YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Snowpiercer : Le transperceneige
Film sud-coréen américain français de Bong Joon-Ho (2013)
30 octobre 2013

***,5



Genre  : Science fiction
Durée  : 2h06

Avec Chris Evans (Curtis), Ed Harris (Wilford), Tilda Swinton (Mason), Jamie Bell (Edgar), Octavia Spencer (Tanya), John Hurt (Gilliam),Ewen Bremner (Andrew), Luke Pasqualino (Grey), Kang-ho Song (Namgoong Minsu), Steve Park (Fuyu), Clark Middleton (Le peintre), Adnan Haskovic (Franco), Tómas Lemarquis (Egg-head), ….

Interdit aux moins de 12 ans

2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…

L’adaptation d’une BD à l’écran n’est jamais chose aisée. D’autant plus quand il s’agit d’une bande dessinée de science fiction de la trempe de celle de Jacques Lob, Benjamin Legrand et Jean-Marc Rochette. Une BD centrée sur ses personnages et qui tient place dans un lieu unique en perpétuel mouvement.
Mais Bong Joon-Ho, qui était tombé par hasard dessus il y a quelques années, rêvait depuis de s’y atteler. Du coup, quand Park Chan-Wook et Lee Tae Hun, à la tête de Moho Films, lui proposent de produire son prochain film, le réalisateur sud-coréen, réputé pour transformer chacun de ses projets en réussite, leur suggère« Le Transperceneige ». Le temps d’acquérir des droits d’adaptation de l’oeuvre de papier, ce qui est fait en 2006, et Bong Joon-Ho peut s’atteler à la rédaction du script de son futur film.

La densité, le rythme et la progression dramaturgique des trois volumes de le la bande dessinée n’étant pas adapté pour un film, Bong Joon Ho s”est essentiellement attaché à la métaphore sociale du train, à son environnement et ses règles pour bâtir une intrigue relativement différente, tout en restant très fidèle à l’esprit originelle de la création de Jacques Lob, et plus particulièrement au premier volume de la bande dessinée (et sur les 2 autres tomes pour l’aspect strictement visuel).
Le récit d’un héros solitaire qui remonte du fond du train jusqu’au premier wagon et engendre, se faisant, la révolte de tous les oubliés ou laissés pour compte à la façon d’un Spartacus ou d’un Che Guevara. Transformant chaque wagon qu’il(s) traverse(nt) en étape symbolique doublée d’une rencontre décisive,jusqu’à la confrontation finale avec Wilford (Ed Harris), le concepteur du train et le gardien de la machine sacrée.

JPEG - 30.1 ko

Exit donc Proloff et Adeline Belleau (les personnages centraux de la BD). Le héros, interprété par Chris Evans, se nomme Curtis. et va être aider par deux nouveaux protagonistes forts, Namgoong Minsoo, le spécialiste de la sécurité du train, et Yona, sa fille née dans le train, respectivement interprété par Song Kangho, la star du cinéma sud-coréen, et Ko Asung, la petite fille de « The Hiost ». A noter également côté acteurs, outre Chris Evans et Ed Harris, les présences de John Hurt en gourou de la queue du train et Tilda Swinton, méconnaissable, en bras droit de Wilford.

Malgré sa durée (un peu plus de 2h) et de l’unicité de son lieu (exception faite des magnifiques paysages traversés par le Snowpiercer), le film ne souffre d’aucun manque de rythme et emporte le spectateur via quelques séquences très graphiques (le wagon aquarium, la fusillade dans un virage à travers les vitres du train) . Et cela en dépit en dépit de quelques incohérences (le wagon aquarium, l’absence de compartiments pour les passagers de l’avant du train ?).

Il n’en reste pas moins un très bon film, même si Bong Joon Ho s’avère encore meilleur sur le registre du thriller policier façon « Memories of murder » ou « Mother », que sur celui du fantastique, « The Hiost » compris.

NB  : Parallèlement à la sortie du film, les éditions Casterman ont sorti mi-octobre, l’intégrale de la BD de Jacques Lob, Benjamin Legrand et Jean-Marc Rochette. BD que nous aurions aimé également vous chroniquer, si les éditions sus-citées avaient daigné nous la faire parvenir sous une autre forme qu’un PDF. Car bien que nous soyons un gros site de BD, les éditions Casterman ne nous font bénéficier d’aucun service de presse BD. Tant pis pour eux, et malheureusement, tant pis aussi pour vous.

FICHE TECHNIQUE

Réalisation  : Joon-ho Bong
Scénario  : Joon-ho Bong & Kelly Masterson d’après le scrpt de Bong Joon Ho d’après la bande dessinée de Jacques Lob, Benjamin Legrand & Jean-Marc Rochette
Producteurs  : Jeong Tae-sung, Lee Tae-hun, Park Chan-wook, Steven Nam
Coproducteurs  : Robert Bernacchi, Dooho Choi, Francis Chung, David Minkowski, Park Tae-joon Park, Matthew Stillman
Musique originale : Marco Beltrami
Image  : Kyung-Pyo Hong
Montage  : Steve M. Choe
Casting  : Jenny Jue, Johanna Ray
Création des décors : Ondrej Nekvasil
Direction artistique : Stefan Kovacik
Décorateur de plateau :Beata Brendtnerovà
Costume  : Catherine George
Maquillage  : Jeremy Woodhead
Production  : SnowPiercer, Moho Films, Opus Pictures, Stillking Films, CJ Entertainment
Distribution  : Wild Side / Le Pacte


© Wild Side / Le Pacte



Bruno Paul
29 octobre 2013






JPEG - 23.1 ko



JPEG - 10.6 ko



JPEG - 8.7 ko



JPEG - 10.4 ko



JPEG - 8.3 ko



JPEG - 7.2 ko



JPEG - 8.4 ko



JPEG - 8.7 ko



JPEG - 10.7 ko



WebAnalytics