YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




One Piece, film 6 : Le Baron Omatsuri et l’Île aux Secrets
Edition simple DVD - Kaze Vidéo
17 octobre 2012

Luffy et son équipage méritaient un peu de repos sur une île de plaisirs, alors quand Nami découvrit cette annonce pour pirates souhaitant trouver un havre de loisirs, le capitaine au chapeau de paille saute sur l’occasion. Mais quand nos héros arrivent sur l’île, celle-ci semble totalement... déserte... Ce n’est pas cela qui va décourager notre cher Luffy qui part à l’exploration de l’intérieur de l’île. Et ses recherches seront récompensées car nos héros arrivent aux portes d’une cité du jeu, ressemblant à une fête foraine géante et luxueuse. Les habitants de la cité, même si ce sont tous des hommes, sont très accueillants, et plutôt rigolo avec leur plante sur la tête. Mais quand le baron d’Omatsuri fait son apparition, les choses se corsent un peu. Il accepte que Luffy et les siens restent sur l’île à une condition : qu’ils réussissent tous ensemble une épreuve d’enfer !



Le défi : pêcher un poisson rouge... Bon dit comme cela, c’est un peu ridicule comme défi, mais quand le poisson rouge à la taille d’une baleine et qu’on leur donne une épuisette pour crevette, l’affaire se corse considérablement. Le champion du baron a un énorme avantage : le poisson est comme son animal domestique. Alors le mettre dans le seau géant qui sert à déterminer le vainqueur sera jeu d’enfant. Mais c’est sans compter sur le travail d’équipe de l’équipage de Luffy. Malheureusement, ce n’était pas du tout ce qu’attendait le Baron et ce dernier, refusant sa défaite, met de nouveau au défi l’équipage. Seul Luffy accepte de bon coeur ce nouveau test. Il ignore que l’île cache un terrible secret, le genre de secret qui vous décime tout un équipage sans la moindre chance de salut. Il ne faut pas se fier aux apparences, comme cette étrange fleur que porte le Baron sur l’épaule.

JPEG - 48.4 ko

Sixième film tiré de la série « One Piece », « Le Baron Omatsuri et l’Île aux Secrets » va se révéler atypique par bien des aspects. Bon, le scénario est globalement dans le classique de « One Piece » et notre cher Luffy sera fidèle à lui même, relevant les défis les plus saugrenus pour finalement les gagner. Mais si la première partie de ce film est sous le signe de l’humour lourdingue, typique de Eiichiro Oda, la seconde partie va prendre un ton plus sombre, même lugubre avec la révélation de la nature du Baron et de ses acolytes, mais surtout celle de la fameuse plante Lily.

Comme toujours, si Luffy se sort de tous les dangers, c’est par la cohésion et l’amitié entre les membres de son équipage. Mais ici, ce sera aussi son point faible car cette confiance sera à l’origine de la haine du Baron. Et Luffy sera bien désemparé, même à la limite du désespoir pour la première fois, voyant mourir devant ses yeux tout son équipage... Tiens, je sens déjà les yeux exorbités de fans qui ne connaîtraient pas encore ce film. Je n’en dirai pas plus sur le final de ce film, mais il va en secouer pas mal jusqu’aux dernières minutes. En mon sens, c’est un des films les plus intéressants par rapport au combat final et au suspense qui y est entretenu.

La seconde nouveauté sera l’utilisation, parfois abusive de la génération par ordinateur des décors. Ceux-ci tranchent littéralement avec les personnages en 2D classique, moins bien designés que dans les autres films. Le résultat ne ravira pas tous les fans et j’avoue moi-même être resté plutôt sceptique. Certes, la version pirate de Las Vegas est bien réussie, la cité lacustre, Venise revisitée, est prenante, rappelant par certains aspects Water Seven. Même la forêt vierge est très réussie, mais le tout tranche trop avec les personnages qui paraissent en surimpression sur ce décor, pas du tout à leur place, ce qui est dommage. Car le déroulé des épreuves satisfera sans difficulté les spectateurs, entre la pêche miraculeuse et la course de gondoles à moteur.

« Le Baron Omatsuri et l’Île aux Secrets » nous laisse donc sur une étrange impression. Celle d’avoir vu un excellent film de One Piece côté scénario, mais gâché par un visuel pas vraiment réussi.


One Piece, film 6 : Le Baron Omatsuri et l’Île aux Secrets
- Réalisateur : Mamoru Hosoda
- D’après les personnages créés par : Eiichiro Oda
- Scénariste : Masahiro Itō
- Compositeur : Kōhei Tanaka, Kazuhiko Sawaguchi, Minoru Maruo
- Production : Tôei Animation Company

Coffrets simple, Blu Ray et collector
DVD 9- Zone 2- pal
- Durée : 101 mn
- Format image : 16/9
- Audio : Stéréo 2.0
- Langue : Japonais-Français
- Sous-titres : Français-Néerlandais
- Editeur : Kaze
- Sortie : 17 octobre 2012
- Prix public conseillé : 19,95 €


LIEN(S) YOZONE :

Mangas
One Piece (T46) A l’aventure sur l’île fantôme
One Piece (T49) Nightmare Luffy
One Piece (T51) Les onze supernovae
One Piece : Opé Glénat Manga, jeu et film
Wanted

Japanime
One Piece, box 2
One Piece, box 3 et 4
One Piece, box 5 et 6
One Piece, box 7
One Piece, box 8
One Piece, box 9
One Piece, box 10
One Piece, box 11
One Piece, Skypiea box 1
One Piece, Skypiea box 2
One Piece, Skypiea box 3
One Piece, Skypiea box 4
One Piece, Davy Back Fight volume 1 : La Forteresse imprenable
One Piece, Davy Back Fight volume 2 : Foxy le pirate
One Piece, Davy Back Fight volume 3 : Le retour de Foxy
One Piece, Water Seven, box 1
One Piece, Water Seven, box 2
One Piece, Water Seven, box 3
One Piece, Water Seven, box 4
One Piece, Water Seven, box 5
One Piece, Water Seven, box 6
One Piece, le film
One Piece, film 2 : l’Aventure de l’Île de l’Horloge
One Piece, film 3 : Le Royaume de Chopper, l’étrange île des animaux
One Piece, film 4 : Une aventure sans issue
One Piece, film 5 : La Malédiction de l’Epée Sacrée
One Piece, film 10 : Strong World


© Eiichiro Oda / Shueisha, Toei Animation © « 2005 One Piece » Production Committee - Kaze - Tous droits réservés


Frédéric Leray
12 décembre 2012






JPEG - 41 ko



JPEG - 12.3 ko



JPEG - 10.7 ko



JPEG - 14.6 ko



JPEG - 13.2 ko



JPEG - 7.8 ko



JPEG - 11.6 ko



JPEG - 9.9 ko



JPEG - 6.7 ko



JPEG - 11.4 ko



JPEG - 6.9 ko



JPEG - 11.4 ko



JPEG - 7.1 ko



WebAnalytics