YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Saint Seiya, édition Deluxe (T12)
Masami Kurumada
Kana

Seiya est parvenu à détruire le pilier du Pacifique Nord. Shun, quant à lui, est arrivé devant le pilier du Pacifique Sud. Et il n’aura pas à attendre longtemps avant de subir l’assaut du général protégeant l’immense colonne. Son nom : Io de Scylla. Comme la créature mythique qu’il symbolise, et grâce à sa squale, cette armure des généraux de Poséidon, Io possède le pouvoir des six bêtes féroces de la terrible Scylla. Et c’est avec un peu d’orgueil que le général va montrer à Shun la puissance des six créatures. Seulement, sous-estimer la capacité d’adaptation de la chaîne nébulaire est une grave erreur. Car la volonté de Shun est sans faille et détruire le pilier du Pacifique Sud son unique but.



Alors que Shun terrassait le pilier du Pacifique Sud grâce au nunchaku d’or, Shiryu approchait du pilier de l’Océan Indien. Le général le protégeant se nomme Krishna de Chrysaor et se glorifie d’avoir en sa possession la mythique lance du fils de Poséidon dont il porte le nom. La lame de la lance semble pouvoir fendre n’importe quelle matière. Même le bouclier du dragon ne parvient pas à stopper la lance de Chrysaor. Shiryu est-il impuissant face au général de l’Océan Indien ? Quelqu’un pense le contraire, quelqu’un qui fit un cadeau sans prix au Saint du Dragon : Shura du Capricorne. Et ce cadeau n’est autre que son arme sacrée : Excalibur. Dorénavant, Shiryu possède en lui la puissance de l’épée du Capricorne, mais aussi bien plus, son armure ayant reçu le précieux sang d’un Saint d’Or.

JPEG - 69.1 ko

Deuxième tome dédié à la saga de Poséidon. Suivant la même logique que la bataille du Sanctuaire, nos chers Saints de Bronze doivent affronter un général du dieu de la mer et détruire le pilier qu’il protège. Comme à son habitude, Kurumada ne fait pas dans la finesse côté scénario. Il utilise la méthode qui a fait son succès et joue plutôt sur la qualité des adversaires de nos héros. Avec Io de Scylla, Kurumada innove en offrant au général une palette de coups très complète. L’armure du général a d’ailleurs la particularité de posséder un symbole de chacune des six bêtes de Scylla. Bon, n’attendez pas de Charybde, Kurumada s’est limité à une seule des deux protectrices mythiques du détroit de Messine.

Le deuxième adversaire aura un gout indien. Si Kurumada nous explique clairement qui fut Chrysaor, il ne s’attaquera pas à l’explication du nom du général de l’Océan Indien : Krishna. Pourtant, la technique ultime de ce dernier est plus lié à l’Hindouisme qu’à la mythologie grecque. Krishna est la divinité suprême à l’origine de toutes les autres. Difficile de ne pas faire un rapprochement entre le général de Poséidon et Shaka de la Vierge. Tous les deux trouvent leur origine en Inde, même s’ils symbolisent deux religions différenteq. Toutefois, comme les autres généraux, Krishna ne sera pas à la hauteur. Pourtant, il va pousser Shiryu dans ses ultimes retranchements. Une nouvelle fois, notre héros perdra la vue. Une habitude depuis son combat contre le Saint d’Argent au bouclier de la Méduse.

Le prochain général verra son destin le rattraper dans le tome 13, avec en prime un retour très attendu.


Saint Seiya, édition Deluxe (T12)
- Auteur : Masami Kurumada
- Traducteur : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kana
- Collection : Big Kana
- Format : 145 x 210, noir et blanc - sens de lecture original
- Nombre de pages : 224 pages
- Date de parution : 18 janvier 2013
- ISBN : 9782505017066
- Prix : 9,25 €


A lire sur la Yozone  :
Saint Seiya, la série culte
Saint Seiya, édition Deluxe (T1)
Saint Seiya, édition Deluxe (T2)
Saint Seiya, édition Deluxe (T3)
Saint Seiya, édition Deluxe (T4)
Saint Seiya, édition Deluxe (T5)
Saint Seiya, édition Deluxe (T6)
Saint Seiya, édition Deluxe (T7)
Saint Seiya, édition Deluxe (T8)
Saint Seiya, édition Deluxe (T9)
Saint Seiya, édition Deluxe (T10)
Saint Seiya, édition Deluxe (T11)


SAINT SEIYA –ULTIMATE EDITION- © 1985 BY MASAMI KURUMADA / SHUEISHA Inc.
© Edition Kana - Tous droits réservés


Frédéric Leray
19 août 2013






JPEG - 38.9 ko



JPEG - 32.7 ko



JPEG - 41.4 ko



JPEG - 44.1 ko



WebAnalytics