YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Thor : Le Monde des Ténèbres
Film américain d’Alan Taylor (2013)
30 octobre 2013

****,5



Genre  : Science-Fiction
Durée  : 1h52

Avec Chris Hemsworth (Thor), Natalie Portman (Jane Foster), Tom Hiddleston (Loki), Stellan Skarsgård (Selvig), Idris Elba (Heimdall), Christopher Eccleston (Malekith), Adewale Akinnuoye-Agbaje (Algrim/Kurse), Kat Dennings (Darcy), Ray Stevenson (Volstagg), Zachary Levi (Frandal), Tadanobu Asano (Hogun), Jaimie Alexander (Sif), avec Rene Russo (Frigga), Anthony Hopkins (Odin)

Thor se bat pour restaurer l’ordre dans l’univers, mais une ancienne race, sous la conduite du terrible Malekith, un être assoiffé de vengeance, revient pour répandre les ténèbres. Confronté à un ennemi que même Odin et Asgard ne peuvent contrer, Thor doit s’engager dans son voyage le plus dangereux et le plus personnel, un voyage qui va le ramener vers Jane Foster et l’obliger à tout sacrifier pour sauver l’espèce humaine…

Si Asgard m’était conté.....

Avouons-le. Nous partions quelque peu à reculons avec Bruno (ndrec : parce que Fred Leray il est grand fan du Thor) pour voir ce second volet de Thor, intitulé laconiquement : « Thor : le monde des ténèbres ». Malgré l’agréable surprise du premier opus, l’épisode new-yorkais des dieux nordique dans « Avengers », un manque de considération pour Thor restait encré en nous.

« Thor », le Dieu au marteau adapté une première fois par Kenneth Branagh avait inscrit les personnages, les traits de caractère et l’imaginarium d’Asgard et de Midgard aux cinévores adepte des super-héros.
Après l’escapade New-yorkaise de Loki, le second volet était plus au moins attendu.

Serait-il pas le volet de trop de la saga Marvel ?
A part ses muscles que peut nous proposer Thor ?
Il ne possède pas le charisme d’Iron Man, il est loin des griffes de Wolverine, du magnétisme de Magneto et de l’intelligence du Professeur Xavier.
C’était sans compter sur les dons des scénaristes et du talent de réalisation d’Alan Taylor.

« Thor : le monde des ténèbres » est un blockbuster avec tout ce que cela comporte.
Le film basé sur l’action, est rempli d’humour, de valeurs, de méchants : des vraies, les elfes noires et des sournois : Loki.

Tom Hiddleston qui prête ses traits au demi-frère de Thor est, pour notre plus grand plaisir, un méchant magnifique !
Par le biais d’un gag, Alan Taylor nous donne même envie du second volet de « Captain America : le soldat de l’hiver », et prévu sur les écrans au printemps 2014 !!!

« Thor : le monde des ténèbres » possède la faculté de ses films qui nous transporte dans un autres univers, il nous déconnecte du temps.
Il est dur de quitter ces neuf royaumes et la mythologie nordique revisitée par Stan Lee & Jack Kirby.

La représentation d’Asgard est somptueuse. Nous ne sommes plus uniquement sur le Bifrost ( le pont arc-en-ciel et unique portail permanent reliant le royaume des dieux (Asgard) ou royaume des humains (Midgard) et le palais. Alan Taylor nous permet d’être touriste dans ce monde divin.
Nous le découvrons en même temps que Jane Foster (Nathalie Portman) l’astrophysicienne plus que douée, qui côtoie Thor et le monde des dieux.

Outre la menace des elfes noires et leur commandant Malekith, qui sont assez terrifiants, Thor doit faire face à son demi-frère Loki, aux sentiments d’abandon que ressent Jane et à la guerre qui s’allume dans les différentes royaumes qu’Odin a sous son contrôle.
Sa mission assez complexe, Thor l’accomplit avec Mjolnir, son marteau, le Trio Palatin - Volstagg, Fandral, Hogun- et Sif.

Ce super-héros divin n’a pas fini de nous surprendre, un troisième volet est-il prévu ? Nous pouvons nous avancer en disant oui, et il est aussi sûr que certains des personnages de ce volet réapparaîtront dans d’autres films franchisés Marvel.

Deux conseils :
> N’oubliez pas de jouer à « Où est Stan Lee ? » !

> Ne quittez pas le cinéma avant la fin, j’ai bien écrit la FIN complète du générique !!!

**********************SPOIL************************

Dans les deux dernières scènes incluses dans le générique, à part la seconde qui est un happy-end digne de Coup de Foudre à Nothing Hill mais qu’on approuve et à laquelle on adhère, la première risque de vous laisser pantois dans votre siège.
Nous découvrons le collectionneur sous les traits de M.Benicio Del Toro. L’horizon de Marvel au cinéma semble plus que jamais ensoleillée et scintillante.

Ingrid Etienne

Un autre avis

****,5

On ne l’avait pas vraiment vu venir, mais Alan Taylor, qui œuvrait jusqu’à présent dans l’univers des séries sur le petit écran, décoche un second opus des aventures de Thor sur grand écran particulièrement bien enlevé.
Il est certes servi par un scénario aux multiples péripéties et rebondissements, en un mot captivant, des dialogues bien sentis, un casting en béton armé, sans oublier le désormais savoir faire du Studio Marvel, parvenu à transposer son univers bédéphilique en version live au cinéma, il n’empêche qu’il (Alan Taylor, le réalisateur, pour ceux que j’aurais perdu en chemin) fait preuve d’un réel sens du rythme, de l’action, du spectaculaire et du comique.
Car ce Thor et le monde des ténèbres est aussi particulièrement drôle, n’hésitant pas, au moment où plus rien ne va plus, et quand ça va plus, que les ténèbres se répandent de monde en monde, c’est bien flippant, à détendre l’atmosphère par une pur moment de comédie, un crescendo de gags hilarants. Cela finit par déboucher sur un combat homérique dans lequel Thor (toujours aussi peu expressif Chris Hemsworth), Jane Foster, (délicieuse Natalie Portman), Darcy (Kat Dennings), son assistant et le professeur Selvig (Stellan Skarsgård) affrontent Malekith (excellent Christopher Eccleston) et ses forces obscures.
Un affrontement très spectaculaire et très fun, dont la particularité est de se dérouler sur une zone soumise à de fortes distorsions interdimensionnelles propulsant les combattants de monde en monde.
Bref, le genre de combat que l’on ne pouvait jusqu’à présent voir que dans une BD.

Mention spéciale au personnage de Loki, et à son interprète Tom Hiddleston, à qui les Studios Marvel devraient penser, si ce n’est déjà fait, pour en faire le héros d’un film, un film dérivé en quelque sorte, voire une série de films. Ainsi qu’à Greg Evans pour l’apparition aussi furtive que désopilante de son « Captain America ».

Et pour finir en disant un peu de mal, il est vrai que l’approche résolument science fictive du sujet bouffe son aspect mythologique, ce qui ne sera pas sans décontenancer, voire irriter les puristes du super héros au marteau. Autre point de … surprise : les bruits des vaisseaux. pourquoi diantre nous avoir collé des sons à la Star Wars ? En hommage à la reine Amidala ?

Bruno Paul

FICHE TECHNIQUE

Titre original  : Thor : The Dark World
Réalisation  : Alan Taylor
Scénario  : Christopher Yost, Christopher Markus & Stephen McFeely d’après une histoire de Don Payne & Robert Rodat inspirée par les personnages du comic-book de Stan Lee, Larry Lieber & Jack Kirby
Producteur : Kevin Feige
Producteurs exécutifs : Victoria Alonso, Louis D’Esposito, Alan Fine, Nigel Gostelow, Craig Kyle, Stan Lee
Musique originale : Brian Tyler
Image  : Kramer Morgenthau
Montage  : Dan Lebental, Wyatt Smith
Casting  : Sarah Finn
Création des décors : Charles Wood
Direction artistique :Ray Chan
Décorateur de plateau : Guðni Líndal Benediktsson, John Bush
Costume  : Wendy Partridge
Production  : Marvel Studio
Distribution  : Walt Disney Company France

LIEN(S) YOZONE

=> La bande annonce (vost)
=> La conférence de presse


© Image : Walt Disney Company France



Bruno Paul
Ingrid Etienne
30 octobre 2013






JPEG - 14.9 ko



JPEG - 9.8 ko



JPEG - 20.5 ko



JPEG - 16.5 ko



JPEG - 17.9 ko



JPEG - 17.7 ko



JPEG - 18.9 ko



JPEG - 20 ko



JPEG - 17.9 ko



WebAnalytics