YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




5150 rue des Ormes
Edition Simple DVD - Bac Vidéo éd. - Aventi distri.
21 septembre 2010

L’histoire d’une étrange relation nouée entre Yannick, jeune étudiant en cinéma, séquestré accidentellement par la famille Beaulieu dont le pater familia est passionné du jeu d’échecs, épris de justice et sérieusement déglingué.
Un thriller québecois intrigant et original d’après un roman de Patrick Senécal.

Une édition DVD simple avec une version Française bienvenue pour le coup. Transfert honnête avec des pistes sonores 5.1 de bonne facture, mais un rendu des couleurs discutable (Bac Vidéo - Aventi).



LE SUJET


Yannick, jeune étudiant en cinéma, assiste par accident à l’exécution d’un inconnu dans un pavillon tranquille de banlieue.
Pourquoi Jacques Beaulieu, chauffeur de taxi et bon père de famille en arrive-t-il à de telles extrémités, Yannick n’en a aucune idée. Toujours est-il que témoin du drame, Yannick est aussitôt séquestré par toute la famille Beaulieu qui, le temps passant, s’accommode sans problème de la situation. De quoi s’inquiéter un tantinet...
Entre les mains d’un père que l’on découvre serial killer à la recherche de la pureté absolue, de sa fille, adolescente sérieusement perturbée, d’une mère qui ne jure que par Dieu et de la petite dernière qui ne dit mot, Yannick pourra-t-il échapper à la folie qui le guette ?
Pourtant, un jour, le père Beaulieu propose un étrange marché à Yannick : s’il le bât, ne serait-ce qu’une fois, aux échecs, il sera aussitôt libéré, sain et sauf, sans aucune contrepartie.
Mais comment arriver à battre un champion des échecs quand on ne l’est pas et comment être certain que le marché proposé sera respecté ?

JPEG - 42.1 ko


CE QUE L’ON EN A PENSÉ


Directement inspiré par le roman de Patrick Senécal (Alire), ce « 5150 rue des Ormes » récompensé par le Prix du Public au récent Festival de Gérardmer 2010, est plutôt une bonne surprise.
Certes, le film s’établit sur un ensemble de postulats frisant l’étrange dont le principal est la folie pure des nombreux protagonistes (raisonnée pour le père, irraisonnée pour les autres membres de la famille, en embuscade pour le kidnappé).
Néanmoins, la relative finesse du scénario, une réalisation bien tenue ainsi qu’une distribution impeccable (Marc-André Grondin convaincant, Normand d’Amour excellent, Sonia Vachon touchante et Mylène St-Sauveur séduisante et inquiétante) permettent à ce long métrage de tenir la distance sans susciter l’ennui, bien au contraire.
Comme dans tout film de genre, il convient bien évidemment d’accepter une suite d’enchaînements -logiques dans la narration, surréalistes en réalité- mais il ne s’agit pas d’un problème à surligner tant il est consubstantiel de ce type de démarche cinématographique.
Le mieux est peut être de se dire qu’il s’agit du récit du dernier kidnapping de la famille Beaulieu, clin d’œil facétieux du destin, qui leur met dans les pattes une victime innocente -alors que les prédécesseurs de Yannick ne s’étaient pas retrouvés là par hasard, d’après le père Beaulieu).

JPEG - 25.6 ko


Par contre, il nous semble que le scénario peine un peu à choisir certains axes secondaires qui auraient pu être mieux exploités.
En vrac, la religiosité de la mère, son attirance sexuelle pour Yannick, la folie (évidente) de l’adolescente, le handicap de la petite dernière de la famille, le traumatisme originel, etc. Autant d’espaces à explorer qui, s’ils ne sont pas ignorés, ne semblent pas pleinement digérés et intégrés par le scénario.
Ce « 5150 rue des Ormes » est néanmoins bien tenu, propose de découvrir des acteurs que l’on connaissait mal ou peu et impose une vision décomplexée de son sujet qui évite presque toujours le piège du voyeurisme sadique, largement sur exploité dans de nombreuses productions. On y apprécie également les scènes oniriques et clairement fantastiques consacrées aux différentes parties d’échecs.
Un Prix du Public 2010 à Gérardmer finalement justifié pour un film intéressant, sans grande faute de goût, qui aurait assurément mérité une sortie en salle hexagonale.

JPEG - 28.3 ko


L’ÉDITION DVD


On a beau être amateur des versions originales, il faut bien avouer que sans sous-titres en Français, la version québecoise est quasiment inaccessible au francophone moyen de la vieille Europe. La piste VF hexagonale arrondit les angles côté dialogues, mais le doublage semble vraiment plaqué avec difficulté sur les acteurs.
Les deux versions en 5.1 sont par contre assez efficaces et bien gérées avec même quelques effets arrières intéressants.
Que dire de l’image, très décevante, et donnant l’impression d’être issue d’un film dont le master aurait pris 20 ans dans les mirettes alors qu’il a été tourné en 2009. Les contrastes sont fades, les noirs plus proches du gris et l’ensemble semble avoir été délavé au point que la fluidité de la projection laisse parfois à désirer au visionnage...
S’agit-il d’un choix esthétique, on ne sait. En tout cas, c’est un peu surprenant.
Le versant bonus est minimal (bandes annonces, lien Internet), les interviews des quatre principaux acteurs étant intéressantes malgré un ton d’ensemble finalement très convenu.
Si l’édition DVD n’est pas scandaleuse avec une sérigraphie bien réalisée sur le DVD, on reste perplexe quant à certains choix techniques tout autant liés au contenu même du DVD (sous-titres absents) qu’à des effets colorimétriques peu énergisant.
Ce « 5150 rue des Ormes » est incontestablement un film à découvrir et donc un DVD à éditer, mais s’est-on vraiment concentrés sur les détails importants qu’est sensée offrir une version numérique ?

CONCLUSION


Cette adaptation du roman de Patrick Senécal est une bonne surprise cinématographique en soit, mais l’édition DVD déçoit sous certains aspects techniques.
Il n’en reste pas moins que les amateurs de cinéma de genre ont tout intérêt à découvrir ce « 5150 rue des Ormes », un film québécois de qualité, bien rythmé et doté d’une distribution aux petits oignons.

5150 RUE DES ORMES
ÉDITION DVD SIMPLE

Direct to Vidéo
5150 rue des Ormes
Film canadien (Québec) 2009
Durée : 1h 46’ 11’’
Interdit aux moins de 12 ans
D’après le roman : 5150 rue des Ormes de Patrick Sénécal (Alire)
Prix du Public, Festival de Gérardmer 2010
Fiche critique film Yozone

SITES INTERNET
- Le film (en Français)
- Patrick Senécal
- Bac Boutique (fiche DVD)
- Aventi & fiche film
- Alire (éditeur)

Réalisation : Eric Tessier
Scénario : Patrick Senécal et Eric Tessier
Photographie : François Dutil
Décors : David Pelletier
Costumes : Carmen Alie
Musique : Christian Clermont
Casting : Daniel Poisson, Pierre Pageau
Montage : Alain Baril

Producteurs : Josée Vallée, Pierre Even
Producteurs exécutif : Richard Speer, Nicole Hilareguy, Guy Gagnon, Patrick Roy

Avec Marc-André Grondin ( Yannick Bérubé), Normand d’Amour (Jacques Beaulieu), Sonia Vachon (Maude Beaulieu), Mylène St-Sauveur (Michelle Beaulieu), Élodie Larivière (Anne Beaulieu), etc.

Édition DVD Simple
Keep Case,
Zone 2, Pal, Couleurs, DVD 9, simple face double couches (6,51 Go) avec sérigraphie.
Son : Québécois Dolby Digital 5.1 (VO), Français Dolby Digital 5.1,
Image : scope 2.35
Vidéo : Format 16/9 compatible 4/3
Chapitres : 10, mais pas de menu dédié.

JPEG - 44.3 ko

Détails menu bonus (capture écran).

Bonus
- Entretiens avec l’équipe du film : interviews des quatre acteurs principaux, un rien dénuées de toute passion, ce qui pour un tel projet est un peu étrange.
- Bandes-annonces BAC Requiem for a dream, Nine Dead, Disgrace, Eyes of War.
- Liens Internet

Références : EDV 1774 - EAN 3 700447 510632
Éditeur : Bac Vidéo
Distribution : Aventi Distribution
Presse : Dark Star (Paris)
Parution : 21 septembre 2010
Prix conseillé : 14,99€

© Bac Vidéo, 2010.


Stéphane Pons
18 novembre 2010






JPEG - 30.9 ko



JPEG - 15.1 ko



JPEG - 38.9 ko



JPEG - 16.8 ko



JPEG - 13.9 ko



WebAnalytics