YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Maison du Soleil (La) (T1 et 2)
Taamo
Pika

Petite, Mao passe son temps dans la famille Nakamura. A ses yeux, cette maison a un pouvoir magique qui transforme les larmes en rire. La vie y est joyeuse et insouciante contrairement à chez elle. Sa mère est partie avec un autre homme, son père travaille beaucoup et n’a le temps de rien. Quelques années plus tard, son père refait enfin sa vie mais Mao n’a pas de place au sein du nouveau couple. Hiro, l’aîné des Nakamura lui propose d’emménager chez lui. Il vit seul dans cette grande maison depuis le décès de ses parents dans un accident de voiture. Ses frères et sœurs ont été dispatchés chez des membres de la famille. Mao s’est toujours sentie chez elle dans cette maison du bonheur, elle s’y installe tout naturellement sans trop réfléchir. Mais Hiro et elle ne sont plus des gamins, les relations changent avec le temps et se compliquent avec l’arrivée de sentiments jusqu’alors inconnus.



Contre toute attente, le père de Mao ne s’oppose pas à l’installation de sa fille chez son copain d’enfance, bien au contraire, il donne une enveloppe à Hiro pour participer aux frais. Il semble même content d’être enfin débarrassé de sa fille, il ne prendra jamais de nouvelles d’elle.

Hiro revit avec la présence de Mayo comme il l’appelle affectueusement. Il reprend plaisir à rentrer tôt du boulot, à cuisiner pour qu’elle mange équilibré, à faire le ménage. Il faut avouer qu’il est un parfait homme d’intérieur, un vrai papa poule qui la surprotège. Il fixe des règles à suivre, elle les apprend par cœur, elle ne veut pas le décevoir. A 17 ans, c’est la première fois de sa vie qu’elle est heureuse. Elle écrit un roman sur internet avec un pseudo, on découvre plus tard que Hiro les lit sans savoir que c’est elle. Mao est dans un vrai cocon, l’amitié qu’elle porte à Hiro se transforme peu à peu en amour. Sans réfléchir, elle va lui lâcher qu’elle l’aime, le malaise s’installe.

PNG - 119.6 ko

Dans le tome 2, pour lever le malaise, Mao lui avoue qu’elle ne l’aime pas. Tout redevient comme avant ou presque, elle est perturbée par ses sentiments tout en essayant de les cacher. Quelques personnages prennent de l’ampleur : Oda, copain de classe de Mao, amoureux d’elle et Mlle Sugimoto, collègue de Hiro, amoureuse de lui et fan inconditionnelle du roman en ligne de notre héroïne. Elles font connaissance et se lient d’amitié mais ne savent pas qu’elles aiment le même homme. Mao le comprend vite mais n’en parle pas. Daiki, le frère de Hiro, fait également son apparition pour aller sur la tombe des parents, il va sans doute avoir un rôle grandissant dans les futurs tomes. Il a beaucoup de charme, ça peut donner des idées ...On ne connait pas encore la sœur mais cela ne saurait tarder. La série est prévue en 13 tomes, ce qui me parait beaucoup, mais j’ai envie de me laisser surprendre en espérant ne pas être lassée avant la fin.

La Maison du Soleil” est un titre sentimental, mélancolique, différent des autres shojo. Nos deux héros sont en quête d’un foyer, d’un chez-soi entourés d’êtres chers. Mao est rejetée de ses parents, Hiro les a perdu dans un accident et est rejeté de ses frères et sœurs. On lui reproche de ne pas avoir pleuré lors de leur décès alors qu’il s’est retenu pour les protéger. La notion de famille est très importante dans “La Maison du Soleil”, tous deux souffrent de l’absence de leurs proches, ce qui les rapproche. Leur histoire d’amour latente n’est pas le point central du récit pour le moment.

Les deux héros évoluent au fil du temps et vont encore beaucoup évoluer. Hiro se détend au fur et à mesure, s’ouvre vers l’extérieur et Mao se laisse bercer par cette belle vie offerte par son ami d’enfance. Le titre “La Maison du Soleil” est très évocateur et décrit parfaitement le sentiment de bonheur, de chaleur ressenti au sein de ce foyer. Les sentiments sont parfaitement retranscrits par Taamo au travers d’un graphisme classique qui touche en plein cœur, j’avoue avoir versé quelques larmes. La douceur des tons pastels des couvertures est le reflet de la tendresse de l’histoire. Cette série a gagné le 38ème Kodansha Manga Award du Meilleur Shojo en 2014, et ce n’est pas le fruit du hasard. Taamo a déjà écrit de nombreux shojo, jamais édités en France, “La Maison du Soleil” est le premier et sans doute pas le dernier.

Ce titre est très frais, c’est une belle découverte qui peut donner espoir à des jeunes en souffrance. Il y a toujours une solution à tout, on n’est jamais seul, c’est ce que je retiens de cette histoire.


à partir de 12 ans

Maison du Soleil (T1 et 2)
- Auteur : Taamo
- Traducteur  : Olivier Claire
- Éditeur français : Pika
- Collection : Shojo
- Format : 120 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 200 (T1), 176 pages (T2)
- Date de parution : 16 janvier 2017 ; 15 mars 2017
- Numérotation ISBN : 978-2-8116-3029-4 ; 978-2-8116-3030-0
- Prix : 6,99 €


KOI TO USO © MUSAWO / Kodansha Ltd.
© Pika-Tous droits réservés


Anne Schnebelen
21 avril 2017






PNG - 72.7 ko



PNG - 86 ko



PNG - 61.8 ko



PNG - 82 ko



PNG - 74.1 ko



WebAnalytics