YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Planzet, édition spéciale
Edition DVD simple - Kaze Vidéo
16 mai 2012

2047. Bientôt, la colonie martienne sera habitable et beaucoup d’humains s’interrogent sur leur souhait de quitter la terre pour la planète rouge. Taishi Akejima se complaît dans l’oisiveté au grand dam de son père, militaire de carrière. Mais le destin va obliger le jeune homme à prendre en main sa vie car cette année 2047, la terre va subir l’assaut d’une race extraterrestre : les FOS. Son père fera partie des premières victimes de cet assaut.
2053. Taishi est devenu un soldat, pilote de mécha dans l’armée de résistance aux FOS. La Terre est protégée par un bouclier de l’astéroïde géant, servant de base aux FOS. Mais les humains sont prêts à tester une nouvelle arme pour se libérer de ce joug.



Les FOS tentèrent d’anéantir la race humaine en faisant fondre la glace des pôles et provoquant une catastrophe écologique. Devant le risque de voir les humains rayés de la planète, les armées du monde s’unir pour lutter. Seulement, les forces ennemis semblent invincibles. Dans la base où stationne Taishi, la rumeur court qu’une arme secrète serait en court d’élaboration pour détruire le satellite FOS. L’anéantissement des forces russes pousse le Japon à lancer sa contre-attaque. Devant l’imminence de l’assaut, Taishi ne pense qu’à mettre en sécurité sa petite soeur, Koyomi. Pour utiliser leur arme, l’armée se doit de désactiver le diffuseur qui alimente le bouclier. Taishi et sa troupe vont devoir protéger le canon D le temps qu’il détruise la base ennemie.

JPEG - 29 ko

« Planzet » est le premier long métrage de Jun Awazu et sorti en 2010 au Japon. Ce film tente de surfer entre un « Macross » et « Final Fantasy, les créatures de l’esprit ». Nous allons nous retrouver sur une planète terre ayant subi une attaque extraterrestre et dont les forces armées tentent désespérément de vaincre ces envahisseurs, les FOS. Pris comme cela, avec un beau mécha sur l’affiche du film, on pouvait espérer avoir un premier film d’animation en image de synthèse mettant en scène ces robots emblématiques de la science fiction nippone. Seulement, très vite, le spectateur comprend qu’il a surtout affaire à un film très bavard, où les scènes d’actions ne seront malheureusement pas majoritaires.

Il faut dire qu’avec une durée de 53 minutes, Jun Awazu n’a pas beaucoup de temps pour poser son contexte, mais plutôt que de jouer sur des ellipses et des astuces scénaristiques pour donner les informations minimum au spectateur, il décide de nous donner toutes les informations par des dialogues. L’ambiance tombe alors très vite et la tension qui devrait naître est inexistante. De plus, Jun Awazu prend le parti de ne jamais proposer l’avis des envahisseurs, qui ne seront en fait que des personnages secondaires, sans consistance. D’ailleurs, seuls leurs vaisseaux spatiaux nous sont présentés, jamais l’apparence des pilotes. Sans un « méchant » digne de ce nom, le spectateur n’arrive pas vraiment à ressentir de l’empathie pour des personnages assez fades et peu charismatiques.

Le combat de mécha aurait pu remonter le niveau, mais là aussi, c’est une énorme déception. Car n’ayant pas d’adversaire en face, les performances des robots ne sont pas à la hauteur des attentes, d’autant plus décevant que leur réalisation est impeccable, avec un très bon rendu visuel, l’image de synthèse et la 3D par ordinateur faisant des merveilles... pour les machines !

Le visuel de « Planzet » devait être le point fort du film, un des bonus revenant sur la réalisation de ces images 3D. Si les décors, les machines ont un très bon rendu, le résultat obtenu pour les personnages est très mitigé. La réussite se situe dans les traits des personnages et leurs expressions, pour lesquels les réalisations 3D sont d’excellente facture et nous rappellent évidemment « Final Fantasy, les créatures de l’esprit », le film de science fiction, pas l’adaptation du jeu. Toutefois, le charme est cassé dès qu’ils se mettent à bouger car leurs mouvements font plus penser à ceux de marionnettes qu’à de véritables êtres humains. L’impression parfois de voir une version en image de synthèse des « Sentinelles de l’air », drôle, mais pas dans le bon sens du terme.

Le DVD comprend aussi la première réalisation de Jun Awazu, « Negadon The Monster from Mars », et deux très courts métrages, tous en hommage aux films live de monstres comme Godzilla. Des petits films qui donnent surtout une idée de l’évolution technique des images de synthèse entre 2005 et 2010.

« Planzet », malgré un synopsis attractif, n’est pas le film de synthèse qui révolutionnera le genre mécha. Dommage.


Planzet, édition spéciale
- Studio : Comix Wave
- Réalisateur  : Jun Awazu
- Scénariste : Jun Awazu
- Musique : Shingo Terasawa

Edition simple DVD
DVD 9- Zone 2- pal
- Durée : 53 mn
- Format image : 16/9
- Audio : Dolby Digital 2.0
- Langue : Japonais-Français
- Sous-titres : Français
- Editeur : Kaze
- Sortie : 5 octobre 2011
- Prix public conseillé : 24,95 €

Bonus
- Moyen-métrage « Negadon The Monster from Mars » (26 min)
- 2 interviews du créateur de Planzet (21 min)
- 2 court-métrages "Daikaicho Magara Shurai et Magara Gekimetsudaikessen (24 min)
- Making off « le story-board 3D animé » (22 min)
- 3 trailers et un teaser (12 min)


©Jun Awazu/MEDIA FACTORY/CoMix Wave Films - Kaze - Tous droits réservés


Frédéric Leray
17 mai 2012






JPEG - 35.1 ko



JPEG - 9.6 ko



JPEG - 5.7 ko



JPEG - 4.8 ko



JPEG - 3.4 ko



JPEG - 6 ko



JPEG - 12.9 ko



JPEG - 8.9 ko



JPEG - 9.5 ko



JPEG - 6.1 ko



JPEG - 4.3 ko



JPEG - 7.8 ko



WebAnalytics