YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Cowboys et Envahisseurs
Edition simple DVD
18 janvier 2012

Après un box office raisonnable de presque 900.000 entrées dans les salles françaises, Cowboys et Envahisseur a tranquillement atterri en dvd et Blu-ray. SF et Western réunis ne date pas d’hier, déjà l’excellente série télé Les Mystères de l’Ouest nous y invitait et c’est d’ailleurs un plaisir rare d’en voir quelques épisodes.



LE SUJET

Arizona, 1873. Un homme se réveille sans souvenir et atterri à Absolution, petite ville austère, perdue en plein désert avec un mystérieux bracelet soudé autour de son poignet. Alors que la ville est sous l’emprise du terrible colonel Dolarhyde, les habitants d’Absolution sont confrontés à une menace bien plus inquiétante et qu’ils ont du mal à identifier...

CE QUE L’ON EN A PENSE

Comme nous le disions plus haut, la rencontre SF et Western, on connait déjà depuis « Les Mystères de l’Ouest » (en série) et son adaptation sur grand écran avec « Wild Wild West ». Le résultat est finalement tout aussi mitigé. Ce n’est pas que l’oeuvre de Scott Mitchell Rosenberg, dont est inspiré le film, ou bien le petit clin d’oeil avec le retour au genre de Harrisson « Yan Solo » Ford dans un rôle complétement décalé de vrai méchant, ne soient pas inintéressant (bien au contraire) mais des Aliens hostiles au Far West ou au Moyen Age, ça na pas le même impact qu’aujourd’hui ou dans le futur.
De ce fait, l’immersion totale dans le film est un exercice délicat.

Le scénario plutôt travaillé (6 scénaristes quand même) permet au film de ne pas partir dans le cosmos comme beaucoup de séries B. Ce qui l’aide en partie a l’effet pervers de provoquer de petits écueils scénaristiques que les effets spéciaux (de très haute qualité je le répète) parviennent à peine à gommer de nos mémoires.

JPEG - 28.8 ko

Coté casting, on a été surpris du cocktail « Action/Glamour/Retour du Jedi ».

D’abord Daniel Craig que l’on connait tous comme agent secret de sa majesté. Son interprétation d’un cowboy amnésique à la Jason Bourne qui ne se pose pas trop de questions est assez convaincante malgré une ouverture un peu rapide dans le genre « Tient, j’ai un bracelet bizarre au poignet et je peux pas l’enlever. Tant pis de toutes façons je sais plus qui je suis alors autant faire profil bas et éviter les ennuis. » Oui mais voilà, il ne se rappelle pas qu’il est le genre de type à attirer les ennuis...

Olivia « Numéro 13 » Wilde. Sexy, charismatique, convaincante également, une seule question : Mais comment a-t-elle atterri là ? En résumé, Olivia Wilde est la seule à ne pas partir dans les clichés de son personnage et on est heureux de ne pas la retrouver en Calamity Jane de service.

Harrisson « Yan Solo » Ford. C’était quand déjà son dernier film de SF ? Ah oui en effet. On avait un peu peur de le voir remettre le couvert entre séducteur maladroit et sauveur de situation mal engagée.
Quelle surprise de le voir à l’opposé de tout ça, dans un rôle de vrai salaud qu’il a rarement joué. Mais si, rappelez-vous, dans « Apparence » où il était juste un meurtrier et mari infidèle aux cotés de Michelle Pfieffer qui « voyait des gens qui sont morts ».
Ici, Harrisson Ford joue le rôle du très riche et très craint colonel Dolarhyde : Le gars qui tient la ville sous sa coupe. Ceux qui se sont opposés à lui sont soient morts, soient plus très vivants. Le genre de cowboy qui tient ses promesses, surtout quand il menace. Oui c’est un bel archétype qu’Harrisson Ford n’a absolument pas revisité. Son jeu est sobre, sans aucune fioritures, voire un peu trop simple dans l’exécution mais avec de vraies grimaces d’enfoiré dans le genre « on sait pas sur qui ça va tomber mais ça va faire mal ».

En fin de séance, on se demande si le rythme n’est pas un peu trop rapide. Jon Favreau avait-il déjà la tête à son prochain film et a-t-il bouclé « Cowboys et Envahisseurs » ?
Est-ce une commande finement honorée en alliant beau casting, beaux effets spéciaux et scénario classique mais efficace ?
Il y a un peu de tout ça.
Le projet de base ne prévoyait certainement pas de faire de ce film un chef d’oeuvre, pas même un film à Oscars et autre récompenses.
Tout au long de la projection, on pense à « Independance Day », « Stargate », « Wild Wild West » et les clichés vers les films de genre ne passent pas inaperçus. Le jeu des acteurs est juste, trop juste peut être par moment sans être (heureusement) caricatural.
On ne peut pas être déçus par le résultat mais on sent que cela aurait pu être beaucoup mieux.

L’EDITION DVD

C’est un dvd simple que nous avons eu pour cette projection privée. De bonne qualité, la réalisation soignée de Jon Favreau et la qualité des effets spéciaux obtiennent un bon rendu dans cette version dvd. Le peu de bonus respecte néanmoins le minimum syndical et on a apprécié les commentaires du réalisateur et autres scènes coupées.
En conclusion, sans être exigeant, on passe un bon moment entre « Mon Nom est Personne » et Independance Day. De très bons effets spéciaux, une histoire simple et un combat attendu.
« Cowboys et Envahisseurs » version (simple) dvd sera certainement en promo l’année prochaine ou en pack à Noël voire sur nos (petits) écran un dimanche soir, avant une rediffusion de « MiB ».

COWBOYS ET ENVAHISSEURS
L’EDITON SIMPLE DVD

Titre original  : Cowboys & Aliens
Film Américain, d’après l’oeuvre de Scott Mitchell Rosenberg
Sortie cinéma : 24 août 2011
Durée  : 1h 57min
Réalisateur  : Jon Favreau
Acteurs  : Harrison Ford, Daniel Craig, Olivia Wilde
Format de production 35 mm
Distributeur : Paramount Pictures France
Production  : Universal Pictures, DreamWorks Pictures
Année de production  : 2011
Date de sortie DVD : 18 janvier 2012
Date de sortie Blu-ray : 26 janvier 2012
Format audio : SDDS, Dolby Digital DTS


© Image ; Paramount Pictures France - Tous droits réservés



Ludovic Causse
19 avril 2012






JPEG - 25.5 ko



PNG - 65.6 ko



JPEG - 16.6 ko



JPEG - 10.4 ko



JPEG - 12.5 ko



JPEG - 9.1 ko



JPEG - 15.6 ko



WebAnalytics