oublier le minimalisme du dessin à tous les stades. D’ailleurs, on pourrait croire que Jonathan Luna raisonne en plan cinéma ! Malgré cet aspect, “Alex + Ada” passionne, les lecteurs ne peuvent s’empêcher de suivre les deux personnages centraux, se demandant ce que l’avenir leur réserve et ce, non sans inquiétude, car l’histoire est belle, touchante, même si un brin naïve.

JPEG - 28 ko

Voilà donc un comics qui demande l’effort de franchir le pas en ne s’arrêtant pas aux simples apparences. L’intelligence du propos et l’intérêt du sujet invitent à la lecture et au questionnement. Comment l’homme cohabitera-t-il avec les machines ? Certains accepteront le nouvel ordre, alors que d’autres le rejetteront en bloc, cherchant même à faire machine arrière. Tout est question de point de vue.

La lecture d’“Alex + Ada” n’en est que plus salutaire.


Alex + Ada (T2)
- Scénario : Sarah Vaughn, Jonathan Luna
- Dessin et couleurs : Jonathan Luna
- Traduction : Arthur Clare
- Éditeur : Delcourt Comics
- Collection : Contrebande
- Dépôt légal : 5 juillet 2017
- Format : 17,4 x 26,4 cm
- Pagination : 128 pages couleurs
- Numéro ISBN : 9782756065328
- Prix public : 15,50 €


À lire sur la Yozone :
Alex + Ada (T1)
Girls (T4) à mort les hommes !

Lien utile :
Le site de Jonathan Luna


Illustrations © Jonathan Luna et Éditions Delcourt (2017)


François Schnebelen
22 novembre 2017






JPEG - 22.7 ko



JPEG - 30.9 ko



JPEG - 21.5 ko



PNG - 341.8 ko



JPEG - 14.8 ko



JPEG - 22.8 ko



WebAnalytics