YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Plaie (La)
Nathalie Henneberg
L’Atalante, La petite Dentelle, roman (France, 1964), science-fiction, septembre 2017, 10€

Chant du cygne du Rayon Fantastique en 1964, « La Plaie », monumentale épopée cosmique, connaît aujourd’hui une troisième réédition sous l’égide de L’Atalante.



L’action se situe au trentième siècle, alors que la Terre plie sous les assauts des Nocturnes, porteurs de la Plaie. Celle-ci est morale : elle désagrège la société, elle se repaît du malheur, de la souffrance, du mal, elle détruit par plaisir. Elle étend son emprise sur l’univers, le faisant basculer pas à pas dans le chaos, dans l’enfer.
L’humanité s’est répandue entre les étoiles et la résistance tente tant bien que mal de s’organiser, mais la lutte semble vaine face à l’ampleur de la pandémie, même si l’espoir réside dans les pouvoirs surhumains de quelques individus. Ceux-ci découvriront l’étendue de leurs capacités à l’issue de bien des péripéties. Ils dénoueront cette crise dans un final un peu précipité, dû aux exigences du premier éditeur, contraint par le nombre de pages. Je parle d’épopée car souffle, lyrisme et néanmoins simplicité de l’intrigue emportent le lecteur dans un fantastique tourbillon. Nathalie Henneberg abandonna dans ce roman le thème traditionnel qu’elle affectionnait : l’amour unissant deux êtres qui s’affranchissent de la barrière des siècles. Rien de comparable ici où nous assistons à la confrontation de deux femmes, Thalestra et Villys, remarquables chacunes par la profondeur de leurs émotions, leurs caractères divergents et complexes. Nathalie Henneberg ne disait-elle pas qu’en écrivant ce roman, elle avait l’impression d’entendre ses personnages parler à ses côtés ?

Comme toujours chez cette auteure, tous les sens sont sollicités : la vue avec la démesure et la richesse des décors, l’ouïe par le fracas des combats, l’odorat par l’évocation des parfums... La Fosse du Cygne où se situe une partie du roman, région étrange où temps et espace se dissocient, renvoie les images d’un passé monstrueux, sombre, celui des déportations nazies, prémisses de l’apparition des Nocturnes. Cette approche dramatique traduit l’état d’esprit d’une femme qui connut les horreurs de la guerre et entendait les dénoncer. Certains de ses personnages - Ivan Morozov par exemple - sont inspirés d’hommes ou de femmes qui partagèrent ses souffrances en Syrie.
Passé, présent et futur s’entremêlent dans ce livre torrentueux, épique, théâtre d’une fabuleuse confrontation entre la lumière et la nuit. Il fut écrit avec passion, dans une langue élégante et colorée, violente, somptueuse. Ce roman est un sommet de la littérature de science-fiction, et, bien plus qu’un space-opéra, un chef d’œuvre, un vrai.


Titre : La Plaie
Auteur : Nathalie Henneberg
Couverture : Raphaël Defossez
Éditeur : L’Atalante (édition originale : Hachette/Gallimard, 1964)
Collection : La Petite Dentelle
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 512
Format (en cm) : 10,8 x 17,8
Dépôt légal : septembre 2017
ISBN : 978-284-172-8305
Prix : 10 €



Didier Reboussin
26 septembre 2017






JPEG - 27.8 ko



WebAnalytics