YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Au bout du fleuve
Jean-Denis Pendanx
Futuropolis

Si vous suivez un peu l’actualité de Jean-Denis Pendanx, vous n’avez pu qu’être séduits par le formidable “Abdallahi”, puis “Jeronimus” avec Christophe Dabitch au scénario, puis “Tsunami” et “Le Maître des crocodiles” avec Stéphane Piatzszek, des univers ancrés dans l’histoire ou les dramatiques du monde, avec des parcours humains extrêmement singuliers et intenses.
Le dessinateur nous entraîne toujours dans une construction précise, expressive et particulièrement bien servie par l’excellence des couleurs de l’artiste peintre. Tous ces albums ont été publiés chez Futuropolis et c’est chez cet éditeur qu’il revient pour une nouvelle histoire très forte, sous la forme de la quête d’un adolescent qui recherche son frère jumeau dans une Afrique gangrenée par les petits trafics.



Kémi se doit d’entreprendre ce voyage, car après avoir perdu son père, tué dans l’explosion de sa moto en transportant du kpaya, une essence de contrebande frelatée, il doit absolument rejoindre ce frère qui a disparu pour fuir la police, car comme le dit le rite Vodun, perdre son jumeau c’est perdre la moitié de son âme.

JPEG - 299.1 ko

Pour Kémi, qui a un bras déformé suite à une mauvaise fracture, c’est aussi l’occasion d’échapper à un avenir tout tracé : plonger dans le trafic de kpaya puisqu’il ne pourra jamais travailler normalement jusqu’au jour de l’inéluctable déflagration. Pour échapper à cette mort annoncée, pour retrouver Yao, il part à pieds consulter le sorcier et obtenir le fétiche qui le protégera dans ce long périple qui va le conduire à la Cité lacustre de Ganvié, la ville de Lagos, le bidonville de Makoko jusqu’à atteindre le delta du Niger où les compagnies pétrolières s’affairent dans l’anarchie la plus totale. De son village natal au Bénin, de Cotonou aux sombres trafics des raffineurs qui siphonnent les pipelines et polluent tout le pays ogoni, Kémi va arpenter une Afrique multiple. Toujours grouillante de vie, encore emplie de croyances, de fétichisme et portée par les esprits, avec aussi des villes où la réalité sociale et politique sont catastrophiques, les bidonvilles succédant aux baraquements de misère et la violence y étant souvent l’apanage du fort. Jusqu’à cette vision apocalyptique du delta du Niger, pollué et ruiné par les grandes compagnies pétrolières internationales.

JPEG - 160.6 ko

Ce sera le but ultime du voyage, pour des retrouvailles dans un milieu de tous les dangers, de toutes les violences. Jean-Denis Pendanx, qui signe ici son premier ouvrage en solitaire, montre la vision sans concessions d’un continent africain auquel il est très attaché, tout au long de ce long parcours d’un adolescent vers l’âge adulte. Dans ce drame de la pauvreté et de l’exploitation féroce d’un continent par les multinationales étrangères, l’enfance et la naïveté auront encore leur temps et leurs couleurs. Les rencontres bonnes ou mauvaises marqueront à jamais l’enfant qui prend son envol pour ne pas perdre la moitié de son âme (son jumeau) mais se trouvera d’autres raisons de vivre, ou survivre, face à cette ligne d’horizon qui incite à aller se construire un futur.

JPEG - 111.8 ko

Ce livre est empli de teintes et de nuances aux contrastes puissants, il dépeint la géographie d’un monde tout en s’articulant sur un parcours intime. “Au bout du fleuve” est un livre fort, que l’on traverse avec joie, surprise, peine et colère. Pendanx est une fois de plus au rendez-vous, toujours impressionnant dans ses mises en couleur, avec une œuvre qui marque les esprits et ouvre à l’espoir malgré cet intense esprit de révolte qu’on ressent en traversant le delta du Niger.

Une lecture très fortement ensoleillée, qui se voile des brûlots noirs du pétrole et qui ne peut laisser indifférent.


Au bout du fleuve
- Scénario, dessin et couleurs : Jean-Denis Pendanx
- Éditeur : Futuropolis
- Pagination : 112 pages couleurs
- Format : 21,4 x 29 cm
- Dépôt légal : 3 janvier 2017
- Numéro ISBN : 9782754815734
- Prix public : 20 €


À lire sur la Yozone :
Jeronimus


Illustrations © Jean-Denis Pendanx et Éditions Futuropolis (2017)


Fabrice Leduc
14 avril 2017






JPEG - 51.5 ko



JPEG - 36.2 ko



JPEG - 42.8 ko



JPEG - 50.4 ko



JPEG - 52 ko



JPEG - 85 ko



WebAnalytics