YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Chaussette
Loïc Clément et Anne Montel
Delcourt

Merlin aime bien observer sa voisine, une vieille dame, et son chien Dagobert. Petit il n’arrivait pas à prononcer Josette, il disait Chaussette et ce nom lui est resté. Les journées de Chaussette sont bien réglées, elle suit un rituel immuable : un passage par le parc pour lire, puis chez le boucher avant de rentrer dans la librairie-papeterie où elle ne prend jamais rien...
Elle fait partie de la vie de Merlin qui, un matin, est alerté par un changement dans ses habitudes. Quelque choses cloche, mais quoi ?



Cette bande dessinée s’adresse à la jeunesse, mais il n’y a pas d’âge pour la lire. Un adulte y retrouvera ses yeux d’enfant, quand il découvrait le monde et pouvait s’intéresser à tout et n’importe quoi.

JPEG - 130.9 ko

Loïc Clément livre une histoire touchante qui ne laisse pas insensible. Ma fille de 11 ans a dit après lecture : « c’est triste mais c’est très bien ». Le scénariste évoque le train-train de certaines personnes âgées qui n’aiment pas être dérangées dans leurs habitudes, de peur de perdre leurs repères. Toutefois, à force d’arpenter toujours la même voie, Chaussette en est presque devenue transparente. Par exemple, le libraire ne la remarque même plus. Elle et son chien forment un couple inséparable, Dagobert représente sa seule famille pourrait-on croire, car elle vit dans la solitude. Merlin n’est qu’un observateur, mais il remarque le changement et ne l’abandonne pas.
Combien de personnes âgées sont mortes plusieurs jours avant d’être seulement découvertes chez elles, personne ne s’étant inquiété de leur absence ? Le récit n’est pas gratuit, il véhicule un message important et donne une leçon de vie. Il pousse à la réflexion, à une possible remise en question. Loïc Clément a également su rendre l’ensemble attrayant avec de nombreuses anecdotes.

JPEG - 106.8 ko

Au dessin, Anne Montel apporte une belle sensibilité. Les visuels des personnages sont prenants. Quand Chaussette se promène, elle est affublée d’un espèce de casque en cuir d’aviateur et de lunettes, comme si elle partait à l’aventure. Dagobert, son corgi, déborde d’énergie, ce qui est d’autant plus trompeur. L’utilisation de l’aquarelle donne des atmosphères superbes et apporte un indéniable cachet à “Chaussette”. Ne pas utiliser de bordures permet de s’affranchir de l’espace, d’apporter un vent de liberté propre à la jeunesse dont l’imagination est toujours prête à s’envoler. Une belle minutie rend le dessin riche en détails et renforce l’attention. Le graphisme colle vraiment bien à l’histoire et lui donne encore plus d’attractivité.

JPEG - 128.5 ko

Les travaux de Loïc Cément et Anne Montel sont complémentaires et débouchent sur un album Jeunesse des plus recommandables. Une belle sensibilité se dégage de “Chaussette”, l’histoire est touchante et pleine d’intelligence. Quant au dessin, il est tout simplement magnifique.

Les deux auteurs n’en sont pas à leur premier album ensemble. Il faut dire que le duo fonctionne très bien, preuve en est avec “Chaussette”.
Deux noms à suivre !


Chaussette
- Scénario : Loïc Clément
- Dessin et couleur : Anne Montel
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Jeunesse
- Dépôt légal : 19 avril 2017
- Format : 22,5 x 29,7 cm
- Pagination : 32 pages couleurs
- Numéro ISBN : 978-2-7560-7526-6
- Prix public : 10,95 €


Illustrations © Anne Montel et Éditions Delcourt (2017)


François Schnebelen
11 juillet 2017






JPEG - 11.5 ko



JPEG - 20.2 ko



JPEG - 27.3 ko



JPEG - 14.4 ko



JPEG - 36.2 ko



JPEG - 26.6 ko



JPEG - 37.9 ko



WebAnalytics