YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Un peu de bois et d’acier
Chabouté
Vents d’Ouest

C’est l’histoire d’un banc public, un banc solitaire et inanimé qui, pourtant, voit tant de choses.
Trois cent trente six pages de poésie et d’enchantement, de destins qui se croisent et s’entrecroisent.



Peut-être ne suis-je pas très objective car j’adore Chabouté, son style très personnel, cet usage intelligent du noir et blanc et surtout sa poésie. Et bien, je suis servie avec ce nouvel album tout en délicatesse.
Comme le titre l’indique, il s’agit d’un être de bois et d’acier, un banc public, qui reste immobile et silencieux quoi qu’il se passe autour de lui. Mais cette immobilité ne signifie pas qu’il soit passif, au contraire. Il fait partie de la vie de tellement de gens.

Nous suivons donc ce banc qui est tour à tour victime d’un canif amoureux, d’un chien obsessionnel, d’un SDF désœuvré, d’une vieille dame romantique, d’un jeune skateur et j’en passe. La galerie de portraits inventée par l’auteur est variée et réaliste. Ce pourrait être vous qui avez un jour gravé un mot d’amour sur un banc, qui aimez lire dans un jardin public, ou encore qui passez devant chaque jour.
Jour après jour, mois après mois et même année après année, les destins de ces personnages se croisent autour de ce banc qui, pour certains, fait partie intégrante de leur quotidien. Le lecteur peut aisément comprendre les histoires des protagonistes malgré l’absence de dialogue. Certaines sont drôles, mignonnes, d’autres sont tristes. Un véritable condensé de vie.

PNG - 46.7 ko

Bien entendu, parfois la suite de l’histoire est quelque peu prévisible mais elle n’en perd pas en poésie. Vous avez par exemple ce couple de personnes âgées qui vient régulièrement partager une pâtisserie sur ce banc. Ils s’assoient ensemble. L’homme sort un Opinel et coupe tantôt une religieuse, tantôt un éclair. Les amants dégustent le gâteau partagé et repartent. Un jour, fatalement, le vieil homme arrive seul, découpe tout de même sa pâtisserie, puis abandonne la part de sa défunte épouse sur le banc.
D’autres personnages sont plus cocasses et forment de vrais sketches tout au long de l’ouvrage, comme le couple formé par le SDF et le gardien du jardin public. Ils jouent au chat et à la souris, se jaugent, s’ignorent, se heurtent au gré de leurs vies respectives. Mais sont-ils si différents l’un de l’autre ?
Chabouté réussit à donner un véritable rythme à son ouvrage, malgré l’absence de paroles et de couleurs. Les saynètes sont courtes et explicites, les gimmicks qui reviennent, comme ce chien qui vient inlassablement faire pipi sur le pied du banc ou cet homme d’affaire qui passe chaque jour sur le trajet du travail, vous poussent à continuer la lecture pour savoir à quel moment cela va déraper. Quel va être l’imprévu, le changement pour ses personnages qui croisent l’inamovible banc. D’ailleurs pas si inamovible que cela…

JPEG - 36.8 ko

C’est beau, visuellement parlant mais aussi dans le fond. Les dessins sont plutôt sobres mais vont à l’essentiel. L’accent est mis sur les traits des personnages et sont au service de la narration. Parfois, une case n’est qu’une silhouette, une ombre. C’est simple et sans chichi ni effet spéciaux. On y retrouve un peu de l’esprit de Jacques Tati, notamment avec la scène du banc et du ballon de baudruche.

Enfin je pense que c’est tout à fait accessible aux non lecteurs de BD de par son format et son originalité. A découvrir d’urgence si vous ne connaissez pas cet auteur. Je n’ai pas aimé, j’ai savouré. Merci Mr Chabouté pour ce joli petit interlude poétique.


Un peu de bois et d’acier
- Scenario : Christophe Chabouté
- Dessin : Christophe Chabouté
- Éditeur : Vents d’Ouest
- Dépôt légal : 12 septembre 2012
- Format : 170 x 245 mm
- Pagination : 336 pages couleurs
- ISBN : 9782749306551
- Prix Public : 30 €


Illustrations © Chabouté et Vents d’Ouest (2012)


Allison & Julien
31 décembre 2012






JPEG - 17.5 ko



JPEG - 28.3 ko



JPEG - 31.4 ko



JPEG - 30.6 ko



JPEG - 34.8 ko



WebAnalytics