YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Bois-Maury (T15) Œil du ciel
Hermann & Yves H.
Glénat

Après les cosaques, les conquistadores. El seńor Bois-Maury a chaud, très chaud, comme ses compadre espagnols. La chaleur et les maladies de cette jungle tropicale font autant de ravages que les indiens qui les poursuivent. Mais que ne ferait-on pas pour retrouver une mystérieuse cité (d’or…) perdue ?



Afin d’éclaircir nos lecteurs, une petite précision concernant la série.
La série originelle est baptisée « Les Tours de Bois-Maury », puis « Bois-Maury » à partir du tome 11, la numérotation continuant. Le héros, Aymar de Bois-Maury, laissant la place à ses descendants, comme Hermann laisse le scénario à son fils, Yves H (sauf pour le Tome 11 « Assunta »). Mexique, 1660, province du Yucatán. Une troupe de soldats accompagnés d’un « padre » sont poursuivis par des « indios », à travers la jungle. Parmi eux, se trouve « El seńor » Bois Maury, présent en temps que conseiller. Tandis que le Capitaine Esperanza se met à l’abri, en justifiant protéger le frère Isodoro, la troupe du français est décimée. Poursuivi par trois guerriers, Bois Maury n’est sauvé des mains d’un indien que par l’arrivée du capitaine. Allant contre les ordres d’Esperanza qui souhaite se débarrasser du prisonnier, le « francės » propose de le garder comme guide. Soutenu par le sergent et le religieux, le capitaine contraint est obligé d’accepter. D’autant plus que d’autres indiens sont encore sur leurs traces et continuent la traque.

JPEG - 72.5 ko

Comme l’explique Yves H. sur le site www.hermannhuppen.be, la base de ce scénario a été dicté par « le sanglier » et le format de 46 pages de « Bois Maury » n’était pas suffisant pour écrire une histoire plus fouillée. Hermann voulait mettre son héros au vert et il a réussi son coup. Construite sur un échelle de temps réduite, l’histoire dure sur trois jours, Yves H. nous livre un huis clos luxuriant. Même si l’histoire semble convenue, son traitement graphique est superbe, le scénariste s’étant mis au service du dessinateur. Entre des conquistadors sans scrupules, un prêtre illuminé, des indiens sanguinaires et notre héros avec sa soif de l’or, les archétypes de la « conquista » sont bien présents. Proche d’un film comme « Aguirre, la colére de dieu » ( film allemand de Werner Herzog - 1972) qui raconte l’expédition et la fin tragique de Lope de Aguirre, on retrouve aussi dans cet album la folie des hommes. Folie de richesses, de conquêtes, de religion ou de justice, chaque personnage semble contaminé, la forêt servant de catalyseur. Notre héros est plus près du matérialisme et de l’opportunisme d’un Kurdy (« Jeremiah » chez Dupuis) que des règles de chevalerie de son ancêtre. Dans une ambiance lourde, le récit débute par une dizaine de pages pratiquement muettes, comme si le lecteur devait prendre le temps de s’immerger dans cet océan vert. Ou mieux, comme si c’était la forêt qui nous racontait l’histoire, car il ne reste plus qu’elle à la fin.

JPEG - 66.6 ko

La couleur directe est une seconde nature chez Hermann, ses images sont fabuleuses. Dans un découpage cinématographique et efficace, vous allez en prendre plein les yeux. Un sans faute. Même les scènes de nuit sont superbes.

JPEG - 43.7 ko

La frustration d’une lecture rapide est estompée par l’intensité avec laquelle on est plongé dans les images. Même si la fin vous laisse dubitatif sur le devenir du descendant d’Aymar, le prochain one shot de « Bois Maury » devrait se dérouler en Russie.

JPEG - 67.9 ko

Adiós, Mexique. Zdravstvouytié, Russie.


(T15) Œil de ciel
- Série : Bois Maury
- Scénario : Yves Huppen
- Dessin : Hermann
- Couleurs : Hermann
- Éditeur : Glénat
- Collection : Vécu
- Dépôt légal : 9 mai 2012
- Pagination : 48 pages
- Format : 21,5cm X 29,3 cm
- ISBN : 978-2-7234-8658-3
- Prix public : 11,50 €


À lire sur la Yozone :
Bois-Maury (T14) Vassya


Illustrations © Hermann et éditions Glénat (2012)


arjulu
27 novembre 2012






JPEG - 48.3 ko



JPEG - 39.2 ko



JPEG - 51.9 ko



WebAnalytics