YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Noël 2013 à moins de dix euros : Sprats
David Bessis
Allia, fantastique / littérature générale, 105 pages, mai 2005, 6,20 €

Noël à moins de dix euros, pourquoi ? Parce qu’il est bon d’aller un peu à rebours du rituel des « Beaux-Livres » qui est plus le rituel des livres coûteux que celui des livres réellement beaux. Parce qu’en matière de bibliophilie il n’est pas besoin de reliures en cuir précieux, de tranches dorées à l’or fin, de papier bible ou de coffrets d’artistes. Parce qu’il est des petits livres élégants, rares, précieux, méconnus, oubliés, qui permettent de faire plaisir et de se faire plaisir. Parce que ces petits livres sont multitude, certains publiés il y a longtemps, certains à tort déjà oubliés, et qu’il est bon d’aller plonger un peu plus loin que ce que proposent les modes, de plonger dans le passé pour en extraire des trouvailles singulières. Et parce qu’offrir de tels ouvrages, c’est diminuer considérablement le risque d’offrir à vos proches ce qu’un autre leur aura déjà offert, et augmenter considérablement les chances de leur faire une bonne surprise.



Pourquoi lire « Sprats  », pourquoi offrir « Sprats  » ?

Parce que « Sprats  », écrit il y a quelques années, se déroule en 2014, et que les fêtes de Noël 2013 sont une bonne date avant que ce livre, tout comme la préparation culinaire dont il parle, n’ait passé sa date de péremption.

Parce qu’un auteur qui débute son récit avec un exergue de Thomas de Quincey est forcément quelqu’un d’estimable.

Parce qu’un auteur capable de phrases telles que « Tous les indices se recoupent : je suis un monstre » ne peut pas être fondamentalement mauvais.

Parce que « Sprats  » est une histoire à la Franz Kafka, un auteur que l’on a hélas tendance à oublier.

Parce que « Sprats  » est un élégant petit livre, mince et violet-noir, à la couverture à la fois esthétique et discrète.

Parce que « Sprats  » trouve son fondement dans l’art culinaire, et qu’en le lisant en période de fin d’année on fera – peut-être – attention à ce que l’on mange au réveillon.

Parce que « Sprats  » est décalé, affreux, humoristique, pessimiste, désabusé, original.

Parce que « Sprats  », terriblement ancré dans le réel, est aussi une histoire de monstre et le journal d’un monstre. Parce que « Sprats  » est plein de tentacules et que les lecteurs de littérature de genre ne sauraient passer à côté d’une chose pareille.

Et tout ça pour la somme dérisoire de 6,20 euros.


Titre : Sprats
Auteur : David Bessis
Couverture : non créditée
Éditeur : Allia
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 105
Format (en cm) : 10,2 x 17
Dépôt légal : mai 2005
ISBN : 978-2-844851826
Prix : 6,20 €


Noël à moins de dix euros sur la Yozone :

- Robert Darvel : « La Mort aux tentacules de poussière »
- Arthur C. Clarke : « Les Montagnes hallucinogènes »
- Allen S. Weiss : « Comment cuisiner un phénix »
- Richard Bach : « Vole avec moi »
- Jean-Marie Blas de Roblès : « La Montagne de minuit »


Hilaire Alrune
5 décembre 2013






JPEG - 25.7 ko



WebAnalytics