Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Battle Royale, Angels’ Border
Koushun Takami, Mioko Ohnishi et Youhei Oguma
Soleil Manga

République d’Extrême-Orient. Cet Etat s’est peu à peu replié sur lui-même, contrôlant la vie de ses citoyens, interdisant les pensées et lectures subversives. Mais pour engendrer chez ses jeunes la crainte et le respect de l’autorité, le gouvernement a instauré un pseudo programme militaire dans lequel une classe de 3e année de collège est isolée sur une île avec un seul but : il ne doit en rester qu’un. Recevant une arme et un kit de survie, tous les élèves vont devoir s’entretuer pour déterminer l’unique chanceux qui pourra retourner à la vie normale. Les règles empêchent toute collision à long terme et pourtant, un groupe de jeunes filles va tenter de défier le programme et s’unir pour survivre. Voici leur histoire...



C’est au tour de Yukie et de Haruka de monter la garde en haut du phare. C’est un exercice obligatoire pour assurer la sécurité de leur petit groupe. Elles savent bien qu’un jour ou l’autre le phare deviendra une zone interdite, mais en attendant ce moment, elles y campent. Depuis longtemps, Haruka est amoureuse de Yukie mais cet amour est à sens unique. Et pour ne pas mettre mal à l’aise son amie, elle n’ose pas la toucher. Cela aurait pu se retourner contre elle au début du jeu quand elles retrouvèrent face à face, Yukie armée d’un revolver et Haruka d’un marteau. Mais le but de Yukie était de réunir le plus de filles possible afin de pouvoir survivre le temps de trouver une solution à ce jeu. Que des filles et surtout pas de garçons, car un seul pourrait provoquer la fin du groupe...

JPEG - 24.7 ko

Koushun Takami est l’auteur du roman « Battle Royale » qui fut adapté d’abord en film par Kinji Fukasaku puis en manga pour lequel Koushun Takami s’était déjà attelé au scénario tandis que Masayuki Taguchi l’illustrait avec son destin hyper réaliste où gore et sexe se mélangeaient avec allégresse.

Dans « Angels’ Border », Koushun Takami s’intéresse à un groupe de personnages qu’il avait assez rapidement éradiqué de l’île. D’ailleurs, les deux épisodes qui composent ce one-shot utilise, soit en flash-back, soit en final, l’auto-massacre du groupe des filles du phare. N’ayant pas développé comme il aurait voulu ces personnages dans la série d’origine, Koushun Takami profite de ce one -shot pour faire un zoom sur trois de ces filles. Tout d’abord Yukie et Haruka, la dernière devant assumer un amour lesbien sans espoir de contrepartie car Yukie est amoureuse du garçon qui allait provoquer leur perte. Ce premier épisode nous parle donc principalement de l’amour homosexuel féminin avec tous les non dits, les mensonges qu’un amour interdit peut impliquer, interdit par une pensée unique très moralisatrice mais aussi et surtout par la non réciprocité de cet amour et la peur de blesser l’autre en l’avouant. Voila une très belle histoire nous montrant un amour lesbien très pur et très beau mais qui finira par être rattrapé par le programme.

Le second épisode s’attaque plus à la société inventée par Koushun Takami, cette république de l’Extrême-orient qui fait inévitablement penser au « 1984 » de George Orwell. Une jeunesse endoctrinée dès le plus jeune age et des groupuscules de rebelles pourchassés comme des parias. L’histoire de Matsui et de Mimura est intéressante car elle va réunir deux personnages totalement à l’opposé l’un de l’autre qui vont se révéler des secrets très intimes, qui pourraient leur causer d’énormes problèmes par la police politique. On retrouve ici la critique des régimes imposant une pensée unique comme elle peut être présente depuis dans des titres comme « Ikigami » ou « Library Wars ». Ici, la violence n’apparaîtra qu’à la toute fin de l’histoire et encore très édulcorée.

Car les dessins de Mioko Ohnishi et Youhei Oguma n’ont vraiment rien à voir avec ceux de Masayuki Taguchi. Quand ce dernier use et souvent abuse du gore, ici, les deux mangakas vont tout en finesse, avec un côté féminin très marqué dans le dessin, collant parfaitement avec les thèmes développés par Koushun Takami. Le trait noir très lourd fait place à des crayonnés légers, qui ne laissent que transparaître l’horreur qui attend les jeunes femmes, et ne s’appesantissant pas sur les meurtres qui vont se perpétuer dans le phare.

« Battle Royale, Angels’ Border » est un complément très intéressant et sortant de la logique du manga original. Une bonne initiative, pour les lecteurs qui ont cherché à regarder au-delà de la tuerie et d’une lecture trop simpliste de cette oeuvre.


Battle Royale, Angels’ Border
- Scénario : Koushun Takami (avec N-Cake)
- Dessin : Mioko Ohnishi et Youhei Oguma
- Traducteur  : Patrick Alfonsi
- Éditeur : Soleil Manga
- Collection : seinen
- Format : 128x182 mm
- Pagination : 226 pages
- Dépôt légal : 27 mars 2013
- Numéro ISBN : 978-2-30202-802-9
- Prix public : 8,99 €


© 2012 KOUSHUN TAKAMI (AKITASHOTEN JAPAN)
© Edition Soleil- Tous droits réservés



Frédéric Leray
15 avril 2013




JPEG - 50.1 ko



JPEG - 24.3 ko



JPEG - 20.3 ko



JPEG - 26.8 ko



WebAnalytics