YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Pact (T1)
Shinnosuke Kuji
Pika

An 20XX, de mystérieux terroristes ont implanté dans les fonds marins de terribles bombes à azote. Le compte à rebours lancé pour chaque pays du monde est en réalité sans espoir et les américains vont vite le découvrir. Ce sera le premier pays du monde à finir sous les eaux par explosion des bombes installées le long de ses côtes. La menace est devenue bien trop réelle pour le Japon depuis que les terroristes leur ont lancé un nouvel ultimatum. Mais le Japon s’est préparé à cette échéance en formant une équipe spéciale de démineurs. Celle devant sauver l’archipel est une frêle jeune fille, ayant presque peur de son ombre sans la présence de Nagito. Car si elle est prête à risquer sa vie, Machiko le fait uniquement pour son protecteur. Seulement quand l’équipe arrive dans le sous-marin contenant la bombe, une terrible surprise les attend. La salle où se trouve la bombe est protégée par un nuage de bombes à tête chercheuse. Le temps est devenu l’ennemi de l’équipe de déminage au moment où les bombes ont commencé à les prendre pour cible.



Malgré le désamorçage de la bombe à azote, la mission est un échec. Même si Machiko est parvenue à percer le secret du code protégeant la bombe, celle-ci n’était pas amorcée. Pire encore, une bombe à tête chercheuse a perforé le corps de Machiko, qui ne vit plus que grâce à des machines. Nagito est détruit par la mort ou presque de la jeune fille. Il se sent responsable de ce qui a pu lui arriver car il était censé la protéger pour nettoyer avec elle le monde des bombes à azote. Toutefois, le danger est toujours bien présent : deux bombes attendent d’exploser aux abords du Japon pour engloutir l’archipel dans les flots. Tel est le message que leur a envoyé les terroristes de l’Antarctique, un acte soi-disant de vengeance. Mais qui se cache derrière ces crânes de lapin ? Pourquoi vouloir effacer toute trace de l’humanité dans un gigantesque tsunami ? Mais si quelqu’un n’est pas prêt à abandonner, c’est le commandant Toshio Kaiba. Seulement son plan est un véritable suicide pour les volontaires.

JPEG - 100.1 ko

“Pact” est la première série de Shinnosuke Kuji après plusieurs one-shots inédits en France. Et le moins que l’on puisse dire est qu’il ne faut pas chercher une seule seconde de l’humour dans ce manga. Le synopsis de base est très simple mais également très efficace quand on lui donne l’atmosphère adéquat : le monde est sous la menace de bombes à azote pouvant provoquer un déluge biblique et raser de la surface du globe toute l’humanité. Cette menace est initiée par un mystérieux groupe terroriste résidant en Antarctique et qui semble vouloir se venger de ceux qui les ont poussés dans leurs derniers retranchements. Pour donner une allure des plus sinistres à ce groupe, les membres portent sur leur visage un crâne de lapin. Une fois le contexte explicité, nous allons suivre le groupe de démineurs japonais qui va tenter de sauver l’archipel en désamorçant les trois bombes menaçant le Japon. Shinnosuke Kuji ne va pas prendre de gants avec son lecteur en tuant (ou presque) dès le premier chapitre le personnage central de son histoire : la jeune Machiko.... et avec elle quasiment toute la première équipe de déminage. Subissant un compte à rebours terrifiant, la seconde équipe n’a plus le droit à l’erreur et elle va devoir honorer la mémoire de la jeune fille en utilisant le décodage qu’elle a mis au point pour neutraliser les bombes.

Mais pour Nagi, ce n’est pas une simple mission mais bien une vengeance pure et simple. Son but est de réaliser la promesse faite à Machiko et pour cela, il est prêt à risquer sa vie... Et ce ne seront pas les occasions qui manqueront. Car les bombes ne sont pas laissées sans protection comme nous l’a démontré le premier piège à base de bombes à tête chercheuse. Le récit défile à une vitesse incroyable et le lecteur n’a pas vraiment le temps pour s’attarder sur les personnages qui semblent un peu survolés pour le moment. Tout tourne autour de Machiko, quasiment tous les flash-backs la concernent. Les autres personnages sont pris dans l’action ininterrompue. Ce choix scénaristique laisse tout de même le lecteur avec un nombre incroyable de questions. En particulier sur cette guerre qui serait à l’origine de la fin de l’humanité. Shinnosuke Kuji garde précieusement le secret sur ce point. Il lui reste encore quatre tomes pour plus nous en dire sur ces mystérieux terroristes et cet allié qui contrecarre les plans des grandes nations. Rien ne semble pouvoir stopper l’irrémédiable fin des grands pays, toutefois, il n’y a pas d’arche ni de Noé à l’horizon, uniquement l’orgueil des hommes.

La mise en images est percutante et glaciale, comme le climat arctique. L’histoire se partage entre le QG de l’organisation formant les désamorceurs de bombes à azote et les sous-marins où se trouvent lesdites bombes. Les personnages ont tous une trame commune pour les traits du visage et assez classiquement dans le manga, seuls les vêtements, les coupes de cheveux et certaines particularités physiques permettent de les différencier. Par contre, ceux-ci sont très expressifs... trop peut-être avec le sur-jeu des acteurs nippons dans les productions fantastiques ou de science fiction. Mais ce qui marque surtout, c’est évidemment l’atmosphère limite claustrophobique qui émane de cette série. Ne cherchez pas d’humour, il n’y a pas ou si peu. Le récit est sombre et cherche à nous rappeler notre peur des profondeurs ainsi que la terrible menace des tsunamis.

“Pact” est une mini-série s’attaquant à la fois au risque de tsunamis qui menacent tous les pays avec le changement climatique mais également le sujet du terrorisme sous sa pire des versions. Une série à suivre avec attention.


Pact (T1)
- Auteur : Shinnosuke Kuji
- Traduction : Emmanuel Bonavita
- Éditeur français : Pika
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 180 pages
- Date de parution : 1er février 2017
- Numéro IBSN : 9782811622701
- Prix : 8,05 €


© 2014 Shinnosuke Kuji
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
17 mars 2017






JPEG - 29.1 ko



JPEG - 29 ko



JPEG - 23.4 ko



JPEG - 34.5 ko



WebAnalytics