Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Pandora Hearts (T6 et 7)
Jun Mochizuki
Ki-oon

La clochette récupérée sur le Chat de Cheshire contient un souvenir d’Alice que certaines personnes ne veulent surtout pas voir révéler. Vincent Nightray enlève alors Sharon et force Break à détruire ce souvenir compromettant. Cet échec assomme un peu nos héros. Et dans ces moments-là, on peut compter sur l’oncle Oscar pour trouver une bonne idée : il est temps pour Oz de revoir sa cher soeur Ada. Mais le jeune homme craint cette rencontre car si lui n’a pas changé, dix ans se sont passés pour la jeune fille. Toutefois, l’amour que les deux frère et soeur éprouvait l’un pour l’autre est toujours aussi fort. Et venir la voir dans son lycée va se révéler très instructif.



Les Baskerville

Ce lycée va être riche en rencontres pour le jeune Oz. Tout d’abord, il y a cet air de musique joué par ces deux garçons et qui est exactement celui de la montre qu’il trouva dix ans plus tôt et qui attira Alice. L’un deux n’est autre qu’un autre Nightray, Elliot, au tempéramment plutôt explosif et dont la façon d’aborder l’idée de sacrifice est totalement à l’opposé de celle de penser d’Oz. Mais cela aura le mérite d’obliger notre héros à s’interroger sur lui-même. Mais surtout, il y a les Baskerville et l’irascible Lottie. La jeune fille ne veut qu’une chose : revoir Jack Vessalius dont l’esprit partage le corps d’Oz. Et souvent, il faut faire attention à ce que l’on souhaite car on l’obtient. Et cette rencontre va ramener bien des souvenirs chez la jeune fille, venant d’une époque d’avant l’affaire du Sablier, quand Jack et Glen Baskerville étaient encore ami...

Le Duc Barna

Le moral n’est décidément pas au beau fixe pour nos héros. Pour Oz, son aventure au lycée l’a beaucoup touché, et pas seulement par sa confrontation avec les Baskerville, ceux-là même qui sont à l’origine de sa déchéance, mais aussi par les reproches que lui a formulés Elliot. Et s’il disait vrai ? Si Oz n’agissait finalement que par pur égoïsme ? Une nouvelle invitation va leur changer les idées : le Duc de Barna leur accorde une audience. Et si quelqu’un a conscience de l’honneur que cela signifie, c’est bien Break. Lui qui cherche des informations sur l’origine de l’affaire du Sablier va enfin rencontrer un des survivants de cette tuerie. Mais là aussi, souvent les efforts sont récompensés et malheureusement, cette rencontre va surtout lever le voile sur les secrets que cache le dénommé Xerxès Break.

JPEG - 24.6 ko

Secrets et abysses...

Voici donc deux tomes très riches, avec globalement une spécialité pour chacun. Le tome 6 est celui des rencontres : celle entre Oz et Ada qui va provoquer le début du changement de comportement du garçon, car comme le rappelle Jun Mochizuki à travers Break, notre héros ne s’est encore pas interrogé sur ce qui a bien pu se passer pendant ses dix ans d’absence. Et ce changement va prendre deux formes. Tout d’abord sa soeur et Elliot Nightray qui symbolise le temps qui passe, la nouvelle génération d’héritiers des grandes famille. Si Ada est un point d’accroche rassurrant, Elliot va provoquer une introspection de grande envergure chez notre héros. Leur discussion philosophique peut paraître un peu longuette, et finalement ne fait que tourner autour de leur vision réciproque du sacrifice. Mais elle est cruciale pour comprendre les changements chez Oz.

Ensuite viennent les Baskerville qui symbolisent plus l’éternel recommencement et l’opposition au changement. Cette rencontre va permettre au lecteur, par l’intermédiaire du classique flash-back, d’en apprendre plus sur Jack Vessalius et sur l’affaire du Sablier. C’est aussi le moment où Jun Mochizuki trouble son lecteur par des problèmes de temporalité concernant ces personnages qui ont connu l’époque de Jack, que ce soient Lottie et, plus tard, le duc Barna ainsi qu’un autre personnage dont je vous laisse la surprise. Les Baskerville persistent à vouloir devenir maître de la volonté de l’Abysse, quitte à reproduire la catastrophe du Sablier. Quelque part, c’est le changement contre l’immobilisme que nous offre Jun Mochizuki.

Deux tomes bien plus profonds dans ses réflexions philosophiques qu’il n’y parait et qui pourraient déstabiliser un peu un lectorat trop jeune. Mais le tome 7, jouant sur les révélations, va parvenir à garder son attention, jusqu’à son cliffhanger encore riche en surprises.


Pandora Hearts (T6 et 7)
- Auteur : Jun Mochizuki
- Traducteur  : Fédoua Lamodière
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 178 pages
- Date de parution : 10 mars et 12 mai 2011
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-246-6 ; 978-2-35592-266-4
- Prix : 7,50 €


A lire sur la Yozone :
- Pandora Hearts, la bande annonce
- Pandora Hearts (T1 et 2)
- Pandora Hearts (T3)
- Pandora Hearts (T4 et 5)
- Pandora Hearts, box 1


© Jun Mochizuki / SQUARE ENIX CO., LTD.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés



Frédéric Leray
29 juillet 2011




JPEG - 41.3 ko



JPEG - 25.1 ko



JPEG - 27.6 ko



JPEG - 42.5 ko



JPEG - 28.6 ko



JPEG - 24.4 ko



WebAnalytics