YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




De Vermis Circulis
Hugues Canetti
La Clef d’Argent, FiKhThOn, roman (France), fragments, 154 pages, 2017, 12€

120 fragments. Voici ce que l’auteur a initialement livré aux deux administrateurs des Deux Zeppelins. 120 fragments épars, comme autant de pièces d’un puzzle plus grand. 120 fragments qui permettent d’en saisir les contours, certains détails, une idée plus ou moins précise, mais pas un tableau fini.
Puis il disparut. Peut-être aussi volontairement que définitivement.
La publication de ce feuilleton fragmenté à La Clef d’Argent faisait partie de ses derniers souhaits, laissant entre les mains des lecteurs un corpus aussi disparate qu’effrayant.



Car ce tableau que nous brosse « De Vermis Circulis » n’est rien moins qu’horrifiant, et si l’auteur s’en défendait, assez proprement lovecraftien.
Précisons d’abord la forme : des textes de longueurs variées, de quelques lignes à (rarement) plusieurs pages, on trouve du récit, des témoignages, directs ou rapportés, des extraits de rapports, plus ou moins rédigés, des lettres, des enregistrements, des descriptions d’objets. Autant de pièces disparates, mais qui évoquent, de près ou de loin, un fait étrange qui s’est emparé d’une petite ville côtière. Ou plutôt un groupe de faits, que notre imagination, sans doute débordante (bien plus que celle d’un fonctionnaire de police, dira-t-on), voudra relier entre eux.
Le fond, maintenant. Des vers sortent de terre ; un gouffre s’est ouvert derrière une colline ; la sorcière du coin a disparu ; une secte fait parler d’elle ; un bistrotier voit sa cave envahie ; des cas de folie ; un « club des rêveurs » enregistre les songes cauchemardesques sous hypnose (les passages les plus longs, et pas les plus réussis du coup), des prophéties toutes plus apocalyptiques les unes que les autres, des prises de pêche difformes, des morts suspectes, des délations... Et souvent, cette figure du ver, dégoûtant lombric, symbole de pourriture, de digestion, de monstre interstellaire...

A la lecture, on pourra se souvenir que les fragments étaient initialement distillés quotidiennement sur Les Deux Zeppelins, intrigant, éveillant une curiosité malsaine, générant - peut-être - une attente, une addiction... La découverte est ici différente, à l’image d’un dossier de curiosités, sans plus d’ordre, mais où nous avons l’avantage d’avoir immédiatement toutes les pièces à disposition - sans forcément savoir si elles forment un tout cohérent.
Les mêmes sentiments nous étreignent dans les premières pages : malaise, dégoût, curiosité. Nous savons, de l’avant-propos, que nous n’aurons pas de réponse finale, qu’il n’est pas la peine d’espérer comprendre ou savoir une fois parvenu à la dernière page.

En appendice, des nouvelles plus longues, textes parfois achevés par Les Deux Zeppelins, et de la correspondance de l’auteur achèvent de jeter le flou entre réalité des croyances de Canetti et fiction(s) issue(s) de son esprit fertile et torturé. Ces derniers textes, plus denses, sont plus satisfaisants, plus « riches » en réponses, ou semblants de.

Au-delà de l’énigme qui entoure l’auteur, ce corpus ne pourra que susciter l’interrogation, la curiosité, et pour ma part, un dégoût sincère à certains passages. Exercice oulipien plutôt réussi, très satisfaisant intellectuellement, « De Vermis Circulis » pâtit, à mon goût, de la misanthropie affichée de son auteur, à qui l’on reprochera ce refus de semblant d’explication, de la moindre narration, d’un but, d’un fil, d’une fin ?, même d’une pirouette littéraire comme l’horreur lovecraftienne est familière.
Mais vous étiez prévenus.


Titre : De Vermis Circulis
Auteur : Hugues Canetti
Compléments : Francis Thievicz et Sylvain-René de la Verdière
Couverture : William Turner (1775-1851) (détail)
Éditeur : La Clef d’Argent (publication originale : Les Deux Zeppelins)
Collection : FiKhThOn
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 5
Pages : 154
Format (en cm) : 11 x 17,5 x 1
Dépôt légal : octobre 2017
ISBN : 979-10-90662-47-6.
Prix : 12 €



Nicolas Soffray
27 octobre 2017






JPEG - 28 ko



WebAnalytics