YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Château de Cagliostro (Le)
Coffret simple ou collector Bu Ray DVD - Kaze
22 juin 2011

Dire qu’on ne peut plus faire confiance aux casinos de nos jours ! Même ces prestigieux établissements servent à répandre de la fausse monnaie. Et notre cher Lupin va en faire les frais. Mais ce n’est pas cela qui va casser le moral de notre sympathique cambrioleur. Accompagné de son fidèle Jigen, il décide d’affronter un nouveau défi : cambrioler le château de Cagliostro. Ce petit état, membre de l’ONU, est aussi un paradis pour les faux monnayeurs au point d’avoir reçu le surnom de « trou noir de la fausse monnaie ». Mais à peine arrivés, nos deux compères voit passer devant eux une mariée en robe poursuivie par une bande de mafieux. Et Lupin ne peut s’empêcher de venir en aider aux jolies demoiselles en danger.



Elle se nomme Clarisse et est une descendante de la famille royale de Cagliostro. Mais depuis son retour du couvent, elle est prisonnière du Comte qui veut la forcer à l’épouser. Une légende raconte que cette union permettrait de mettre la main sur un fabuleux trésor, caché dans le château de Cagliostro. Pour Lupin, c’est en fait deux bonnes raisons pour défier ce perfide et cruel Comte : mettre la main sur le trésor de Cagliostro et sauver la belle princesse. Et comme à son habitude, il va annoncer le futur enlèvement de la demoiselle. Mais pour corser l’affaire, Interpol vient se joindre à la fête. Que la partie commence !

JPEG - 29.8 ko

C’est en 1967 que paraissent les premières aventures de « Lupin III », né de l’imagination d’un jeune mangaka, Monkey Punch. Lupin est un gentleman cambrioleur, dont les exploits associent humour et action. Evidemment, de par le nom et son caractère, ce joyeux drille est un descendant direct du célèbre personnage de Maurice Leblanc, Arsène Lupin. Lupin est accompagné par deux acolytes : Jigen, toujours caché sous son borsalino, et Goemon, fier samourai des temps modernes. Un autre personnage récurrent est la belle mais fatale Fujiko. Pour l’anecdote, le titre « Lupin III » a posé des problèmes de droit à Monkey Punch qui n’avait pas l’autorisation des héritiers de Maurice Leblanc. Lors de son arrivée en France, la série dut prendre le nom d ’« Edgar de la cambriole » ou encore « Edgar, détective cambrioleur » (encore aujourd’hui, la traduction dans les sous-titres du nom de ce personnage reste Edgar).

Après de nombreuses péripéties, « Lupin III » est enfin adapté au grand écran en 1974 sous forme d’un film live et en 1978 avec un long métrage, « Le secret de Mamo ». Avec le succès de ce premier opus, Tokyo Movie Shinsha confie la réalisation du deuxième animé à un jeune réalisateur encore inconnu du grand public : Hayao Miyazaki. Véritable touche à tout, du scénario à la réalisation et un tour chez les character designers, Hayao Miyazaki va imprimer à ce premier film tout ce qui va faire sa futur renommée. Bien sûr, il y a une base à respecter, surtout quand on adapte l’oeuvre d’un autre auteur, et ici qui dit Lupin dit cambriole. Mais avec un Miyazaki, ce n’est pas un trésor que l’on vole, mais une belle demoiselle.

Si l’imaginaire ne peut avoir trop sa place dans un Lupin, Miyazaki va surtout jouer sur des décors magnifiques, avec toujours un brin de mystère et de magie. On peut aussi y trouver de nombreuses références : « Le Roi et l’Oiseau » par l’atmosphère du film, « Les temps modernes » avec la scène de l’horloge du château, et bien sûr un rien des « Contes des 1001 Nuits » avec la chambre de la princesse et l’arrivée de Lupin. Toutefois, déjà le style Miyazaki fait de ce Lupin le meilleur long métrage de la série.

Graphiquement, « Le Château de Cagliostro » a quelque peu vieilli, surtout pour le design des personnages qui sont toutefois typique du style des années 1970. Par contre, les décors 2D ont passé le fil des années sans prendre une ride. De l’architecture des deux chateaux, au final, en passant par la scène sur les toits, la magie que génère un film de Miyazaki semble éternel et ne subit que légèrement les effets du temps.

Pour son passage au Blu Ray, « Le Château de Cagliostro » reçoit donc un hommage digne de lui. Pour ceux qui veulent tout savoir sur cette première oeuvre du maître de l’animation nippone, Hayao Miyazaki, l’édition collector contient un DVD de bonus comportant les interviews de Monkey Punch, Yasuo Otsuka (chara designer), Kazuhide Tomonaga (animation), mais aussi des bonus plus classiques comme les bandes annonces originales, des croquis, les décors... Sans oublier un très beau livret, un coffret indispensable pour les amoureux de Miyazaki.


Le Château de Cagliostro
- Studio : Kyoto Animation
- Réalisateur  : Hayao Miyazaki
- Scénario : Hayao Miyazaki, Haruya Yamazaki
- D’après l’oeuvre de : Monkey Punch
- Chara designer : Hayao Miyazaki, Yasuo Otsuka
- Compositeur : Yuji Ohno
- Directeur artistique : Shihiro Kobayashi
- Production : Studio Telecom, Tokyo Movie Shinsha
- Directeur de l’animation  : Yasuo Otsuka

Coffrets simple ou collector Blu Ray+2DVD
DVD 9- Zone 2- pal
- Durée : 1h40
- Format image : 16/9
- Audio : Stéréo 2.0
- Langue : Japonais-Français
- Sous-titres : Français
- Editeur : Kaze
- Sortie : 22 juin 2011
- Prix public conseillé : 19,95 € (édition simple) ou 39,95 € (édition collector)


Original comic books created by Monkey Punch © Monkey Punch All rights reserved © TMS All rights reserved - Kaze - Tous droits réservés


Frédéric Leray
25 juillet 2011






JPEG - 23.9 ko



JPEG - 14.6 ko



JPEG - 10.3 ko



JPEG - 8.4 ko



JPEG - 12.3 ko



JPEG - 8.2 ko



JPEG - 11.6 ko



JPEG - 9.6 ko



JPEG - 11.4 ko



JPEG - 12.5 ko



JPEG - 10 ko



WebAnalytics