YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Princesses aussi vont au petit coin (Les)
Christophe Chabouté
Vents d’Ouest

Le nouveau Chabouté, toujours en noir et blanc, toujours troublant.
Un auteur se débat entre recherche de l’inspiration et arrêt du tabac.
Une histoire sombre de prise d’otages, de complot puissant et de folie douce ! Tout cela enrobé d’un titre décalé très énigmatique.



Dans cet album, un écrivain, ne ressemblant pas du tout physiquement à Chabouté, puise dans les petits détails de son quotidien pour tisser les fils de sa nouvelle intrigue. Probablement basée sur la méthode de création réelle de Chabouté, cet écrivain anonyme construit son récit à partir de ses propres expériences. Comment ce père de famille, aux prises avec une volonté d’arrêter de fumer qui lui pose soucis, crée de toutes pièces un univers à la fois très éloigné du sien et, pourtant, si proche. Les visages, les objets, les situations de son quotidien constituent la nourriture de ses réflexions.

JPEG - 57.8 ko

Cette mise en abîmes reste parfaitement maîtrisée par Chabouté. On se retrouve alors face à deux récits complètement entremêlés. D’un côté, le lecteur fait la connaissance de cet écrivain mystérieux, de l’autre, il plonge dans un récit complexe et décalé.
Ce second récit, l’histoire dans l’histoire, suit Jorn, jeune homme perturbé, qui s’enfuit d’un asile psychiatrique. Après avoir été pris en stop par deux quadras routards, Jorn menace ses chauffeurs de son arme pour mener à bien sa croisade. Un sombre road movie commence alors.
Enfermé dans sa paranoïa, Jorn affirme détenir des informations capitales pouvant mettre à jour un système mondialement corrompu. Une sorte de complot international qui cherche à le détruire. Rien que ça !

JPEG - 92.6 ko

Le mystérieux auteur laisse planer le doute et tente d’embrouiller le lecteur sur l’issue de son récit. Jorn est-il complètement fou ? Est-il vraiment pourchassé ? Et est-ce vraiment le sujet important de cette BD ?

Ma première lecture, rapide, m’a quelque peu désappointé. Je trouvais l’histoire un peu téléphonée, parcourue de grosses ficelles. Et puis, je l’ai relue, plus au calme, et j’ai compris… J’étais passé à côté du sujet réel. Enfin je crois...

Le titre aurait dû m’aiguiller. Deux titres barrés évoquent à la fois le processus de création de l’auteur mais aussi les pistes de son intrigue. De la folie (comme il est écrit sous la première rature) : oui un peu. Un secret de polichinelle (selon le terme employé sous la seconde) : c’est évident. Mais alors les « princesses » ? Quel rapport ? Et bien justement aucun. Aucun avec l’histoire sombre de Jorn. Mais tout à voir avec celle présentant la vie du mystérieux auteur.

JPEG - 64.8 ko

J’ai profité de ma seconde lecture pour chercher les petits détails, découvrir les éléments de l’intrigue qui ne m’avaient pas vraiment sauté aux yeux au début. Et j’ai ainsi apprécié le talent narratif de Chabouté, ses références, ce qu’il voulait faire passer comme message, comme expérience propre à ses lecteurs. Je suis alors passé de « mouais, bof » à « superbement fouillé ».

Graphiquement, c’est assez étonnant. Le noir et blanc entretient cette atmosphère étouffante et sombre du road movie et fonctionne parfaitement lorsque l’auteur parle de sa vie, de sa fillette…
Si je devais cependant formuler une critique, elle irait à la pauvreté des expressions des personnages. Chacun a une expression bien marquée, plutôt réussie d’ailleurs, mais qui ne change pratiquement jamais. Ainsi Marco le routard, qui, lui, ressemble beaucoup physiquement à Chabouté, est toujours bourru et fermé. Qu’il soit en colère, surpris ou amusé, il a toujours cette expression réfractaire au monde. Jorn, lui, a toujours l’air halluciné… Bon, en même temps, cela convient particulièrement bien à ce personnage.

On trouve dans cet opus des images très originales comme ce paquebot surgissant de nulle part en pleine terre. Un univers graphique plutôt particulier, décalé et surprenant qui peut rebuter, mais qui mérite une relecture approfondie pour être apprécié à sa juste valeur.
La couverture est d’ailleurs un condensé fidèle du contenu de cet album. Une image noire et inquiétante, un dessin joyeux d’enfant, des titres raturés et des morceaux de paquets de cigarettes. Tout est dit.
Sous couvert d’une histoire très sombre, presque glauque, l’auteur glisse enfin beaucoup de traits d’humour savoureux. Les routards qui jouent à « Mr et Mme ont un fils », l’ironie de Marco face à Jorn imperturbable, la scène durant laquelle les personnages doivent choisir entre être écrasés sous une table de camping ou être intoxiqués à la merguez… constituent autant de moments sympathiques.

« Les princesses aussi vont au petit coin » est donc plutôt énigmatique, torturé, fouillé et, finalement, juste brillant.
Une belle découverte pour moi qui ne connaissais pas du tout le travail de Christophe Chabouté.


Du même auteur sur la Yozone :
- La Bête


Les princesses aussi vont au petit coin
- Scénario : Christophe Chabouté
- Dessin : Christophe Chabouté
- Editeur : Vents d’Ouest
- Collection : Intégra
- Dépôt légal : 4 mai 2011
- Format : 228 x 323 mm
- Pagination : 112 pages en noir et blanc
- ISBN : 978-2-7234-0558-5
- Prix Public : 17,99 €


Illustrations © Chabouté et Vents d’Ouest (2011)


Allison & Julien
13 juillet 2011






JPEG - 28.5 ko



JPEG - 59 ko



JPEG - 72.7 ko



JPEG - 71.8 ko



JPEG - 61.5 ko



JPEG - 75.9 ko



JPEG - 29.7 ko



JPEG - 16 ko



WebAnalytics