YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Sword Art Online, intégrale arc 1 : Aincrad
Coffret 3 DVD - Wakanim
31 décembre 2013

2022, les fans de jeux vidéos attendent avec impatience la sortie de Sword Art Online, le premier jeu massivement multijoueurs en réalité virtuelle, le premier VRMMORPG. La connexion au jeu se fait par un casque projetant le joueur dans un univers virtuel, le monde d’Aincrad. Kirito fait partie des rares joueurs ayant testé la version beta et fait naturellement partie des heureux 10 000 joueurs ayant le droit de tester en priorité la version définitive. Kirito a un avantage certain sur les nouveaux joueurs comme Klein qu’il rencontre par hasard. Mais alors que le créateur du jeu s’adresse à l’ensemble des joueurs, les avatars disparaissent et chacun apparaît avec son vrai visage et son véritable physique, provoquant certaines surprises. Seulement, ce n’est pas tout, tous les joueurs sont dorénavant prisonniers du jeu et ne pourront en sortir que si l’un d’eux atteint le centième et dernier niveau. S’ils meurent dans le jeu, ils meurent dans le monde réel, si on essaie de les déconnecter, ils meurent également....



Très vite, le nombre de joueurs diminue et les beta testeurs comme Kirito ne sont pas toujours bien vus car leur expérience des premiers niveaux est un atout certain et quand apparaît le premier boss, cela joue énormément. Kirito n’est pas un garçon très social et cela se ressent dans le jeu. Il est incapable de faire équipe avec d’autres joueurs. Pourtant, il va se rapprocher de Asuna. Avec elle, il parviendra à terrasser le premier boss, mais très vite, le jeune homme va s’écarter des autres participants. Asuna entre de son côté dans la Confrérie des Chevaliers, devenant rapidement un élément majeur de cette guilde. Kirito augmente son niveau, dépassant de loin les autres joueurs et s’isolant toujours plus. Et pourtant, quelque chose le ramène inévitablement vers la Confrérie... vers Asuna...

JPEG - 80.8 ko

« Sword Art Online » est à l’origine une light novel de Reki Kawahara, comprenant actuellement 15 tomes. L’histoire nous entraine dans le monde des jeux vidéos et plus précisément du MMORPG. Reki Kawahara ne fait pas vraiment de critiques des adeptes des jeux vidéos mais regarde plutôt le comportement de l’être humain quand il n’est plus restreint par les règles de sa propre civilisation. En fait, très rapidement, les joueurs se retrouvent bloqués dans le jeu et doivent impérativement l’achever pour s’en sortir vivant. Les amateurs de ce genre de jeu connaissent pertinemment la difficulté que cela représente et le nombre d’heures nécessaires pour réellement achever un RPG. Dans un tel contexte, Reki Kawahara se propose de suivre un joueur particulier puisqu’il a eu l’avantage de pouvoir tester le jeu sous sa version beta. Les vrais joueurs ne se sentiront pas dépaysés car si les épisodes pourraient sembler n’être que des aventures d’heroic fantasy dans un monde généré par un ordinateur, on retrouve aussi les éléments contextuels classiques des menus de jeux vidéos pour bien nous rappeler que ce monde n’est pas réel : accès par les joueurs à leurs menus pour gérer leur « profil », les aliments n’ont pas de goût sauf s’ils les cuisinent eux-même...

Nous suivons donc Kirito. Mais contrairement aux héros classiques de genre shonen, il ne sera jamais vraiment mis en difficulté par les autres joueurs. Il est présenté comme un solitaire, quasiment un asocial, obligé par la force des choses à devoir s’allier avec d’autres joueurs, mais ses expériences seront souvent tragiques car le monde d’Aincrad est sans pitié. Surtout que la perte d’un ami dans le monde virtuel signifie la mort de la personne dans le monde réel. C’est là tout le tragique qui fera l’intérêt de la série et rend le comportement des personnages intéressant car penser à sa sécurité dans le monde virtuel revient à se préserver dans le monde réel. Amour, trahison, haine, les sentiments sont exacerbés par la peur de la mort imminente et surtout de celle bien réelle des autres joueurs. Evidemment, entre Asuna et Kirito naitra l’histoire d’amour attendue dans ce genre de série animée, mais cette histoire ira bien plus loin dans l’émotionnel que l’on aurait pu attendre d’une série plutôt destinée aux garçons.

Graphiquement, « Sword Art Online » est une vraie réussite. Sans être caricatural, le studio A-1 Pictures a repris les bases d’un univers d’heroic fantasy classique en y ajoutant cette dose de références aux MMORPG qui permet au spectateur de s’immerger dans cet univers. Les boss de fin de niveau sont assez originaux même si là-aussi, ils doivent rappeler aux joueurs des expériences passées. Le héros Kirito a le mérite de ne se retrouver ni en armure, ni en mage, ni même en voleur, il reste avec une tenue assez neutre qui d’ailleurs ne fait pas vraiment heroic fantasy. On peut regretter que certains combats sont vraiment résumés au minimum vital pour ne pas dire réduits à rien. Certains épisodes préfèrent mettre l’accent sur les sentiments et les expressions des personnages, mais il y a toujours au moins un petit combat.

Ce qui surprendra certains spectateurs, ce sont les sauts temporels. « Sword Art Online » n’est pas une série continue, nous pouvons faire un saut dans le temps d’un épisode à l’autre pour aller à l’essentiel, quitte à éluder des événements qui auraient pu expliquer certains événements.

« Sword Art Online » est une série surprenante par son déroulé mais surtout passionnante, avec une fin qui laissera le spectateur surpris, peut-être triste, mais heureux d’avoir passé un excellent moment.


Sword Art Online, intégrale arc 1 : Aincrad
- Réalisation : Tomohiko Ito
- Scénario : Reki Kawahara
- Musique : Yuki Kajiura
- Studio d’animation : A-1 Pictures
- Producteur : Aniplex, ASCII Media Works, Namco Bandai Games, Genco

Coffret 3 DVD
Épisodes 1 à 14
DVD 9- Zone 2- pal
- Format image : 16/9
- Audio : Stéréo 2.0
- Langue : Japonais, Français
- Sous-titres : Français
- Navigation  : lecture des épisodes en bloc ou au choix
- Éditeur : Wakanim
- Sortie : 31 décembre 2013
- Prix public conseillé : 18,95 €


© Edition Wakanim - Tous droits réservés


Frédéric Leray
18 octobre 2014






JPEG - 32.7 ko



JPEG - 13.6 ko



JPEG - 39.2 ko



JPEG - 8.5 ko



JPEG - 26.7 ko



JPEG - 5.6 ko



JPEG - 12.8 ko



JPEG - 7.5 ko



JPEG - 11.3 ko



JPEG - 7.8 ko



JPEG - 28.2 ko



WebAnalytics