YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Heidi au Printemps
Marie Spénale
Delcourt

Le temps innocent des balades bucoliques en montagne prend fin. Heidi a grandi, elle a envie d’autre chose. Son corps change, elle le découvre différemment. Elle commence à voir Pierre le chevrier sous un autre angle. Elle a envie de lui, ses hormones la guident. Elle s’éloigne de son grand-père, elle lui parle moins. Lui qui a toujours été son confident, c’est un peu compliqué de lui parler de sexe.



Heidi, ça vous dit quelque chose ? Oui, je parle bien de la petite Heidi, née de l’imagination de Johanna Spyri qui nous a fait pleurer dans notre jeune âge quand elle a été enlevée de son grand-père pour aller vivre chez Clara. On l’a suivie en dessins animés, en feuilleton télé, en livre, bref, elle était partout ! Mes derniers souvenirs d’elle sont joyeux puisqu’elle est allée retrouver son grand-père adoré dans les montagnes.

PNG - 387.6 ko

Ils avaient tout pour être heureux, jusqu’au jour où... Heidi a grandi et commence à s’ennuyer. C’est l’hiver, les bonhommes de neige ne l’amusent plus, elle n’a plus envie de descendre au village vendre les fromages avec grand-père... L’hiver est rude et long, elle peine à s’occuper tant bien que mal, jusqu’à ce qu’une lettre de sa copine Clara vienne lui donner du baume au cœur en lui parlant de garçons.

PNG - 339.1 ko

Le printemps arrive enfin, elle peut à nouveau monter les chèvres dans les pâturages avec Pierre, qui a aussi grandi, il est même devenu un beau jeune homme. Le regard d’Heidi commence à changer, elle est troublée par le torse de Pierre et par son physique. Le temps passe, elle prend les devants et l’embrasse, mais ça ne s’arrête pas là, le désir est plus fort que tout : elle a envie de faire l’amour et elle s’offre à lui. C’est à ce moment qu’on comprend le sticker sur la couverture« Contenu explicite. Réservé à un public averti ». Marie Spénale dessine quelques scènes de sexe sans passer par quatre chemins, c’est clair, c’est net, c’est précis et plutôt comique. Je n’en dirai pas plus, il faut le découvrir.

PNG - 302.5 ko

Marie Spénale nous offre un récit plein de fraîcheur pour un public plutôt féminin. Avec un trait simple et épuré, presque enfantin mais empli de sensualité, elle nous emmène dans les montagnes prendre une bouffée d’oxygène pour le passage à l’âge adulte de Heidi, notre héroïne de jeunesse. Oui, il fallait oser !
Elle découvre son corps, a envie de plaisirs charnels mais a du mal à se contenter de peu. Ce récit est tout en nuances avec des couleurs appropriées aux différentes saisons. Tout y passe : la joie et la mélancolie, la passion et l’ennui, le désir et l’angoisse.

Marie Spénale a publié sa première BD chez Dupuis dans le collectif Disquettes. “Heidi au Printemps” est son premier roman graphique, maîtrisé en totalité, il devrait la lancer pour une longue carrière. La couverture de cet album est magnifique, un vrai bijou orné de petites frises dorées quand le dos de couverture se fait très sensuel avec Heidi qui observe Pierre en tenue d’Adam. L’histoire est délicieuse, légère sans tomber dans la vulgarité. “Heidi au Printemps” est une vraie perle qui détend dans ce monde de brutes... et le charme opère.


pour public averti

Heidi au Printemps
- Collection : Hors Collection
- Scénario, dessins et couleurs : Marie Spénale
- Editeur : Delcourt
- Format : 17,4 x 23,8 cm
- Pagination : 128 pages couleurs
- Dépôt légal : 3 mai 2017
- Numéro IBSN : 978-2-7560-7202-9
- Prix : 16,95 €


Illustrations © Marie Spénale et Éditions Delcourt (2017)


Anne Schnebelen
14 juillet 2017






PNG - 124.2 ko



PNG - 136.1 ko



PNG - 153.5 ko



PNG - 91.9 ko



PNG - 64.8 ko



PNG - 75.6 ko



PNG - 145.1 ko



WebAnalytics