Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Namibia (Episode 3)
Léo, Rodolphe, Bertrand Marchal & Sébastien Bouët
Dargaud

Depuis un an qu’il a reçu la visite d’un mystérieux personnage, la vie du père Martin Jones a radicalement changé. Son église (sa secte ?), les fils d’Ézéchiel, est passée en peu de temps de deux cents disciples à des millions, et pas seulement aux États-Unis, pays d’origine, mais aussi à travers le monde. De plus, il aurait apparemment reçu un don : celui de faire des vrais miracles…Pendant ce temps, Kathy est sortie de son coma profond, après l’intervention mystérieuse d’un homme qui lui a versé un produit dans le bocal de sa perfusion. Mais elle n’a plus aucun souvenir de ce qui s’est passé en compagnie du major Bowley. Au même moment à l’aéroport du Caire, Simson (agent du MI5, dépêché par son oncle pour reprendre la mission de Kathy), se fait abattre par un homme qui prend sa place.



JPEG - 28 ko

Le duo Rodolphe et Léo fonctionne à merveille, mais ne nous facilite pas la tâche. Dans cet épisode, moins centré sur Kathy Austin, nos scénaristes introduisent de nouveaux mystères à la série. Incluant de façon plus précise l’élément extra-terrestre, ils apportent une dimension mystique par la présence d’un messie, David Jones, prédicateur de la secte des fils d’Ézéchiel. Le nom de Jones renvoie à Jim Jones (13 mai 1931 – 18 novembre 1978) qui était le fondateur et pasteur du groupe religieux d’inspiration protestante : le « Temple du Peuple ». Il est à l’origine d’une des dérives religieuses les plus connues de l’Histoire ayant provoqué un traumatisme à l’échelle mondiale. Sa communauté connut une fin tragique le 18 novembre 1978 à Jonestown au Guyana où 908 personnes périrent par ingestion de cyanure de potassium ou d’assassinat. Une mécanique bien huilée, un rythme de lecture bien géré permettent à cet opus de rester dans la lignée des deux premiers. Le mystère s’épaissit toujours et l’on ne voit pas encore poindre de réponses à nos questions.

JPEG - 39.2 ko

Dans un dessin réaliste et classique, proche de celui de Léo, Bertrand Marchal apprivoise la série et ses personnages. Ce qui me gêne est le fait que certaines cases soient sans dessin en arrière plan. De ce fait, cela se traduit ensuite par un aplat de couleur dans l’album. Exemple, page 3 où le rideau de fond de la case du bas à gauche disparaît dans celle du bas à droite, alors qu’a priori le personnage n’a pas bougé. Une petite remarque sur la page 17 où Simson est exécuté, le dessin montre une giclée de sang partant de sa nuque, mais dans la dernière case de la même page, aucune tâche sur l’imper que le tueur a enfilé... La case (en bas à gauche) de la page 10 me fait penser à « Nighthawks », un tableau peint en 1942 par l’Américain Edward Hopper (une très belle exposition sur ce peintre est en cours au Grand Palais à Paris, réservez à l’avance). Un bémol sur les couleurs de Sébastien Bouët qui sont parfois surprenantes.

JPEG - 37.1 ko

Une bonne suite qui relance bien la série, mais attention à ne pas trop faire languir le lecteur.


Namibia (Épisode 3)
- Série : Namibia
- Scénario : Luiz Eduardo De Oliveira, dit Léo, et Rodolphe Daniel Jacquette, dit Rodolphe
- Dessin : Bertrand Marchal
- Couleur : Sébastien Bouët
- Éditeur : Dargaud
- Dépôt légal : 13 avril 2012
- Pagination : 52 pages couleurs
- ISBN : 978-2205-06784-2
- Prix public : 11,99 €


A lire sur la Yozone :
Namibia (Épisode 1)
Namibia (Épisode 2)


© Rodolphe, Léo, Marchal - Dargaud - 2012



arjulu
7 décembre 2012




JPEG - 38.2 ko



JPEG - 13.9 ko
Léo



JPEG - 47.5 ko
Bertrand Marchal



JPEG - 15.7 ko
Rodolphe



JPEG - 28.7 ko



Chargement...
WebAnalytics