Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Andreas ramène Capricorne à New York
Le Lombard
sortie le 14 janvier 2001

Réunir Andreas et New York est un pari forcément audacieux qui confine au vertige architectural. L’auteur considère volontiers New York comme « la Ville, avec un grand V » et éprouve une fascination graphique pour les univers urbains.

« Rork », « Arq » et « Capricorne », la trilogie fantastique d’Andreas, des oeuvres complexes dont les personnages se croisent dans un univers aussi dense que torturé.



Inspiré par les auteurs de comic books comme Bernie Wrightson, Neal Adams, Barry Windsor-Smith ou Alex Toth, il donne un sens particulier à chacun de ses albums. Cassant le format à l’identique du collectionneur (« Arq ») ou jouant de codes précis comme cette couverture blanche pour un album totalement muet de « Capricorne »(T12). Chaque album donne lieu à de nouvelles expérimentations. C’est souvent déroutant, jamais dénué d’intérêt, ni de trouvailles remarquables.

C’est qu’Andreas revendique la différence, il recherche la difficulté et l’évolution permanente dans la narration et la mise en scène de ses albums. Dans un univers délimité depuis longtemps, il s’ouvre des portes pour repousser les limites du 9e Art dont il est un des plus prodigieux dessinateur.

« Capricorne » est donc de retour à New York, pour un tournant majeur dans cette grande œuvre.
Dès les premières pages du premier tome, la prophétie qui lie l’astrologue à la « Grosse Pomme » est énoncée. Aujourd’hui, près de quinze ans après lesdites pages, le temps est venu de moissonner les grains semés. Dans la cité, une partie des immeubles a disparu, une moitié de la ville aurait glissé dans une autre dimension.
Et oui, il recommence !

Les perspectives sont sidérantes, la couverture annonce le crime, les pages alternent les visions d’une ville coupée en deux, comme ce titre moitié en noir, moitié en rouge.
Deux couleurs pour deux facettes d’un récit où les gratte-ciel n’auront jamais autant mérité leur nom. Renvoyant à un Miyazaki sous amphet et à une violence qui baigne dans le rouge le plus sanglant.
Contrasté, c’est « Capricorne », qui revient séduire, torturer et ravir notre esprit.


Capricorne (T15) New York
Andreas (scénario et dessin) et Isabelle Cochet (couleur)
48 pages couleur - 11,95 €
Le Lombard (collection Troisième Vague)


Lire sur la Yozone : Arq et Andreas


Du même auteur :

- « Rork », 7 albums parus au Lombard.

- « Capricorne », 15 albums parus au Lombard. La série en comptera 20.

- « Arq », 13 albums parus chez Delcourt. Intrus en sera le quatorzième, à paraître en 2011. La série en comptera 18.


Illustrations © Andreas - Le Lombard (2011)


Fabrice Leduc
25 janvier 2011






JPEG - 16.4 ko
« Capricorne » au Lombard



JPEG - 57.2 ko



JPEG - 13 ko
Il avait osé !



JPEG - 55.4 ko
« Arq » chez Delcourt



WebAnalytics