YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Two Eyes Staring, la diabolique
Edition simple DVD - Zylo
21 juin 2011

Les voies de la distribution sont décidément impénétrables, comme le démontre une fois de plus la sortie directement en vidéo du premier long-métrage d’Elbert van Strien. Déjà bardé de prix grâce à ses court-métrages, le réalisateur batave, fer de lance d’un renouveau du cinéma de genre hollandais, délivre un thriller fantastico-psychologique atmosphérique qui évoque le cinéma américains des années 70 (Les innocents, La maison du Diable) net la vague actuelle de films fantastiques ibériques, comme « Les Autres », « Abandonnée », ou encore « L’orphelinat ». Du grand cinéma, donc, qui aurait plus que mérité une sortie dans les salles obscures hexagonales.



Grand Prix du meilleur film et du meilleur scénario au Festival Fantasporto 2011

Les voies de la distribution sont décidément impénétrables, comme le démontre une fois de plus la sortie directement en vidéo du premier long-métrage d’Elbert van Strien. Déjà bardé de prix grâce à ses court-métrages, le réalisateur batave, fer de lance d’un renouveau du cinéma de genre hollandais, délivre un thriller fantastico-psychologique atmosphérique qui évoque le cinéma américains des années 70 (« Les innocents », « La maison du Diable ») net la vague actuelle de films fantastiques ibériques, comme « Les Autres », « Abandonnée », ou encore « L’orphelinat ». Du grand cinéma, donc, qui aurait plus que mérité une sortie dans les salles obscures hexagonales.

JPEG - 27.8 ko

LE SUJET

Une famille hollandaise déménage dans un manoir en Belgique dont la mère vient d’hériter. Mais après quelques jours, la petite Lisa découvre qu’une autre petite fille qu’elle seule peut voir, habite également dans la maison. Cette dernière lui dévoile qu’elle est la défunte sœur jumelle de sa mère et qu’elle détient un terrible secret…

CE QUE L’ON EN A PENSE

Film d’épouvante sans hémoglobine, Elbert van Strien, comme dans ses courts métrages, joue à fond la carte de l‘ambiance et du cheminement psychologique de ses personnages. Son film débute d’ailleurs en Hollande, sur la voix off de la petite Lisa, persuadée que sa mère ne l’aime pas. Une sensation qui va bien entendu être renforcée par la perte de ses repères, suite au déménagement de sa famille en Belgique, dans le manoir de sa défunte grand-mère maternelle qu’elle ne connaissait pas.
Un nouveau pays, une nouvelle maison, une nouvelle école et de nouveaux emplois pour ses parents. Lisa vit très mal cette situation. Surtout qu‘une nuit, en furetant dans la cave, elle tombe sur une fille un peu plus âgée qu’elle, qui prétend être la sœur jumelle de sa mère, morte alors qu’elles étaient enfants. Malgré les efforts de son père pour la soutenir affectivement (Lisa est une habituée des amis imaginaires), les révélations du fantôme de sa tante, dont elle ignorait jusqu’à l’existence, creusent encore plus le fossé entre Lisa et sa mère. Jusqu’au point de non retour.

JPEG - 19.3 ko

Sur le plan strictement formel, « Two Eyes Staring » est également une grande réussite. Outre la superbe photographie de Guido van Gennep (la séquence à moto, ou celles se déroulant dans l‘entre-monde sont magnifiques), l’utilisation judicieuse du grand angle en suivant Lisa dans son nouveau monde, confère un parfum d’étrangeté et une personnalité propre au manoir. Tout autant de petits détails qui renforcent l’impact de la narration et détournent l’attention et la réflexion du spectateur de la surprenante résolution de l’intrigue.

JPEG - 25.4 ko

Car « Two Eyes Staring » n’est pas un simple film de fantômes, ou de maison hantée. C’est avant tout un drame sur la perception de la réalité et le poids des secrets.
Le dernier point fort du film (qui n’a à vrai dire pas vraiment de points faibles), c’est la performance des acteurs. Inconnus, ou peu connus chez nous, ils sont tous en osmose avec l’ambiance du film, pour ne pas dire l’univers du réalisateur. A commencer par l’étonnante Isabel Stokkel qui fait ses débuts avec le rôle de la petite Lisa. Un jeu tout en retenu pour une petite fille au sourire ravageur (la séquence à moto). Plus expérimenté, mais loin d’être en reste, Barry Atsma (le père) et Hadewych Minis (la mère) livrent également une prestation d’un excellent niveau. Espérons pour les spectateurs américains que leurs remplaçants dans le future remake hollywoodien, prévu pour l’an prochain, soient aussi crédibles.

L’EDITION DVD

Une très belle édition pour un petit mais excellent film, complété d’un très bon making of sur le vif de 23 minutes (ce qui nous change des habituels making of promotionnels calibrés qui accompagnent trop souvent les productions made-in-USA), comprenant interviews sur le vif des acteurs, du réalisateur et qui nous montre certains moments clés du tournage. La galette numérique comprend également le court-métrage « Le visage cachée » (Mélies d’argent du court métrage à Espoo en Finlande et Prix Hans Christian Anderson à Odense au Danemark) qui était une sorte de pré « Two Eyes Staring ».

CONCLUSION

Vous l’aurez compris en lisant nos louanges, « Two Eyes Staring » est un excellent premier long-métrage d’un réalisateur à suivre. Un film à découvrir, à voir, et à revoir, et à ranger dans sa dvd thèque aux côtés des pièces maitresses (pré-citées en indtroduction) du genre.

TWO EYES STARING
EDITION SIMPLE DVD

Titre original : Zwart water
Film Hollandais Belge (2010)
Durée  : 1h47

Réalisation  : Elbert van Strien
Scénario  : Elbert van Strien, Paulo van Vliet
Producteurs  : Claudia Brandt, Elbert van Strienf
Musique originale : Han Otten, Maurits Overdulve
Image  : Guido van Gennep
Montage  : Herman P. Koerts, Elmer Leupen
Distribution des rôles : Saida van der Reijd
Création des décors : Anne Winterink
Direction artistique : Romke Faber
Création des costumes  : Mariella Kallenberg
Maquillage  : Erik Hillenbrink, Bas van Heemsbergen

Casting  : Hadewych Minis, Barry Atsma, Isabelle Stokkel, Charlotte Arnoldy

DVD9, Pal, Zone 2, Couleur
Langues  : Français, Néerlandais
Sous-titre : Français
Format Image : 2.35 16/9 compatible 4/3
Format son : Dolby Digital 5.1

BONUS
- Le making of (23 minutes)
- Le visage caché - court métrage d’Elbert van Strien

Edition/Distribution : Accento Films / Zylo
Prix conseillé : 14,99€


LIEN(S) YOZONE

=> L’interview exclusive d’Elbert van Strien
=> La bande annonce (vost)

INTERNET

Le site du film : http://www.2eyesstaring.fr
Le site de Zylo : http://www.zylo.net


2011 Zylo Accento Films - Tous droits réservés



Bruno Paul
22 juin 2011






JPEG - 25.3 ko



JPEG - 12.8 ko



JPEG - 9.8 ko



JPEG - 5.6 ko



WebAnalytics