YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Hercule (T1) Le Sang de Némée
Morvan et Looky
Soleil

Hercule est une légende un Merk, un être hybride entre un humain et un Axiomatikos. Sa force dépasse celle des Sklaves et il s’est attiré la colère d’Héra, un des généraux dirigeant l’armée combattant aux frontières de l’univers, une des Axiomatikos. Profitant d’une de ses bitures, elle envoie un robot pour le droguer et lui faire perdre la raison au point qu’il tue sa femme et son fils. Depuis, Hercule est un être brisé et pour expier ses crimes, il a accepté ce que lui ont imposé les Axiomatikos. Il doit se mettre à la disposition de Eurysthée, le roi de la planète Argolide. Ce dernier lui donnera alors douze missions à accomplir. Douze travaux pour se faire pardonner le crime horrible dont il est l’auteur. Et la première de ces missions l’entraîne sur la planète Némée où une mystérieuse créature s’attaquent aux colons humains et tout particulièrement aux enfants qu’ils vident de tous leurs organes et de leur sang.



Hercule a accepté la divination de la Pythie et pris la direction de la planète Argolide. Seulement, Hercule est un Merk fier, tombé dans les limbes après le crime innommable qu’il a accompli, et cela fait de lui un être d’autant plus dangereux qu’il n’a plus peur de la mort. Une grande partie de son être a péri avec sa famille et c’est une machine à tuer qui débarque à Argolide. Eurysthée le sait pertinemment alors plus vite il aura expliqué sa première mission à Hercule, mieux il se sentira. Destination : Némée. Là-bas, une créature que les Sklaves ont appelé « le lion » massacre les familles s’étant implantées sur la planète. En fait, il cible tout particulièrement celles avec de nombreux enfants. Et quand il arrive sur Némée, Hercule découvre les œuvres de ce lion et ce n’est pas beau à voir. Un homme pleure les dépouilles de la famille de son frère, tout en sachant qu’il est totalement impuissant face au danger que représente le lion... Mais Hercule est là pour remplir sa mission.

JPEG - 71.5 ko

Est-il encore besoin de présenter le talentueux et prolifique Jean David Morvan, entre Troll, la saga culte Sillage ou encore Nävis ? S’il y a un univers que ce scénariste connaît parfaitement, c’est bien celui du Space Opéra. Toutefois, avec “Hercule”, il se lance un défi de taille : celui de revisiter les aventures d’Héraclès, le héros de la mythologie grecque, le demi-dieu, bâtard de Zeus, qui provoqua la colère d’Héra qui lui imposa douze travaux pour payer le meurtre de sa femme et de ses enfants. C’est à partir de cette partie du mythe d’Hercule que Jean David Morvan base sa série. Toutefois, il nous entraîne loin de la Grèce Antique, au confins de l’univers où des êtres mystérieux, les Axiomatikos, mènent une guerre terrible contre toutes les races extra-terrestres pour cacher leur existence aux humains, les Sklaves.... à noter que cela signifie « esclave » en allemand. Un indice sur ce qu’est devenu la race humaine sous le joug des Axiomatikos ? Ou est-ce l’interprétation de l’influence des religions sur l’homme par Jean David Morvan ? En tout cas, la volonté de ces être de rendre les Sklaves ignorants du monde extérieur et de la présence d’extra-terrestres n’est certainement pas un hasard, au-delà même du scénario.

Tout comme le demi-dieu grec, Hercule se retrouve à devoir remplir douze missions, douze travaux. Et Jean David Morvan va suivre l’ordre mythologique avec en premier le lion de Némée. Si Némée devient une planète où vivent des colons humains, le lion change aussi quelque peu... mais ça, je vous laisse le découvrir. Hercule est un homme détruit qui remplit sa mission telle une machine entre les mains des Dieux... ou plutôt des Axiomatikos. Un guerrier mythique en mode Space Opéra, mis en image avec un incroyable talent par le duo de choc Looky / Olivier Thill. Le dessin hyper réaliste de Looky est un pur régal pour les yeux. Il reprend en particulier des symboles comme le casque grec, bien sûr revisité pour l’adapter à un univers de science-fiction. L’imagination de ce jeune dessinateur autodidacte est stupéfiante, parvenant non seulement à créer un univers original mais également des design moderne et d’un grand esthétisme pour représenter les Axiomatikos. Mais nous en reparlerons dans les tomes suivants. La couverture de ce premier tome résume assez bien l’ambiance de la BD, même si la qualité de celle-ci est supérieure à celle des planches de la BD... mais juste un peu. La colorisation d’Olivier Thill est tout aussi impressionnante, collant parfaitement au crayonné de Looky, mettant en valeur la qualité du dessin. On sent dès ce premier tome que ce duo est capable de faire des étincelles et les tomes suivants ne feront que le confirmer.

Il était enfin temps que je ressorte de mes piles cette incroyable série qui revisite avec talent le mythe d’Hercule ! A découvrir !


(T1) Le Sang de Némée
- Série : Hercule
- Scénario  : Jean David Morvan
- Dessin : Looky
- Couleurs : Olivier Thill
- Éditeur : Soleil
- Collection : Science-Fiction
- Dépôt légal : 24 octobre 2012
- Format : 234x323 mm
- Pagination : 48 pages couleurs
- Numéro ISBN  : 978-2-3020-2374-1
- Prix public : 14,50 €


illustrations © Looky - Editions Soleil - Tous droits réservés


Frédéric Leray
16 avril 2017






JPEG - 46.4 ko



JPEG - 49.4 ko



JPEG - 51.2 ko



JPEG - 50.3 ko



JPEG - 46 ko



WebAnalytics