YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Walking Dead (T02) Cette vie derrière nous
Robert Kirkman et Charlie Adlard
Delcourt

Atlanta ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Rick n’en revient pas que son meilleur ami, Shane, ait pu vouloir le tuer. Et surtout, il ne lui pardonnera jamais d’avoir fait de son fil Carl un meurtrier. Certes, c’était pour le portéger lui, mais c’est un poids bien lourd pour un enfant. Après l’assaut des zombies, les survivants d’Atlanta font leurs bagages et partent tous dans le camping car de Dale. La route va leur apporter des surprises, parfois bonnes comme leur rencontre avec Tyreese, ce colosse noir accompagné de sa fille Julie et son ami Chris. Mais la chance peut être aussi une véritable chienne. Quand ils découvrent une résidence protégée, nos survivants rêvent de pouvoir s’intaller dans de vraies maisons, dormir dans de vrais lits. Oui, il restait quelques résidents dans la maison qu’ils ont investie mais ce n’était qu’un problème mineur... Sauf que ce n’était pas les seuls.



Certains arrivent mais malheureusement d’autres partent et cette fois, nos survivants ne pourront enterrer leur mort. Affamés, les voila réduits à chasser. Mais quand le malheur vous tient ! Carl est touché par une balle perdue, celle d’un chasseur du dimanche que Rick est à deux doigts d’étriper. Toutefois, le jeune Otis va se rattraper en les emmenant auprès de celui qui l’a recueilli et qui semble avoir des connaissances en médecine. Voici le groupe de survivants devenir les squatters de la ferme de Hershel, le sauveur de Carl. Ce coin semble idylique, un havre de paix totalement entouré d’une clôture. Rick pense avoir trouvé l’endroit idéal pour que s’achève leur errance, mais Hershel a un petit secret, une grange remplie de zombies...

JPEG - 45.2 ko

Comment réagiriez-vous si vous deviez perdre un être cher ? Voila une question existentielle que nous pose Robert Kirkman dans ce tome. Et le scénariste va nous offrir trois réactions possibles...

Bon deux, car celle de Rick est faussée puisque son fils va survivre. D’ailleurs, ce sera le seul blessé par un humain et non un zombie. Pour Rick, c’est assez primaire : oeil pour oeil, dent pour dent. Plus compliqué quand le tueur est un zombie et que vous devez survivre pour vos enfants. Et là deux options sont proposées par Kirkman : la pure déprime, quitte à abandonner les siens et se détruire. Ce personnage (que nous garderons secret pour ceux voulant le découvrir dans la BD) ne s’en sortira pas vraiment, on sent bien une analyse vraiment pertinente de la dépression, cette plaie de notre époque et comment la perte d’un être cher peut vous détruire.
L’autre option est de vivre dans une totale utopie, comme un Hershel convaincu qu’il pourra soigner son fils transformé en zombie. Quelque part, il s’agit encore ici d’une forme de déprime, mais où le dépressif vit dans l’illusion quitte à mettre en danger les siens et lui-même. L’homme va perdre le sens des réalités et préférer vivre dans l’utopie que d’accepter l’aide de ses semblables. Ajoutez y une pincée de paranoia et la réaction de Hershel est parfaitement compréhensible.

Ce deuxième tome marque l’arrivée de Charlie Adlard au crayon. Fini le style un peu cartoon de Tony Moore. Reprendre le dessin d’une série en cours ne signifiait pas, pour Charlie Adlard, abandonner son style propre. Les personnages vont donc prendre un aspect plus réaliste. Idem pourrait-on dire côté zombies qui prennent un aspect plus effrayant. Si le style change, l’ambiance est, par contre, bien préservée et ceux qui avaient apprécié le tome 1 pour cette atmophère particulière ne seront pas déçus. Nous sommes vraiment dans un bon survival horror où la part réservée aux personnages est prioritaire, et les expressions, les sentiments prennent aussi une nouvelle force, dès la scène d’introduction, pour l’enterrement de Shane, où Charlie Adlard nous prouve immédiatement que ses personnages vont vous donner la chair de poule, avec des traits de visages bluffants. Que ce soit dans les scènes calmes où les couples se forment ou les scènes d’action qui les défont, Charlie Adlard semble parfaitement à l’aise.

Oui, le changement de dessinateur n’a rien retiré à la série, voire même lui a conféré ce côté plus réaliste qui va scotcher les lecteurs pour de longues heures de lecture.


(T2) : Cette vie derrière nous
- Série : Walking Dead
- Scénario  : Robert Kirkman
- Dessin : Charlie Adlard
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Contrebande
- Dépôt légal : 6 juin 2007
- Format : 173x264 mm
- Pagination : 146 pages couleurs
- Prix public : 12,90 €
- Numéro ISBN : 2-7560-0972-8


A lire sur la Yozone : Walking Dead (T1)


© Editions Delcourt - Tous droits réservés



Frédéric Leray
1er décembre 2010






JPEG - 36.9 ko



JPEG - 26.1 ko



JPEG - 36.8 ko



JPEG - 30.7 ko



WebAnalytics