YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Voyage vers Agartha
Edition simple DVD - Kaze Vidéo
4 juillet 2012

Asuna est une jeune fille solitaire. Père décédé et une mère travaillant beaucoup à l’hôpital comme infirmière, elle a pris l’habitude de s’isoler dans la montagne. Un jour, sur le pont qui mène à sa cachette secrète, un monstrueux animal lui barre le passage. Heureusement, un mystérieux garçon s’interpose et terrasse le monstre à l’aide d’une étrange pierre. Blessé au bras, Asuna décide de soigner le jeune Shun et se lie d’amitié pour son sauveur. Ce dernier lui déclare venir de la cité d’Agartha, comme le petit chat qui ne les quitte plus. Toutefois, ce sera la dernière fois qu’Asuna le verra car, dans la nuit, Shun tombe mort dans la rivière.



Asuna n’arrive pas à croire que le corps retrouvé dans la rivière soit celui de son ami. Et quand son nouveau professeur évoque la cité souterraine d’Agartha dans un de ses cours, elle sent qu’elle doit en apprendre plus. Ce dernier lui explique les légendes liées à la mythique cité d’Agartha et l’incroyable secret qu’elle cache : la possibilité de ressusciter les morts. Toutefois, si le professeur Morisaki s’intéresse à Agartha, ce n’est pas un hasard. Il est membre des Archanges, une organisation paramilitaire recherchant la cité souterraine. Mais il a aussi un intérêt personnel : il compte y trouver le moyen de faire revenir à la vie sa femme bien-aimée, morte de maladie pendant qu’il était en mission. Alors quand un nouveau garçon prend contact avec Asuna, c’est le branle-bas de combat et une poursuite s’engage... dans les entrailles de la terre et au-delà...

JPEG - 27.9 ko

C’est d’après un livre qu’il a lu durant son enfance, que Makoto Shinkai a eu l’idée de « Voyage vers Agartha », sans pour autant reprendre la dite histoire. Makoto Shinkai nous avait déjà étonné avec ses deux réalisations « 5 cm per second et The Voices of a Distant Star », des courts métrages. Cette fois, il s’atèle à un vrai long métrage de près de deux heures. Et dans l’influence évidente, il est impossible de ne pas mentionner l’incontournable Hayao Miyazaki. Les « quetzalcoatl », ces gardiens d’Agartha nous font évidemment penser aux esprits de la forêt de « Princesse Mononoke ». « Voyage vers Agartha » est dans cette même verve et même philosophie car l’objectif du monde d’Agartha est d’abord de rester isolé loin du monde des humains.

Makoto Shinkai va prendre son temps pour nous raconter sa fable sur l’appréhension de la mort. Le professeur Morisaki l’expliquera très bien dans le film : Agartha n’est qu’une autre forme de l’Outre monde, celui des morts et par conséquent, les humains n’ont rien à y faire. Quand la jeune Asuna apprend la mort de son ami de cette cité mythique, elle prend réellement conscience de ce que signifie « mourir », d’ailleurs la réminiscence de la mort de son père en sera une autre preuve. Le début du film se déroule dans notre monde, pour présenter les principaux personnages et surtout leur quête. Pour Morisaki, il s’agit de ressusciter la seule femme qu’il ait jamais aimée et qu’il aimera à jamais. Nous nous rapprochons évidemment du mythe d’Orphée et d’Eurydice, retranscrit d’une manière toute asiatique et très belle.

Comme pour « 5 cm per second - The Voices of a Distant Star », Makoto Shinkai s’est entouré d’une excellente équipe pour l’animation et surtout les décors. Vous devez le savoir maintenant, je suis un adorateur de la 2D peinte qui ne sera jamais égalée par l’image de synthèse pour créer le rêve et nous émerveiller. Ce sera d’autant plus vrai quand les personnages passeront dans le monde d’Agartha. Tous les styles y sont représentés et l’architecture de cet univers est vraiment passionnant. De la « Vita Aqua », cette eau magique, aux « Yi », les créatures malfaisantes des ténèbres, tout est parfaitement imaginé pour créer ce monde entre onirisme et cauchemar. Mais les « quetzalcoatl » sont certainement les créatures les plus réussies, gardiens sur le déclin, symbole de l’impact négatif de l’humain sur ce monde.

« Voyage vers Agartha » est une fable extrêmement riche, mais qui n’échappe pas à certaines longueurs en deux heures de temps. Toutefois, ceux qui ont appris à se laisser bercer par l’imaginaire de Miyazaki ne resteront pas insensibles à cette oeuvre.


Voyage vers Agartha
- Studio : Comix Wave
- Réalisateur  : Makoto Shinkai
- Scénariste : Makoto Shinkai
- Musique : Tenmon
- Character designer : Takayo Nishimura
- Directeur artistique : Takumi Tanji
- Production : Comix Wave Films

Edition simple DVD
DVD 9- Zone 2- pal
- Durée : 116 mn
- Format image : 16/9
- Audio : Dolby Digital 5.1
- Langue : Japonais-Français-Italien
- Sous-titres : Français-Italien-Néerlandais
- Editeur : Kaze
- Sortie : 4 juillet 2012
- Prix public conseillé : 24,95 €


© Makoto Shinkai/CoMix Wave Films - Kaze - Tous droits réservés


Frédéric Leray
22 juillet 2012






JPEG - 29.5 ko



JPEG - 10.1 ko



JPEG - 9.2 ko



JPEG - 11.6 ko



JPEG - 10.1 ko



JPEG - 10.8 ko



JPEG - 9.7 ko



JPEG - 9 ko



JPEG - 9.1 ko



JPEG - 9.3 ko



JPEG - 9.9 ko



JPEG - 30.5 ko



WebAnalytics