YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Sector 7
Edition simple DVD - TF1 Vidéo
17 octobre 2012

Après (« The Last Day »), premier grand film catastrophe grand spectacle sud-coréen réralisé par Youn JK, scénariste et producteurs remettent le couvert avec un alien-like marin tourné en 3D Imax pour la modique somme de 10 millions de dollars.



LE SUJET

Alors que l’équipage de la plate-forme pétrolière offshore Eclipse tente de reprendre,après plusieurs disparitions mystérieuses, le forage du secteur 7, une forme de vie inconnue massacre impitoyablement ses membres...

CE QUE L”ON EN A PENSE

Si effectivement le concept d’un monstre issu des nappes de pétrole est intéressant, Jim-hoon kim n’a pas le talent de Youn JK (« The Last Day ») pour donner une dimension à ses personnages qui transcende le sur-jeu des acteurs souvent inhérant au cinéma sud-coréen.
Si on ajoute à ce constat et au pitch du film, le fait que Ha Ji-won est la seule femme de l’équipe que ces collègues appellent “La coriace” on comprend que ce « Sector 7 » n’est qu’une resucée de 3ème zone d’Alien.
Certes, le film nous vaut quelques jolies séquences subaquatiques, quelques passages ludiques, comme cette course à moto sur le dock de la plate-forme entre “La coriace” et son prétendant, (préfigurant celle qui la confrontera en conclusion au monstre) et son lot de poursuites éprouvantes dans les coursives de la base pétrolière.
Mais on est tellement en terrain balisé, que la comparaison de « Sector 7 » avec les films dont il s’inspire, à savoir les huis clos de SF horrifique à la « Alien » ou « The Thing », s’impose et se révèle peu flatteuse pour le film de Jim-Hoon Km.
Cela probablement en raison de son incapacité à diriger ses acteurs, en roue libre sur fond vert, et à pouvoir, du coup, ne serait-ce qu’amorcer la pompe à empathie du spectateur pour les personnages qu’ils incarnent.
Car si le rôle de la jolie Ha Ji-won évoque directement celui d’Ellen Ripley (on attend presque qu’elle enfile un scaphandre de plongée ou un exo-squelette motorisé dans l’emballement final, ce qui aurait finalement pu être salvateur pour le film), celui du capitaine de la plate-forme, et oncle de la jeune fille, évoque quant à lui celui de Ash ou Bishop dans la saga Alien.
La seule originalité étant qu’il ne s’agit pas ici d’un androïde, mais d’un homme prêt à tout, même au pire, pour satisfaire son ambition et développer, coûte que coûte, une nouvelle source d’approvisionnement énergétique pour son pays.
Un film pour amateurs de nanard. A voir éventuellement pour Ha Ji-won, sa touche sexy, les têtards de monstres, très mimis aussi, et le monstre, inédit, spectaculaire et audacieux, si bien évidemment vous n’êtes pas allergique aux monstres de synthèse.

L’EDITION DVD

Ne disposant que d’un DVD test, et non de l’exemplaire commercial, nous ne étendrons pas sur l’interactivité, la convivialité ou le contenu de la galette. Le film au format 1:85.1 dans une qualité d’image irréprochable est proposé en version originale sous titrée français en Dolby Digital 5.1 (que nous avons privilégier dans notre test et qui s”estégalement avérée de grande qualité) et en version française Dolby Digital 5.1 et Audio 3D.

JPEG - 34.8 ko

SECTOR 7
EDITION SIMPLE DVD

Sector 7 / 7 gwanggu
Film sud-coréen de Ji-hoon Kim (2011)
Scénario : Je-gyun Yun
Avec Ha Ji-won, Ahn Sung-kee, Oh Ji-ho, Cha Ae-ryeo, Lee Han-w, Park Cheol-mi, Song Sae-Byeok
Production : CJ Entertainment, JK Film

DVD9
Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Langue  : Coréen, Français
Sous-titres : Français, Français pour sourd et malentendant
Région  : Région 2
Rapport de forme  : 1.85:1
Studio  : TF1 Vidéo
Date de sortie : 17 octobre 2012
Durée  : 90 minutes
Prix conseillé  : 19,99 €

Bonus  : Making of


Images TF2 Vidéo - Tous droits réservés



Bruno Paul
10 novembre 2012






JPEG - 18.9 ko



JPEG - 10.3 ko



JPEG - 7.6 ko



JPEG - 8.7 ko



JPEG - 8.1 ko



JPEG - 7.4 ko



JPEG - 8.4 ko



WebAnalytics