YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Death Note, Black Edition (T4)
Tsugumi Ohba et Takeshi Obata
Dark Kana

Après une folle course poursuite, Higuchi est finalement tombé entre les mains de la police, mais surtout, L détient dorénavant son Death Note. Malheureusement, Light va aussi toucher le fameux livre de Rem et soudain, sa mémoire va revenir d’un bloc. Ses souvenirs mais surtout le plan machiavélique qu’il a élaboré en tant que Kira. L est maintenant à sa merci, surtout que Misa a pu voir son véritable nom grâce à l’échange de l’oeil. Il est temps de faire un grand nettoyage dans l’équipe en charge de l’affaire Kira : supprimer tous ces parasites amenés par L et surtout en finir avec L lui-même. Et si jamais Misa n’arrive pas à se souvenir du véritable nom de L, Kira a un plan B, un plan imparable car impliquant ce personnage de tragédie grecque qu’est le dieu de la mort, Rem.



Mello

L est mort. Le monde selon Kira peut dorénavant se mettre en place. Tout d’abord, Light parvient à convaincre l’équipe de son père pour qu’il prenne la place du défunt afin de ne pas perdre la confiance des polices internationales. Grace à Misa, Light a épuré l’équipe de tous ceux qui avaient un lien trop fort avec le profiler autiste... Un peu trop car l’établissement d’où est issu L a déja prévu la relève. Deux adolescents sont en lice pour reprendre la chasse. Et l’un deux, Mello, décide de mettre son génie au profit du côté obscur. Il est prêt à tout pour capturer Kira et s’associer à des malfrats ou tuer des innocents ne lui fait pas peur. Kidnapper le préfet de police de Tokyo était une première étape pour récupérer le Death Note entre les mains de la police japonaise. Mais cela ne suffisait pas, alors autant s’attaquer à la famille du premier flic de l’affaire, et c’est ainsi de Sayu Yagami se retrouve enfermée quelque part aux Etats-Unis.

Near

En se retirant, Mello a propulsé Near comme successeur officiel de L. Mais le garçon, s’il est aussi autiste que son prédécesseur, est bien moins sentimental que lui. Et s’il s’oblige à respecter la loi pour mettre la main sur Kira, il n’est pas dupe du jeu que joue Light et commence alors une nouvelle épreuve de force entre le L numéro 2 et N. Par obligation, Near va s’associer à Light pour l’aider à récupérer sa soeur. Et Yagami père se retrouve ne première ligne, prêt à tout pour sa famille, même apporter le vrai Death Note à Mello. Mais Light va sous-estimer son nouvel adversaire et il va payer cache son erreur en perdant le Death Note de Rem...

JPEG - 45.5 ko

Yagami, père et fils

Ce quatrième tome du « Death Note, Black Edition » marque la transition entre la première saison de la série, avec L, pour passer au début de la seconde, introduisant deux nouveaux profilers : Near et Mello. Si Near est assez proche de L mais dépourvu du moindre sentimentalisme, Mello est une version trash de notre si sympathique défunt L. C’est aussi une rupture dans la série qui était jusqu’ici focalisée sur le Japon et qui va s’exporter cette fois aux Etats-Unis. Si les joutes cérébrales sont toujours bien présentes, l’action pure et dure va s’accentuer fortement, prenant une part prédominante.

Mais nous allons surtout nous arrêter sur la relation entre Light et sa famille. Ce tome 4 est réellement très instructif sur le jeune homme. Ceux qui pouvait encore avoir un espoir en lui vont être bien refroidis dans leurs ardeurs. On découvre ou plutôt Tsugumi Ohba nous certifie que pour Light, sa famille n’est qu’un outil pour arriver au monde idéal de Kira. Et s’il devait sacrifier son père ou sa soeur, cela lui serait bien égal. Il est intéressant de voir dans ses réflexions comment est utilisée l’option où les siens sont abattus. Pire encore, Light n’écarte pas non plus la possibilité pour Kira de tuer lui-même son père ou sa soeur. Toute notion de morale ou de justice a quitté le raisonnement de Light qui ne cherche plus qu’à devenir un dictateur malheureusement bien classique.

La pauvre Misa est rangée au rang d’arme à longue distance. Seul l’oeil qu’elle a échangé intéresse Light. C’est même ce qui sauve la pauvre jeune fille qui aurait été sacrifiée depuis longtemps si elle n’en était pas pourvue. Ce mépris de Light pour les siens rend même Mello quelque part sympathique. Certes, le garçon est aussi un psychopathe capable de tuer n’importe qui, mais toutefois, il ne tue pas aveuglément. Les meurtres ont tous une utilité, même si ses victimes sont des soldats ou ses propres hommes. D’un autre côté, s’étant associé à des truands, ces hommes sont consommables.

Nouvelle équipe anti-kira et nouvelles méthodes, le tout pour donner un bon coup de frais pour une série qui a toujours su préserver un intérêt constant et un excellent suspense.


Death Note, Black Edition (T4)
- Scénario : Tsugumi Ohba
- Dessin : Takeshi Obata
- Traducteur : Myloo Anhmet
- Éditeur français : Kana
- Collection : Dark Kana
- Format : 140 x 213, noir et blanc - sens de lecture original
- Nombre de pages : 400 pages
- Date de parution : 7 janvier 2011
- ISBN : 9782505010326
- Prix : 12,50€


A lire sur la Yozone :
- Death Note (T1 et 2)
- Le phénomène Death Note
- Death Note (film 1)
- Death Note 2 : The Last Name
- Death Note R : Relight
- Death Note, Black Edition (T1)
- Death Note, Black Edition (T2)
- Death Note, Black Edition (T3)


© Edition Kana Home Vidéo - Tous droits réservés


Frédéric Leray
10 juillet 2011






JPEG - 33.7 ko



JPEG - 35.7 ko



JPEG - 24.8 ko



JPEG - 31.6 ko



JPEG - 31.8 ko



WebAnalytics