YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Lion (Le), La Sorcière Blanche et l’Armoire Magique : Le Monde de Narnia, Chapitre 1
Film Américain de Andrew Adamson (2005)
21 décembre 2005

**



Genre : Fantasy
Durée : 2h12

Avec Georgie Hennley (Lucy Pevensie), Skandar Keynes (Edmund Pevensie), William Moseley (Pever Pevensie), Anna Popplewell (Susan Pevensie), Tilda Swinton (La Sorcière Blanche), James McAvoy (M. Tumnus), Jim Broadbent (Professeur Kirke), Liam Neeson (voix d’Aslan en VO, Omar Sharif en VF), etc.

Au cours de la seconde Guerre Mondiale, afin d’échapper à la malédiction des bombardements nazis sur Londres, quatre enfants sont expédiés par leur mère à la campagne chez un mystérieux Professeur. À l’occasion d’une partie de cache-cache, la petite Lucy, découvre la route du Monde de Narnia au fond d’une armoire.
Ses frères et sa sœur finiront par la rejoindre pour découvrir un monde de légende où règne une Sorcière Blanche et maléfique dans son Palais des Glaces. Mais Aslan le lion sème les graines de la révolte et rassemble son armée. Une prophétie annonce que des enfants d’Eve et d’Adam conduiront les forces rebelles à la victoire...

Dire que l’on attendait avec impatience la sortie du « Monde de Narnia » est un doux euphémisme. Le prestige du cycle des sept romans de Clive Staples Lewis égale, voire dépasse chez nos amis Anglo-Saxons, le mythique « Seigneur des Anneaux » de Tolkien et nombreux sont les amoureux de contes et de Fantasy qui adorent -à juste titre- cette somme assez exceptionnelle.
À la Yozone, on pensait même vous faire un “Spécial Narnia” et vous en dire beaucoup plus sur le film, sa réalisation et ce fabuleux projet.
Malheureusement, boucler tout cela en 4 jours était au-delà de nos forces et de nos capacités. La projection de presse à laquelle nous fûmes conviés n’ayant eu lieu que le 16 décembre, nos beaux projets ont été remisés au placard. Si l’on regrette évidemment ces délais ultra-courts, incompressibles pour nos petites méninges, on espère qu’à l’avenir Buena Vista nous ouvrira un peu plus tôt les portes de ses projos comme d’autres le font régulièrement. Mais il faut croire que le média internet n’a pas les mêmes faveurs partout... Soit et passons l’éponge, en regrettant néanmoins fortement de ne pouvoir vous présenter aujourd’hui ce que nous avions prévu.

Mais revenons à nos moutons et à “Narnia”. Disney à la production, Andrew Adamson, le brillant Néo-Zélandais réalisateur de « Shrek 1 » et « 2 » aux manettes, quelques voix et acteurs british bien connus (Liam Neeson, Jim Broadbent) et la toujours excellente Tilda Swinton) sur la pellicule, laissaient augurer d’un résultat à la hauteur de nos espérances. Nous y allions pour découvrir un concurrent aux « Seigneur des Anneaux », le remède anti « Harry Potter » et nous en sommes ressortis passablement déçus.
Non qu’il s’agisse d’un mauvais film ou d’une adaptation trahissant l’œuvre originale. Pas grand chose à dire de ce coté-là. La logique de l’histoire est présente, la philosophie de base de Lewis est respectée. Si le premier tiers du film est totalement satisfaisant et réjouissant tout en faisant énormément penser à « Cinq Enfants et Moi », autre adaptation d’un grand succès de la littérature enfantine anglaise, c’est surtout la seconde partie du film plus empruntée et la conclusion vite expédiée qui déçoivent un peu.
Autant le début est poétique et enchanteur, autant les effets spéciaux sont par la suite décevants. Paysages qui défilent sur un fond mouvant à l’ancienne, imagerie 3D light et en séquences ultra-rapides, le film « fait » vieux et cheap : un comble. Il y a dix ans, on aurait été émerveillé, aujourd’hui, Jackson et la baguette du petit magicien aux binocles d’élève trop sérieux ont tout rasé derrière leurs passages respectifs. Visiblement la barre a été mise très (trop ?) haut pour les concurrents.
Idem pour les décors et les paysages, on est loin du sentiment d’émerveillement permanent que l’on s’attendait à trouver. Tout cela manque d’ampleur, de virtuosité, de poésie. La réalisation on ne peut plus classique de Andrew Adamson, bien trop conventionnelle pour le coup, déçoit un tantinet. Bizarrement, plus qu’un film à gros budget et à grand spectacle, on a l’impression de regarder une série made in Sci-fi déclinée sur grand écran. Et l’on se dit que finalement, la solution était peut-être là, dans une adaptation télévisuelle à laquelle ce long cycle de romans convenait mieux...

Décevant dans sa forme, fidèle sur le fond, « Le Monde de Narnia » reste au finish un divertissement agréable qui plaira aux enfants (et c’est après tout l’essentiel et pas si mal). Une entrée en matière en deçà de nos espérances mais qui ne doit pas vous empêcher de découvrir cette adaptation.
À signaler également, la réédition parfaite de l’œuvre intégrale et des sept volumes de “Narnia” chez Gallimard Jeunesse avec les illustrations originales en bonus. Bref, pour 22 euros et un billet de cinoche, vous pouvez vous faire la totale. Joyeux Noël !

FICHE TECHNIQUE

Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière Blanche, et l’Armoire Magique
Titre original : The Chronicles of Narnia : The Lion, The Witch and the Wardrobe
Réalisation : Stuart Adamson
Scénario : Ann Peacock, Andrew Adamson, Christopher Markus, Stephen McFeely
D’après l’œuvre de Clive Staples Lewis « Le Monde de Narnia » (Gallimard Jeunesse)

Producteurs : Mark Johnson & Philip Steuer

Photographie : Donald M. Mcalpine, ASC, ACS
Décors : Roger Ford
Effets Visuels : Dean Wright
Costumes : Isis Mussenden
Musique : Harry Gregson-Williams
Distribution : Pippa Hall, Gail Stevens CDG
Montage : Sim Evan-Jones, Jim May

Production : Walt Disney Pictures et Walden Media
Distribution : Buena Vista International
Presse : Floriane Mathieu et Aude Thomas

YO-LIENS

  • Le Prince Caspian : le dossier du film

    INTERNET

    Le site officiel : http://www.narnia.fr

    Copyright photos et iconographies : Buena Vista International.


  • Stéphane Pons
    20 décembre 2005






    JPEG - 18.8 ko



    JPEG - 11.4 ko



    JPEG - 23.6 ko



    JPEG - 15.2 ko



    JPEG - 10.9 ko



    JPEG - 12.2 ko



    JPEG - 10.3 ko



    JPEG - 13.6 ko



    JPEG - 11.5 ko



    WebAnalytics