YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Awaken (T3 et 4)
Hitori Renda
Ki-oon Seinen

Travailler pour le service d’enquête n’est pas de tout repos, surtout que les créatures parasitées prennent des formes parfois bien particulières, comme ces morceaux de corps humains greffés sur des poissons et autres tortues. Mais quand on a été traité comme un paria pendant des années, c’est aussi le moyen de se sentir moins différent. Toutefois, tout le monde ne partage pas ce concept, comme la nouvelle élève de la classe de Kanata : Setsu Ameno. Cette dernière semble vouloir le mettre en garde contre le service d’enquête dont elle se déclare être un ancien membre. Vu sa taille, cela pourrait paraître possible, mais quand soudain elle semble douée d’une force herculéenne, Kanata panique. Surtout que Setsu lui révèle que non seulement ses pouvoirs d’éveillé le tuent à petit feu mais que sa partenaire, Shiki, a déjà tué un autre éveillé. Le jeune homme est un peu déboussolé et surtout bringuebalé comme un fétu de paille par Setsu. Mais qui est vraiment cette jeune femme ?



Tokiji est lui aussi victime d’un parasite et étrangement, la tête du garçon devient celle d’une girafe. Kanata découvre la pauvre Shimuzu dans une ruelle mais curieusement, Tokiji ne l’a pas touchée au contraire, il s’est plutôt nourri de corbeaux et autres bestioles. Toutefois, Shiki ne se pose par contre pas de questions et tire sans hésiter sur le pauvre garçon parasité. Kanata a du mal à se remettre de ce choc, mais contrairement à ce qu’il semblait, Shiki n’a pas abattu son ami, mais seulement blessé de façon à pouvoir le transporter dans le laboratoire du service d’enquête. Tokiji est placé en cryogénisation, en attendant qu’un remède soit trouvé. Mais les vrais coupables leur sont parfaitement connus : le groupe Utainushi et toutes leurs maudites expériences. En tout cas, Kanata n’est pas près de quitter le service d’enquêtes et ces derniers comptent bien utiliser ses pouvoirs d’éveillés à leur maximum, au-delà de ses capacités visuelles. Et la nouvelle affaire qui s’offre à eux sera une bonne occasion de tester de nouvelles facultés chez le garçon. Plusieurs morts suspectes ont attiré l’attention du chef du service. Cela pourrait apparaître comme des accidents bêtes, un couple de jeunes tombés d’un balcon pendant leurs ébats sexuels. Mais une partie de leur cerveau a disparu, celle produisant l’activité sexuelle.

JPEG - 104.9 ko

Après deux tomes menés à cent à l’heure et posant le contexte de la série, le tome 3 commence de façon un peu déroutante, zappant entre deux scènes, rompant la continuité de l’histoire, semant un peu de trouble chez le lecteur. Toutefois, la logique de ce tome apparaît rapidement avec l’arrivée d’un nouveau personnage qui doit clarifier certains points concernant le fameux service d’enquêtes et surtout Shiki. Des liens se nouent entre des personnages parfois encore bien mystérieux car n’apparaissant que par des flashs de notre pauvre Kanata. Un côté humour décalé devient plus prégnant avec les membres de Utainushi, qui ne les rend pas vraiment bien crédibles. Leur côté amateur était déjà un rien visible avec le tome 2 mais cela devient des plus flagrants avec ce volume. Hormis une propension à la violence, ils ne sortent guère de l’ordinaire et n’apparaissent vraiment comme des méchants qu’au niveau des dégâts que leurs recherches provoquent. C’est le point un peu décevant de la série pour le moment : il n’y a pas vraiment de Némésis digne de ce nom pour affronter nos héros ce qui les bornent à devoir mettre hors d’état de nuire uniquement les créations ratées générées par les parasites. Une variante apparaît avec les animaux ayant un organe humain greffé et qui les transforme en monstre de Frankenstein. Les créatures poissons de début de tome sont plutôt bien réalisées et leur design est répugnant à souhait. Dommage qu’ils n’aient pas été plus exploités par Hitori Renda qui ne fait que survoler l’affrontement entre les membres du service d’enquêtes et ces créatures. Par contre, le personnage de Setsu est impressionnant et plutôt attachant, mais encore une fois, il s’agit d’une héroïne qui est seulement un rien désorientée en début de tome et on ne le serait moins vu ce qu’elle a subi.

Le tome 4 se partage entre deux créatures. La première a comme seul intérêt de toucher de près Kanata puisqu’il s’agit de son meilleur ami, Tokiji. Toutefois, il va se transformer en girafe, un mode déjà rentré dans le premier tome. C’est surtout le choc psychologique pour le pauvre Kanata qui est mis en avant. La girafe est aussi un choix émotionnel qui nous est expliqué dans le tome 4. Mais comme si Hitori Renda était pressé d’en finir, il va provoquer un électrochoc chez son personnage pour le faire avancer dans son rôle d’éveillé. La transformation de Tokiji est alors aussi bien comme un prétexte pour faire évoluer Kanata et qu’un moyen un peu facile pour se débarrasser d’un personnage secondaire qui pouvait devenir trop encombrant pour la suite des aventures de notre cher éveillé. Le mangaka passe alors rapidement au nouvel adversaire de nos héros, et cette fois, celui-ci ne se bornera pas simplement à une transformation basique et un combat pour l’arrêter. L’ennemi maîtrise parfaitement les capacités que lui octroie le parasite et va poser de sérieux problèmes à nos héros. Kanata va devoir apprendre à développer son pouvoir et maîtriser d’autres sens que la vue. Le contexte est propice à des situations embarrassantes pour les protagonistes puisque l’ennemi attise les pulsions sexuelles de ses cibles afin de récupérer un maximum d’hormones et surtout une partie du cerveau de ses cibles. Bien évidemment, Kanata et Shiki vont se retrouver en première ligne et notre jeune héros va subir de plein fouet les contrecoups de cet étrange spectre qui prend possession des couples à sa portée.

Alors que la série était partie sur un rythme de fou, la série alterne le chaud et le froid, nous laissant sur l’expectative, incapable de dire si elle est capable de maintenir un bon niveau d’intérêt dans la durée ou si elle risque de se dégrader sans véritable « méchant », comme le laisse crainte le tome 3.


Awaken (T3 et 4)
- Auteur : Hitori Renda
- Traducteur  : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 176 pages
- Date de parution : 10 novembre 2016 et 12 janvier 2017
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0007-5 ; 979-10-327-0054-9
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Awaken (T1 et 2)


© Renda Hitori 2014 / Futabasha Publishers Ltd.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
13 février 2017






JPEG - 24.3 ko



JPEG - 27.1 ko



JPEG - 30.3 ko



JPEG - 26.3 ko



JPEG - 32.9 ko



JPEG - 35.4 ko



WebAnalytics