YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Monster, édition Deluxe (T8)
Naoki Urasawa
Big Kana

Martin a été inculpé pour le double meurtre de sa petite amie et de son amant. Et aujourd’hui, il joue les gardes du corps durant des soirées mondaines pour une étrange jeune femme, Eva. Cette dernière travaille sans le savoir pour le Diable et va aider un jeune homme à rencontrer le pire monstre au monde : Johann. Tenma est parvenu à retrouver le fameux Martin et tente de savoir où se trouve Eva pour l’arrêter avant qu’elle n’aille trop loin. Mais pouvait-il imaginer que les plans de Peter Capek, un des instructeurs des séances de lecture auxquelles assistait Johann, a choisi l’ex tolard pour éliminer Eva ? Heureusement, Martin n’a pas succombé à l’autosuggestion et va tout faire pour sauver celle dont il s’est trop rapproché. Pour son plus grand malheur....



L’éveil aux souvenirs...

Nina veut absolument se souvenir de son passé pour pouvoir affronter son frère à armes égales. Pour cela, elle retourne à la villa des rosiers, là où tout a commencé, là où la tuerie a eu lieu, là où elle attendait le retour de son frère. Comme sous hypnose, la jeune fille voit affluer ses souvenirs aussi sombres soient ils, mais elle est stoppée dans son élan par le jeune Dieter. Seule, Nina sait qu’elle n’y arrivera pas, mais avec l’aide du docteur Leichwein tout devient possible. Une vraie séance d’hypnose avec l’aide d’un professionnel serait la solution à son problème de mémoire. Mais ce que va faire ressurgir son état de semi-conscience est plus effrayant qu’elle ne pouvait l’imaginer. Et maintenant elle sait, elle est prête pour son ultime confrontation avec ce monstre qu’est devenu son frère.

Francfort

Tenma est sur la piste de Capek. Ce dernier est le lien entre Johann et son passé. Mais Capek n’a pas que des amis et le plan qu’il pense maîtriser de bout en bout lui échappe petit à petit. Il y a cette tentative d’assassinat contre lui, par un de ses anciens amis : Milan Kolas. Cet ancien dentiste l’a pourtant aidé, mais en utilisant le fils de Milan pour ses séances de lecture, il s’est fait un ennemi mortel, car l’enfant s’est, par la suite, suicidé. Rien ne va plus plus comme il le souhaite. Et puis il y a Baby. Ce dernier a pris la tête du parti d’extrême droite et lui sert de couverture pour prendre possession du quartier turc. Mais le mafieux est retrouvé mort, tué par une mystérieuse strip-teaseuse, déstabilisant l’équilibre qu’il avait mis tant de temps à mettre en place..

JPEG - 55.4 ko

Prélude au grand final

L’aventure s’accélère dans ce tome 8 de l’édition deluxe de « Monster ». Et pourtant, Naoki Urasawa a encore tellement de choses à nous raconter. Même si tout semble prendre de la vitesse, nous avons le temps d’apprécier l’avancée de l’histoire à travers de nombreux personnages.

Tout d’abord, nous retrouvons le couple maudit Eva-Tenma. Les deux anciens fiancés se retrouvent enfin mais dans les pires conditions. On peut voir l’évolution du caractère de la jeune femme, influencée par tout ce qu’elle a vécu et ce qu’elle continue de subir. Elle est passée de la femme matérialiste, obnubilée par le paraître à une ivrogne incapable de se sortir de la boisson pour finir en ange rédempteur poursuivant l’incarnation du mal. Eva est passée de personnage secondaire insignifiant à un élément clé de cette affaire. Cela démontre bien la profondeur donnée aux protagonistes de cette affaire, et toute l’attention donnée par Urasawa à montrer l’influence de l’enquête et des actions sur chacun de ses personnages. Tenma en devient même terne car étant celui qui aura le moins progressé durant les huit tomes.

Nina reprend la place centrale qui est la sienne. Jumelle de Johann, détentrice de terribles souvenirs, nous la suivons dans sa recherche de son passé mais aussi dans sa préparation à son affrontement avec Johann. Il y a peu de nouveautés mais Urasawa parvient toujours à nous persuader que chaque page peut à tout moment révéler une nouvelle pièce de ce puzzle formant les souvenirs de la jeune fille.

Mais « Monster » est et demeure une histoire policière et Urasawa n’a pas oublié de faire avancer les investigations des divers inspecteurs travaillant sur cette enquête. Il nous donne une idée du nombre incroyable de protagonistes qu’il a introduit au fur et à mesure du déroulé de son récit. Et chacun est toujours parfaitement maîtrisé et influence à sa manière l’histoire. La complexité du scénario en devient remarquable car le lecteur n’est pourtant pas perdu une seule seconde, capable de se souvenir de chacun. La grande diversité dans les trames faciales utilisées par Urasawa aide énormément à la lisibilité de l’histoire. Et cela sans besoin d’utiliser la couleur comme pour la franco-belge. Un résultat remarquable après plus de 3000 planches.

Le cliffhanger de ce tome, intriduit par des flash-back reprenant des éléments clé de l’histoire et qui ont influencé Nina, est aussi une grande réussite et démontre toute la maîtrise de l’organisation des planches. Le découpage cinématographique de ce chapitre est réellement impressionnant : on s’attend à voir bouger les images sur le papier, bien au-delà des pages tournées.

« Monster » s’achèvera dans le prochain tome de cette intégrale. Quelle surprise nous a donc réservé Urasawa ? La réponse fin août.


Monster, édition Deluxe (T8)
- Auteur : Naoki Urasawa
- Traducteur : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kana
- Collection : Big Kana
- Format : 140 x 213, noir et blanc - sens de lecture original
- Nombre de pages : 428 pages
- Date de parution : 27 avril 2012
- ISBN : 9782505014928
- Prix : 15,90€


A lire sur la Yozone :
Monster, mémoire d’un monstre
Monster (T13) Evasion
Monster Edition Deluxe T1, 2 & 3
Monster, l’Anime sur Canal+
Monster, en DVD, chez Kaze
Monster, édition Deluxe (T1)
Monster, édition Deluxe (T2)
Monster, édition Deluxe (T3)
Monster, édition Deluxe (T4)
Monster, édition Deluxe (T5)
Monster, édition Deluxe (T6)
Monster, édition Deluxe (T7)


© Edition Kana - Tous droits réservés


Frédéric Leray
2 septembre 2012






JPEG - 20.1 ko



JPEG - 20.2 ko



JPEG - 28.2 ko



JPEG - 34.2 ko



JPEG - 31 ko



JPEG - 31.1 ko



WebAnalytics