YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Galilée ou l’Amour de Dieu
Édition Simple DVD Koba Films Vidéo
11 janvier 2006


Quand on s’intéresse à la SF, on a souvent eu un jour la tête pointée vers les étoiles. Galilée (1564-1642), savant florentin du 17ème siècle, lui aussi regarda trop attentivement les astres. Pour avoir souscrit aux thèses de Copernic et tenté de prouver dans un très chaste dialogue que la Terre n’était pas au centre de l’univers, il s’attira les foudres de l’église et du abjurer. Un procès quasi mythique dont la thématique centrale (opposition entre un pouvoir religieux et la science) sera maintes fois exploitée ensuite par la SF littéraire (cf. le génialissime « Un Cantique pour Leibowitz » de Walter M. Miller, Folio SF).

On avait découvert Jean-Daniel Verhaeghe avec ses respectueuses adaptations de Balzac (« Bouvard et Pécuchet », « Le Père Goriot »), il avait frappé très fort avec sa « Controverse de Valladolid », il confirme aujourd’hui tout son talent avec « Galilée ou l’Amour de Dieu ».
Mise en scène d’une intense sobriété, direction d’acteurs parfaite, dialogues ciselés par Claude Allègre, ce téléfilm est à voir et à revoir. Cependant, tout autant que l’intelligence de la chose, ce qui frappe d’emblée, c’est la portée universelle du procès.
Car au fond, Galilée est autant victime d’un règlement de compte interne à l’Église que pour avoir mis sur la place publique quelques théories scandaleuses pour l’époque. À ce sujet, on écoutera attentivement la discussion qu’il a avec le Pape Urbain VIII dans sa cellule. Le dialogue est éminent politique et très peu scientifique.

Une grande partie de l’intérêt du téléfilm est aussi là et devrait intéresser tous les passionnés d’Imaginaire. Au fond, en condamnant Galilée, l’Inquisition souhaitait aussi tuer dans l’œuf le pouvoir de rêver autrement.
Cadeau empoisonné que les scientifiques offraient aux hommes à une époque en pleine transformation. La bataille se situait donc à plusieurs niveaux : religieux, philosophiques, politiques, scientifiques. Elle fera d’innombrables dégâts et un tort durable à l’Église en devenant le témoignage emblématique de l’obscurantisme religieux.

Par rapport à « La Controverse », Jean-Daniel Verhaeghe a justement élargi sa palette en filmant remarquablement de superbes décors (photographie de haut niveau). Pas une seconde où l’attention ne se coupe ou vagabonde. Claude Rich (Galilée), Daniel Prévost (le Grand Inquisiteur) et Jean-Pierre Marielle (Urbain VIII) hypnotisent le téléspectateur. On veut croire et penser que la réalisation n’y est sûrement pas pour rien.

Le transfert numérique est au top en terme d’image, le son stéréo est très correct et ne fait pas regretter l’absence d’un 5.1 pas vraiment nécessaire ici, si ce n’est pour les accrocs du verre qui se brise dans l’enceinte arrière droite ! Un doc de 24 minutes avec Claude Allègre (ancien Ministre, chercheur et dialoguiste du film) ainsi qu’une biographie accompagnée de quelques citations de Galilée agrémente justement le DVD.

Un procès historique, une histoire quasi-mythique parfaitement rendue, une édition Dvd de qualité, une œuvre télévisuelle qui rend plus intelligent. Ah, si notre bon vieux Service Public était toujours aussi inspiré et s’évitait les catastrophiques remake (style « Les Rois Maudits » dont on aurait par ailleurs du proposer la réalisation à Verhaeghe), on vivrait dans le meilleur des mondes.

Un exemple d’intelligence audiovisuelle. Qui dit mieux ?

FICHE TECHNIQUE
Galilée ou l’Amour de Dieu
Téléfilm Français réalisé par Jean-Daniel Verhaeghe (2005)
Scénario et dialogues : Claude Allegre & Jean-Claude Carrière
Production : Septembre Productions & CF Productions
Diffusion TV : France 3 (janvier 2006)
Soutien : Région Île-de-France & CNC (France)
Édition DVD : Koba Films Vidéo
Distribution : Warner Home Vidéo France
Références : EDV 354 - 8 949 100 - ASIN B000BX2RNO
Presse : Cclarisse (Clarisse Coufourier, Ivry-sur-Seine)
Prix conseillé (lancement) : 25 €

CARACTÉRISTIQUE TECHNIQUES
DVD : Pal, toutes Zones, Couleur
Menu d’entrée et d’accueil en français direct avec scènes extraites du téléfilm.
Navigation via les items “Film”, “Chapitrage” et “Bonus”
Son : Français en stéréo
Image : 1.85 (16/9 compatible 4/3 TV)
Sous-titres : néant (on oublie malheureusement encore une fois les sourds et les malentendants dans l’affaire)
Chapitres : 8 (avec photo indicative de la scène concernée)
Durée globale : 1h35’32 (film) + 24’29 + 2’59 + 1’56 + 2’58 + 3’04 + 2’08 (bonus).

BONUS
Entretien avec Claude Allègre, scénariste et dialoguiste (24’29) : La genèse du projet, le début de l’aventure, processus de création du scénario, travail sur les dialogues, rappels sur Galilée, etc. Un monologue (questions coupées au montage) bien réalisé et très intéressant, qui n’ignore pas non plus, le contexte religieux, politique et historique (format 4/3).

Biographie de Galilée (2’59, texte) : biographie au format texte, défilant sur un fond étoilé. Biographie écrite et plutôt informative.

Citations de Galilée (1’56 en boucle, texte) : Deux pages et huit citations dont la fameuse « Et pourtant, elle tourne ! ». On peut cependant préférer : « Le doute est le père de la création ». Phrase quasi-proverbiale qui devrait inspirer l’humanité dans son ensemble.

Espace Découverte Koba Films Video : Bandes Annonces de « Saint-Germain ou la Négociation » (2’58), « La Controverse de Valladolid » (3’04) et « La Nourrice » (2’08).

APPRÉCIATION GLOBALE
Intelligent, instructif, remarquablement scénarisé et dirigé, des dialogues ciselés dans l’écrin le plus pur, « Galilée ou l’Amour de Dieu » est l’exemple parfait de ce que peut proposer une création audiovisuelle intelligente.
Édition DVD sans défaut, comprenant même quelques bonus destinés à développer votre intellect. La Grande Histoire, une belle histoire.


Stéphane Pons
19 janvier 2006






JPEG - 12.9 ko



WebAnalytics