YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Black Lagoon, saison 1 et 2
Coffret 6 DVD - Kaze Vidéo
20 juin 2012

Comment Rokuro Okajima, col blanc des plus banals dans une société d’apparence sans histoire, a-t-il pu se retrouver dans une merde pareille ? Car quand vous vous retrouvez avec deux flingues pointés sur vous par une brune tatouée au regard fou et un black au physique d’armoire à glace, il n’y a pas vraiment d’autres mots : vous êtes dans la merde et accessoirement pris en otage. Seulement, alors que ses agresseurs, les membres de l’organisation Black Lagoon, s’avèrent bien plus sympathiques qu’il n’y paraissait, le jeune homme découvre que ses supérieurs ont décidé de le sacrifier plutôt que de laisser la base de données en sa possession tomber entre de mauvaises mains.



La vie de mercenaire

Il suffit parfois d’un déclic pour transformer votre vie. Et si la traîtrise de sa boite était en fait ce qu’attendait Rokuro depuis toujours. Ah, et dorénavant, appelez le Rock car les membres du Black Lagoon n’ont pas vraiment des noms à rallonge : Levy, surnommée Two Hands, Dutch, le colossal patron, et Benny, l’as de l’informatique qui est le seul ayant droit à toucher aux ordinateurs du Lagoon, le patrouilleur armé de lance-torpilles, qui sert de véhicule à ce trio.. Non, maintenant il fait partie de ce quatuor d’enfer. Et leur renommée n’est plus à faire à Roanapur, cité thaïlandaise de tous les vices. Là-bas, tout le monde où presque est sous les ordres de la terrible russe Balalaïka, ancienne capitaine de l’armée rouge, ayant décidé de faire du business entourée de ses fidèles spetsnaz. Et je ne vous conseille pas de lui faire remarquer les cicatrices qui la défigurent, même la mafia chinoise ne se le permettrait pas.

Un nid à malades !

S’il y a une race qui semble être attirée par Roanapur, ce sont bien les malades de la gachette de la pire espèce. Et la pire de tous serait peut être bien cette gentille servante... en fait une tueuse sans la moindre pitié qui a décidé de vouer sa vie à un jeune garçon. Oui, Roberta est un danger ambulant qui ira jusqu’à irriter cette chère Balalaïka, et surtout ne pourra s’empêcher d’affronter Levy. Il faut dire que Two Hands est aussi un aimant à folles à lier, comme cette nonne aimant jouer des flingues ou encore cette chinoise amatrice d’armes blanches. Non, vraiment, on ne s’ennuie jamais avec les membres du Black Lagoon.

JPEG - 54 ko

L’anime d’une série heavy metal !

Ah, « Black Lagoon » ! Je n’ai cessé d’être dithyrambique concernant le manga et c’est avec impatience que j’attendais la version animée. Cette série de 24 épisodes destinés à la télévision est, en fait, sortie en 2006 au Japon et avait déjà fait l’objet d’une édition en France. Kaze nous offre une réédition de l’intégrale des deux saisons et des 5 OAV, dont je vous parlerai dans un autre article.

Cette série vous met immédiatement dans l’ambiance avec son générique, au rythme qui vous chauffe dans la seconde. Et il va falloir bien se tenir car « Black Lagoon » n’est pas une série pour cardiaques. On est dans de l’action pure et dure, suivant l’entrée de Rock dans le monde totalement perverti de la cité de Roanapur. Les personnages, complètement déjantés, qui nous avait ravis sur papier prennent toute leur épaisseur en arrivant en animé. Bien évidemment, c’est Levy qui était attendue au tournant. J’avoue avoir été un peu déçu de ne pas avoir droit aux musiques rock qui accompagnaient la jeune femme dans ses écouteurs. Mais elle virevolte tout autant, les chargeurs se vidant plus vite que vous n’aurez le temps de les compter.

L’autre personnage attendu était l’incroyable Balalaïka. Cette ancienne capitaine de l’Armée Rouge est bien là pour démontrer la supériorité de la gent féminine dans cette série. Malgré ses brulures qui la défigurent, elle reste un personnage séduisant sous bien des aspects et surtout fascinant. Et on ne va surtout pas s’en plaindre car ces demoiselles vont mettre le feu dans tous les sens du terme. Oui, Rei Hiroe aime les femmes fortes, entre Lara Croft et Xéna la guerrière. Et dès qu’elles ont une arme entre les mains, elles deviennent de vraies tigresses, des tueuses sans pitié. La mise en image des personnages est très impressionnante, les jeune femmes se voyant attribuer des canines de félines dans les moments d’adrénaline pure. Je ne développerai pas le personnage de Roberta car elle sera à l’honneur dans les 5 OAV et j’aurai tout le temps de vous en parler.

Rock se retrouve donc dans ce milieu et il va devoir prendre des positions qui vont le pousser à se faire une réflexion très pessimiste : il est incapable de protéger qui ce soit. Entre les jumeaux roumains et la belle chef de clan yakuza, il aura malheureusement trop d’occasions pour démontrer cet axiome. Rock est très bien mis en valeur par cette adaptation, qui en fait le vrai héros de cette série. Nous aurons droit à de nombreuses discussions sur son rôle et sa position au sein de ce milieu et il sera même à deux doigts d’être truffé de plomb par Balalaïka. Un univers dont le glauque prend toute sa force au passage en images, où la folie des mercenaires voit leur violence magnifiquement transcendée. Sublime !

« Black Lagoon » était une série prodigieuse et impressionnante. Son adaptation la sublime de la plus belle des façons. Vous n’aurez plus aucune excuse de ne pas connaitre Levy et les clans de Roanapur.


Black Lagoon, saison 1 et 2
- Studio : Madhouse
- Réalisateur : Sunao Katabuchi
- Mecha Design : Masahiro Kimura
- Chara designer : Masanori Shino
- Compositeur : Edison
- D’après l’œuvre de : Rei Hiroe

Coffret 6 DVD
Épisodes 1 à 24
DVD 9- Zone 2- pal
- Format image : 16/9
- Audio : Stéréo 2.0
- Langue : Japonais - Français
- Sous-titres : Français
- Navigation  : lecture des épisodes en bloc ou au choix
- Éditeur : Kaze
- Sortie : 20 juin 2012
- Prix public conseillé : 39,95 €


A lire sur la Yozone :
Black Lagoon (T1)
Black Lagoon (T2)
Black Lagoon (T3)
Black Lagoon (T4)
Black Lagoon (T5)
Black Lagoon (T6 et 7)
Black Lagoon (T8)
Black Lagoon (T9)


© 2006, REI HIROE©SHOGAKUKAN/BLACK LAGOON PROJECT - Edition Kaze - Tous droits réservés


Frédéric Leray
6 août 2012






JPEG - 28 ko



JPEG - 8.1 ko



JPEG - 6 ko



JPEG - 8 ko



JPEG - 8.3 ko



JPEG - 9.6 ko



JPEG - 8.8 ko



JPEG - 10.8 ko



JPEG - 6.2 ko



JPEG - 8.6 ko



JPEG - 28.5 ko



WebAnalytics