Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Night Watch
Film russe de Timur Bekmambetov (2004)
28 septembre 2005

*



Genre : Fantastique
Durée : 1h55

Avec Konstantin Khabensky (Anton Gorodetsky), Vladimir Menshov (Geser), Valeri Zolotukhin (Le père de Kostya), Mariya Poroshina (Svetlana), Galina Tyunina (Olga), Yuri Kutsenko (Ignat) Aleksei Chadov (Kostya), Zhanna Friske (Alisa Donnikova), Ilya Lagutenko (Andrei), Viktor Verzhbitsky (Zavulon), Rimma Markova (Darya Schultz), Mariya Mironova (La mère de Yegor), Aleksei Maklakov (Semyon)

Notre planète n’était qu’un champ de bataille pour les armées de l’Ombre et de la Lumière avant ce jour de l’an 1342 où, face à face pour la confrontation finale, elles décidèrent d’une trêve. Depuis, « Les Autres » sont les gardiens de la paix dans notre monde. Délégués par chacun des deux camps, ces agents aux super-pouvoirs surveillent les agissements des non-humains et ont autorité pour régler les conflits dans le « Gloom », le lieu intermédiaire permettant de passer dans notre dimension. Mais cet équilibre précaire est menacé par les termes d’une ancienne prophétie : la crainte qu’un « Autre » bascule dans le camp opposé et fasse replonger le monde dans le chaos des hostilités.

Énorme succès commercial en Russie, « Night Watch », premier volet cinématographique de la trilogie romanesque de Sergueï Lukyanenko, bénéficie d’une sortie en grande pompe en Europe et aux USA. L’occasion de jeter un œil sur le cinéma fantastique russe - que l’on pensait moribond tant les films de genre, depuis..... Tarkovski, semblent peiner à traverser l’Europe centrale - si l’ambition première du film de Timur Bekmambetov n’était justement de rompre avec la tradition pour s’imposer comme le premier blockbuster vodka tomate (le Bloody Mary n’étant pas une boisson russe).
Un cocktail surprenant, ancré dans un réalisme moscovite peuplé de vampires où « Les Autres » s’affronteraient dans un non-lieu qui doit autant à « Matrix » et au « Seigneur des anneaux » qu’à « La guerre des étoiles ».
Un mélange dévastateur qui a conquis la jeunesse russe, nourrie aux clips et aux jeux vidéos, mais qui ne devrait pas, ici, influencer la mode (comme dans son pays d’origine) tant le réalisateur, à trop vouloir recycler les plans américains, finit par perdre son russe et nous notre latin.
En effet, rapidement perdu par cette narration au montage hystérique et aux personnages inconsistants, on assiste médusé à un enchaînement de tableaux à l’intérêt et à l’esthétisme discutables sans vraiment comprendre où tout cela est censé nous mener. Certes, si les intentions premières sont présentées comme louables - offrir une dimension internationale au cinéma fantastique russe - et si « Night Watch » n’est que le premier volet d’une trilogie à compléter par les futurs « Day Watch » et « Dusk Watch », on se demande, face à l’avalanche d’artifices utilisés, si tout cela n’est pas simplement le fruit d’un opportunisme forcené.

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Nochnoj dozer

Réalisation : Timur Bekmambetov
Scénario : Timur Bekmambetov et Laeta Kalogridis d’après les romans de Sergei Lukyanenko

Producteurs : Konstantin Ernst, Anatoli Maksimov
Producteurs exécutifs : Varvara Avdyushko, Aleksei Kublitsky

Musique originale : Yuri Poteyenko
Image : Sergei Trofimov
Montage : Dmitri Kiselyov
Création des décors : Mukhtar Mirzakeyev, Valeri Viktorov
Direction artistique : Valeri Viktorov
Création des costumes : Varvara Avdyushko
Directeur de production : Larry Ewing
Effets spéciaux : Peter Gorshenin
Effets visuels : Aleksandr Gorokhov, Vladimir Leschinski, Pavel Perepyolkin
Cascades : Sergei Vorobyov

Production : Bazelevs Production, Channel One Russia, TABBAK
Distribution : 20th Century Fox

Relation presse : Laurence Granec/Karine Ménard



Bruno Paul
28 septembre 2005






JPEG - 21.9 ko



JPEG - 9.5 ko



JPEG - 10.2 ko



JPEG - 7.9 ko



WebAnalytics