YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Noël 2013 à moins de dix euros : La Mort aux tentacules de poussière
Robert Darvel
Le Carnoplaste, série Le Psychagog, n°1, fantastique, 38 pages, juin 2011, 6,50€

Noël à moins de dix euros, pourquoi ? Parce qu’il est bon d’aller un peu à rebours du rituel des « Beaux-Livres » qui est plus le rituel des livres coûteux que celui des livres réellement beaux. Parce qu’en matière de bibliophilie il n’est pas besoin de reliures en cuir précieux, de tranches dorées à l’or fin, de papier bible ou de coffrets d’artistes. Parce qu’il est des petits livres élégants, rares, précieux, méconnus, oubliés, qui permettent de faire plaisir et de se faire plaisir. Parce que ces petits livres sont multitude, certains publiés il y a longtemps, certains à tort déjà oubliés, et qu’il est bon d’aller plonger un peu plus loin que ce que proposent les modes, de plonger dans le passé pour en extraire des trouvailles singulières. Et parce qu’offrir de tels ouvrages, c’est diminuer considérablement le risque d’offrir à vos proches ce qu’un autre leur aura déjà offert, et augmenter considérablement les chances de leur faire une bonne surprise.



Pourquoi diable offrir « La Mort aux tentacules  » de poussière à vos proches ?

Tout d’abord, parce que c’est un charmant fascicule à l’ancienne, élégant et soigné, et parce qu’à côté des ouvrages de genre aux couvertures luisantes et criardes, eh bien, c’est tout simplement la classe.

Parce que ce n’est pas le-dernier-roman-de-machin-truc-vous-savez-celui-dont-tout-le-monde-parle et dont on trouvera des piles bradées à dix centimes d’euros dans les bacs des libraires d’ici à quelques mois. C’est même très exactement le contraire et rien que pour ça, ça doit faire envie.

Parce que c’est écrit dans une langue travaillée, un peu à l’ancienne mais pas trop, et que c’est plein d’inventivité et d’ironie.

Parce que cela décrit les mésaventures d’un quidam projeté dans l’au-delà et que cela donne pas mal de tuyaux sur ce qui s’y trouve. De telles connaissances finiront toujours par servir. L’euphorie des fêtes de fin d’année ne doit en effet pas nous faire oublier que nous allons tous y passer.

Parce que le Nouvel An approche et que certains ont d’ores et déjà pris de bonnes résolutions pour l’année à venir, par exemple de se débarrasser une bonne fois pour toutes de leur belle-mère qui leur gâche la vie depuis bien trop longtemps déjà. Pour éviter les affres morales dont peuvent s’accompagner de telles œuvres de salubrité publique, rien de tel que d’offrir à la vieille et lovecraftienne horreur, pour son ultime Noël, « La Mort aux tentacules de poussière », qui lui fera office de guide dans l’au-delà. Le désagrément d’une fin précipitée se verra ainsi amplement compensé par la possession d’un vade-mecum à la fois clair et didactique sur la manière d’évoluer au mieux dans un ailleurs où elle devrait déjà être depuis bien longtemps. Et vous n’aurez, en définitive, rien fait d’autre qu’une excellente action dont juges et moralistes, s’ils en ont vent, ne pourront que vous féliciter.

Et tout cela, pour 6,50 euros seulement !


Titre : La Mort aux tentacules de poussière
Série : Le Psychagog, n° 1
Auteur : Robert Darvel
Couverture : Willy Favre
Éditeur : Le Carnoplaste
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 38
Format (en cm) : 20 x 27
Dépôt légal : Juin 2011
ISBN : 978-2-35790016-5
Prix : 6,50 €


Noël à moins de dix euros sur la Yozone :
- Arthur C. Clarke : « Les Montagnes hallucinogènes »
- Allen S. Weiss : « Comment cuisiner un phénix »
- Richard Bach : « Vole avec moi »
- David Bessis : « Sprats »
- Jean-Marie Blas de Roblès : « La Montagne de minuit »


Hilaire Alrune
5 décembre 2013






JPEG - 28.4 ko



WebAnalytics