YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Fantômes et Cie
Edition simple DVD - CTV International
14 août 2012

Fantômes, vous avez dit fantômes ? Et anglais pardi ! De la valeur sûre pour élaborer une histoire qui puisse toucher le jeune public. Seulement, même nos chères têtes blondes sont devenues plus difficiles au niveau de la qualité des effets spéciaux et du scénario et malheureusement, ce petit film n’est pas à la hauteur des productions majeurs.



L’HISTOIRE

Humphrey est mort il y a 90 ans, une bête chute du haut du toit de l’orphelinat alors qu’il s’amusait avec son meilleur ami, Barnabus. Devenu un fantôme, il est accueilli par la famille recomposée de revenants qui hantent la demeure : les Craggyford. Elle se compose de Hamish, le guerrier écossais ayant perdu ses jambes, Mabel et ses deux sœurs, mortes décapitées et n’ayant plus qu’un corps pour trois têtes, Winifred la jeune fille noyée pour sorcellerie, et George, n’étant plus qu’un crane enflammé après avoir été un missile humain. Mais aujourd’hui, l’orphelinat est détruit pour construire un lotissement. Expulsés de chez eux, les Craggyford n’ont d’autres recours que rechercher une nouvelle demeure à hanter... à Londres.

JPEG - 24 ko

CE QUE L’ON EN A PENSE

« Fantômes et Cie » est l’adaptation du roman éponyme d’Eva Ibbottson. Elle fut confiée au français Yann Samuell, réalisateur du très sérieux « Jeux d’Enfants » et qui allait tourner par la suite une autre adaptation, celle de « La Guerre des Boutons ». Pour Samuell, ce film lui permettait de continuer sa série dédiée à l’enfance et, comme le montre son interview dans le making of, le réalisateur est très fier de ses productions... Malheureusement, il est bien le seul.

Je m’explique. L’histoire du jeune Humphrey n’est pas rébarbative à la base. Au contraire, on sent dès le début le potentiel existant (même en n’ayant pas lu le roman). Le héros étant un jeune garçon mort par accident et hantant son orphelinat, tout était en place pour se mettre dans la poche le jeune public. La destruction de leur demeure va pousser sur la route la famille Craggyford, qui rencontre et emmène alors à sa suite tous les fantômes qu’elle croise, dont une troupe de soldats romains plutôt amusants. Toutefois, leur arrivée à Londres et leur prise en charge par ce promoteur peu catholique va vite rompre le charge du début du film. Certes, vouloir jouer sur la difficulté pour des fantômes à être acceptés par les vivants offrira des scènes bien senties, comme la rencontre entre la jeune gothique et Winifred ou encore Humphrey découvrant les plaisirs des jeux vidéos.

Seulement, le rythme du film est tombé au plus bas. Déjà, la cohérence des séquences n’était pas au rendez-vous, comme si le film avait était trop coupé et mal monté. Mais on sent surtout toutes les longueurs de ce scénario qui n’a rien de fluide et qui peine à progresser. J’avoue m’être presque endormi, par ce récit longuet et qui risque certainement d’assoupir un jeune public habitué au rythme des « Harry Potter » ou des « Avengers ». Et c’est le gros problème de ce film qui n’arrive pas à tenir dans la longueur, s’essoufflant très rapidement.

Mais ce qui sera fatal à ce film sera finalement la faiblesse de ses effets spéciaux. Hormis Hamish flottant sans ses jambes et Mabel perdant un peu la tête, les fantômes sont surtout distincts par leur maquillage... pas toujours très réussi. Par moment, Humphrey retrouve presque un teinte bien rose de vivant, et d’autres fantômes sont plus ridicules qu’effrayants. Seuls les romains et Winifred s’en tirent pas trop mal de ce côté. En tout cas, nous sommes loin du niveau des films actuels comme « Harry Potter » ou même certains ratés comme « Percy Jackson : Le voleur de Foudre ». « Fantômes et Cie » donne l’impression de sortir de la fin des années 90 et encore, je ne suis pas gentil avec les films de cette période.

Au final, on ne sait trop quel est le message que voulait faire passer Samuell : les fantômes sont nos amis, il faut les aimer aussi ?

L’EDITION DVD

Cette édition simple comprend le film en 5.1, quelle que soit la langue, les sous-titres en français et un format 16/9 devenu la référence. Le seul bonus est constitué du making of, ou plutôt de l’interview du narcissique de Yann Samuell, en tout cas, c’est l’impression que donne le réalisateur qui n’en finit pas de se lancer des fleurs sans la moindre objectivité. Le spectateur pourrait même être mort de rire s’il regarde ce making of juste après avoir visionné le film.

CONCLUSION

Se voulant être un film sur les fantômes adapté au jeune public, « Fantômes et Cie » donne surtout l’impression de s’être trompé de décennie et parait totalement dépassé en effets spéciaux et en scénario.

FANTÔMES ET CIE
EDITION SIMPLE DVD

Fantômes et Cie / The Great Ghost Rescue
Film anglais de Yann Samuell (2011)
Scénario  : David Solomons
D’après l’oeuvre de : Eva Ibbotson
Producteurs  : Miriam Segal, Martin Katz
Producteur délégué : Danny Mandel, Adam Betteridge, Claudia Bluemhubern, Jon Diamond, Peter Hampden, Brian O’Shea, Michael Roban, David Rogers, Diane Stidham
Directeur de la photographie : Antoine Roch
Compositeur : Mark Sayfritz
Chef décorateur : Liz Griffiths, John Frankish
Directeur artistique : Matthew Gray, Gábor Valcz
Chef costumier : Györgyi Szakács
Chef maquilleur : Márta Antal, Nóra Kapás, Carmel Jackson, Emma Mash
Chef coiffeur : Krisztina Fehér

Caractéristiques techniques
Format image : 16/9ème compatible 4/3
Format son : Français / Anglais Dolby Digital 5.1
et DTS 5.1
Sous-titres : Français
Durée  : 1h35

Compléments
- Making of : Interview de Yann Samuell / Images & montage Mercure Films / post production One Shot Audiovisuel (durée : 15 min)
Prix conseillé  : 19,99 €
Edition / Distribution : CTV International


Images © CTV International - Tous droits réservés



Frédéric Leray
14 août 2012






JPEG - 31.8 ko



JPEG - 17.4 ko



JPEG - 27.7 ko



JPEG - 22.3 ko



JPEG - 31.7 ko



JPEG - 27.4 ko



JPEG - 8.3 ko



JPEG - 5.9 ko



JPEG - 9.8 ko



WebAnalytics