YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ao Le Dernier Neandertal
Édition Simple DVD & BR - UGC ed. - TF1 Vidéo dist.
2 février 2011

Heureux qui comme Ao fit un dernier voyage et s’en revint au pays de ses ancêtres, riche de son odyssée et amoureux !
Jacques Malaterre s’essaie au cinéma, sans renier ses ambitions éducatrices, pour un film sensible et émouvant.

Une très belle édition DVD simple avec de vrais suppléments dedans (UGC ed. - TF1 Vidéo dist.) !



LE SUJET


30 000 ans dans le passé, nord de l’Europe : Ao, est le dernier survivant d’une petite tribu d’hommes de Neandertal décimée par la maladie, attaquée par les bêtes fauves ainsi que par une nouvelle espèce particulièrement agressive, l’Homo Sapiens.
Ao, seul et isolé, inconsolable d’avoir perdu sa fille qui venait de naître, décide de rejoindre la terre de ses origines avec l’espoir de retrouver son frère, Oa.
Mais le temps de l’homme de Neandertal n’est-il pas arrivé à son terme et l’extinction de son espèce tout simplement programmée sans qu’Ao n’y puisse rien changer ?

CE QUE L’ON EN A PENSÉ


Réalisateur de « Ao Le Dernier Neandertal », Jacques Malaterre, également co-scénariste du film, s’est inspiré du roman « Ao, L’Homme Ancien », premier volume de la trilogie intitulée « L’Odyssée du Dernier Neandertal » de Marc Klapczynski (Éditions Aubéron) .
Déjà réalisateur de nombreux documentaires à grands succès sur la préhistoire et les temps anciens (« L’Odyssée de l’Espèce » en 2003, « Homo Sapiens » en 2005 et « Le Sacre de l’Homme » en 2007), Jacques Malaterre s’est forgé une solide réputation dans le milieu de la production télévisuelle ainsi qu’auprès des préhistoriens et scientifiques dont il n’a jamais cherché à travestir à son profit les grandes connaissances recueillies sur ces sujets.
Son film est donc sérieusement documenté, s’appuie en grande partie sur des découvertes confirmées -y compris les plus récentes- et s’autorise une seule licence : celle de donner un langage à Neandertal ; une audace validée par de nombreux spécialistes du sujet dont Y. Coppens ainsi que par les dernières avancées de la recherche génétique.
Les amateurs de SF noteront d’ailleurs que l’écrivain Pierre Pelot est impliqué dans la création et la mise au point de cette langue.

JPEG - 55 ko


Loin de vouloir recréer « La Guerre du Feu », Jacques Malaterre est un passeur de connaissances et le créateur d’un conte sensible et touchant. On peut d’ailleurs regretter que le réalisateur soit resté un peu trop sage car à trop vouloir respecter les acquis scientifiques, il en oublie parfois qu’il ne tourne plus un documentaire mais bien une œuvre de fiction. Ainsi on supporte assez mal les deux voix off, convenues et didactiques, qui sont sensées être celles d’un Neandertal et d’une Cromagnon (l’édition Blu-Ray proposant fort justement une version vierge de ces voix, mais pas l’édition DVD). Elles parviennent très vite à être franchement horripilantes et irritent tout comme celles entendues dans « La Marche de l’Empereur » ou des manchots parlaient comme vous et moi, qui plus est en version polaire-gnangan.
Un choix contestable donc, mais qui n’a pas de quoi effacer les aspects les plus séduisants de ce film néanmoins. Ainsi, l’idée qui consiste à faire de Neandertal un homme profondément respectueux de mère nature, totalement adapté à son milieu, en opposition avec Cromangnon dont le développement implique un combat sous jacent et évolutif avec son milieu, est un point fort, suscitant respect et intérêt. La génération des quadras et quinquas retrouvera dans la volonté de Ao de ne point tuer ses ennemis un clin d’œil (involontaire ?) à Rahan, le fils de Crao (la série BD hexagonale la plus célèbre par chez nous sur la préhistoire de l’humanité malgré ses aspects totalement fictionnels et incroyables).
Dans cet « Ao, Le Dernier Neandertal », les paysages sont le plus souvent beaux, vides de toute présence humaine, les rares tribus croisées s’avérant crédibles dans leur humanité tout comme dans leur sauvagerie.
Les bonnes âmes reprocheront un côté romantique et un peu facile à une fin qui correspond pourtant bien à l’interprétation actuelle des dernières données scientifiques. En effet, la génétique a confirmé que l’européen moyen possède toujours entre 1% et 4% des gènes de Neandertal dans son patrimoine de Sapiens Sapiens (les deux espèces se sont donc rapprochées dans tous les sens du terme).
Il est à noter que les enfants accrochent parfaitement à l’esprit du film même si quelques scènes un peu violentes ainsi qu’une ou deux évocations de la sexualité rustique de ces temps lointains mériteront peut-être d’en contrôler la vision au préalable (en fonction du degré de maturité de vos bambins).

Grâce à l’empathie que l’on développe pour son personnage principal, « Ao Le Dernier Neanderthal » n’est pas sans rappeler par certains aspects le très beau et méconnu « Iceman » (1984) de Fred Schepisi (qui pour la petite histoire connu une déclinaison vidéo X surprenante –et intéressante, si, si- sous le titre de « Icewoman » en 1993 avec la très vigoureuse Ashlin Geere).
Mais basta des références borderline et savourez plutôt cette œuvre de Jacques Malaterre qui amène le cinéma Français sur des terres imaginaires où il va rarement.

L’ÉDITION DVD


Pour une fois, il convient de souligner qu’une édition DVD simple comprend de vrais suppléments. Si le making of sur le tournage vaut surtout pour ces aspects techniques et quelques anecdotes marrantes, le documentaire (« Papa Neandertal ») est par contre une véritable œuvre en soit qui légitime l’achat du DVD à elle seule, ne serait-ce pour la qualité des témoignages scientifiques proposés.
Côté transfert son (2.0 et 5.1) et image (2:35), rien à redire, le travail est propre et net. Ao n’est pas Rambo et donc nulle explosion compliquée n’est à gérer. Tout au plus, la latéralité des sons et des ambiances aurait-elle peut-être méritée un travail un peu plus ambitieux, quitte à atténuer certains passages (voix off et musique) qui ont tendance à nous « envahir » les oreilles inutilement.
On note également l’inclusion de sous-titres pour sourds et malentendants, petit plus suffisamment rare dans le monde de l’édition numérique Française pour être dignement signalé.

CONCLUSION


Jacques Malaterre oublie le principe du documentaire et s’essaie au cinéma dans un premier film très sympathique et émouvant. L’édition DVD de « Ao Le Dernier Neanderthal » bénéficie en outre d’un véritable plus grâce à des suppléments intéressants, que dis-je, passionnants. Si vous avez raté ce film en salle, il conviendrait de l’inclure dans votre programme d’investissement numérique !

AO LE DERNIER NEANDERTAL


ÉDITION DVD SIMPLE

JPEG - 48.4 ko


Film Français (2010)
Réalisation : Jacques Malaterre
Scénario et adaptation : Philippe Isard, Jacques Malaterre, Michel Fessler
D’après le roman : « Ao, L’Homme Ancien » de Marc Klapczynski (Éditions Aubéron)

Avec Simon Paul Sutton (Ao), Aruna Shields (Aki), Craig Morris (Boorh - Itkio), Helmi Dridi (Aguk), Yavor Veselinov (Aka), Vesela Kazakova (Unak), Sara Malaterre (Wama), etc.

Site Internet officiel du film

DVD9, Pal, Zone 2, Couleurs
Format image : 2:35
Format TV : 16/9 compatible 4/3
Son : Français en Dolby Digital 2.0, 5.1
Sous-titres : anglais, français pour sourds et malentendants.

Édition Blu-Ray (non testé)
Format Image : 2 :35
HD : 1920 X 1080 P
Durée : 84 mn env.
Version audio : le film en DTS-HD Master Audio 5.1 et 2.0
Made in Neandertal : le film en 5.1 sans voix off
Sous-titres : anglais, français pour sourds et malentendants.

SUPPLÉMENTS
- Papa Neandertal (1h 05’, VF) : un documentaire de Morad Aït-Habbouche tout simplement passionnant.
- Making of du film de Patrick Glaize (26’) : un making of qui n’est pas simplement promotionnel mais intéressant, on adhère !
- Livret pédagogique : entretien avec Jacques Malaterre, les coulisses du tournage, entretien avec la préhistorienne Marylène Patou-Mathis, etc,.

Édition : UGC Vidéo
Distribution : TF1 Vidéo
Crédits photos : Patrick Glaize
Presse : Darkstar Presse (Paris)
Parution DVD & BR : 2 février 2011
Prix public conseillé : 19,99€ DVD - 24,99€ BR

JPEG - 75.9 ko

Copyright du film : © 2010 UGC YM – FRANCE 2 CINEMA. Tous droits réservés.



Stéphane Pons
7 mars 2011






JPEG - 37.4 ko



JPEG - 30.2 ko



JPEG - 32.3 ko



JPEG - 17.2 ko



JPEG - 28 ko



JPEG - 13.7 ko



JPEG - 14.6 ko



WebAnalytics