YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Enfants Loups, Ame etYuki (Les)
Edition simple DVD - Kaze Vidéo
5 juin 2013

Hana est une jeune étudiante en histoire. Durant les cours, elle remarque un étrange jeune homme qui s’avère ne pas être inscrit. Séduite par son côté simple et secret, elle se rapproche peu à peu de lui et en tombe amoureuse. Mais ce jeune homme est loin d’être ordinaire : il est le dernier descendant des hommes loups japonais. Pourtant, elle n’a pas peur de sa forme animale et accepte de vivre avec lui... et de lui donner deux beaux enfants : la petite Yuki et le petit Ame. Mais alors que le dernier est encore bébé, leur père est retrouvé mort dans un canal. Pour Hana, c’est alors l’inconnu qui s’ouvre à elle, devant élever deux enfants qui ne maîtrisent pas leur transformation sous forme lupine. Attirant de plus en plus l’attention de ses voisins et des services sociaux. Hana décide de partir loin dans les montagnes où vécut leur père et de permettre à ses enfants de choisir entre l’homme et le loup.



Vivre en pleine campagne est loin d’être simple. Ne pouvant s’offrir qu’une très vieille demeure en ruines, Hana décide de la retaper par elle-même. Mais alors que Yuki s’épanouit dans cet univers, Ame se referme. Et bientôt, Hana se retrouve à court d’argent. Mais que cela ne tienne, elle vivra de ses plantations. Toutefois, devenir agriculteur ne s’improvise pas. Son courage va attirer l’attention du plus bougon de ses voisins qui va, sans trop le montrer, les aider à cultiver la terre et surtout à s’intégrer dans la communauté. Bientôt, ce sera au tour de Yuki de vouloir se mélanger aux autres enfants en entrant en crèche. Si la fillette fait tout pour se faire des amis, Ame reste asocial jusqu’au jour de l’accident...

JPEG - 33.1 ko

« Les Enfants Loups » est le nouveau film d’animation de Mamoru Hosoda. Réalisateur et scénariste, il nous avait déjà enchanté avec « La Traversée du Temps », l’histoire d’une adolescente qui se découvre le pouvoir de remonter le temps. Il continuait à étonner son public avec « Summer Wars », cette fable sur les mondes virtuels mais aussi l’importance des origines des familles japonaises. Cette fois encore, le réalisateur nous parle de famille mais sous un angle fantastique, avec l’histoire de cette mère de ses deux enfants loups.

Mamoru Hosoda revient à un style tout en poésie et en finesse. Le début du film est d’ailleurs souvent muet, présentant l’évolution de la relation entre Hana et l’homme loup par des saynètes et une musique qui l’enveloppe parfaitement. Pas besoin de mots pour expliquer, tout se comprend parfaitement et la rupture sonore sera faite avec la mort du loup, une légère plage silencieuse qui marquera la rupture dans l’existence d’Hana. Après le romantisme, nous passons dans le tragique, avec cette mère ne sachant comment élever deux enfants, ayant la fâcheuse manie d’utiliser leur lycanthropie naturelle sans crier gare. Mamoru Hosoda nous parle autant de la difficulté d’élever des enfants pour une mère seule que celle d’élever des enfants différents. Une sublime métaphore sur la tolérance qui sera pourtant pessimiste puisque la petite famille devra fuir la grande ville.

Le film va alors s’attarder sur un double retour aux sources. Tout d’abord celui d’Hana qui va réapprendre la vie en campagne, apprendre à cultiver son champ pour se nourrir. Il y aura évidemment le vieux bougon qui s’avérera des plus attentifs et prévenants pour cette petite famille. On peut regretter que cette relation s’achève trop rapidement quand les enfants partiront à l’école et que Mamoru Hosoda passera au second retour aux sources : celui des jeunes loups dans leur milieu naturel. Hana va donc offrir à ses enfant un terrible choix : rester parmi les humains ou partir vivre comme un loup. Toutefois, c’est évidemment un faux choix, car comme avec tout parent, ce dernier est biaisé : Hana ne souhaite pas perdre ses enfants.

Hana va donc vivre la douloureuse séparation d’un parent avec son enfant devenu grand. Avec l’adolescence, le désir de liberté se développe chez les deux louveteaux et chacun va suivre sa voie, très différente l’une de l’autre. Une belle métaphore sur l’éveil à l’age adulte chez l’adolescent. Mais ce sera d’autant plus violent pour Hana que l’un des deux choisira la vie sauvage. Mais Mamoru Hosoda ne tombera jamais dans la mièvrerie ou l’auto-apitoiement. Le discours du réalisateur est toujours optimiste et avec une foi inébranlable dans l’avenir.

Graphiquement, « Les Enfants Loups » est une pure merveille, associant avec brio la 2D classique, un soupçon de 3D pour les décors mais surtout générant une atmosphère que seuls les studios japonais savent créer, celle du retour à la nature, où la campagne nippone est tout autant actrice que décor. Le design des loups est très doux, rendant le film accessible sans difficulté aux plus jeunes des spectateurs. Les deux enfants, Yuki et Ame, leur ouvrent un monde à la fois connu mais aussi mystérieux et envoûtant. Quel que soit l’age, le spectateur est baigné par ce moment de bonheur, de tendresse mais aussi de tristesse.

Succès lors de sa sortie en salle avec 200 000 entrées, « Les Enfants Loups, Ame et Yuki » continuera à ravir son public avec ses trois éditions DVD, Blu Ray et Combo DVD+Blu Ray.


Les Enfants Loups, Ame etYuki
- Studio : Studio Chizu
- Réalisateur  : Mamoru Hosoda
- Scénario : Satoko Okudera, Mamoru Hosoda
- Musique : Masakatsu Takagi
- Directeur artistique : Hiroshi Ohno
- Direction de l’animation : Takaaki Yamashita
- Character designer : Yoshiyuki Sadamoto
- Production : NTV, Studio Chizu, Madhouse, Kadokawa Shoten Co.,LTD, VAP, D.N. dreampatners, YTV, Toho, dentsu/STV.MMT.SDT.CTV.HTV.FBS

Edition simple DVD
DVD 9- Zone 2- pal
- Durée : 1h57
- Format image : 4/3, 1024x576p
- Audio : 5.1 DTS HD
- Langue : Japonais-Français
- Sous-titres : Français
- Editeur : Kaze
- Sortie : 5 juin 2013
- Prix public conseillé : 24,95 €


© Kaze - Tous droits réservés


Frédéric Leray
11 juin 2013






JPEG - 27 ko



JPEG - 9.6 ko



JPEG - 28.8 ko



JPEG - 4.7 ko



JPEG - 6.4 ko



JPEG - 9 ko



JPEG - 9.8 ko



JPEG - 10.1 ko



JPEG - 6.7 ko



JPEG - 11.1 ko



JPEG - 13.9 ko



WebAnalytics