YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Tenebrae
Film français muet en noir et blanc de Réza Benhadj (2007)
Inédit

****



Genre : fantastique
Durée : 37 minutes

Avec Féodor Atkine (l’hôte), Rozine (Tenebrae), Ludovic Dudot (le professeur Toupet), Yann Montero (Féodor), Cathy Selena (Juliette Toupet), Laure Adryjak (Augustine), Miki Biblot (Schrek/L’hombre), Aude Boudet (L‘égyptienne), Michel Caumel (Le bossu), …

Paris 1920. Alors qu’elle assiste avec une amie à un spectacle de magie dans le quartier Montmartre, Juliette Toupet est enlevée par Tenebrae. Celle que l’on surnomme la femme aux milles visages en veut au prototype de machine à voyager dans le temps sur lequel travaille le père de la jeune femme. Mais contre toute attente, le professeur Toupet ne cède pas à la menace et convoque Féodore, son futur gendre, pour se rendre au château de Rinolofe et délivrer Juliette des griffes du génie du mal….

Présenté hors compétition en clôture des Utopiales 2007, le Festival international de Science fiction de la ville de Nantes, ce moyen métrage muet en noir et blanc, hommage au serial d’antan, a ravi le public Nantais. Il faut dire qu’avec son film Réza Benhadj explose le cadre de l’exercice de style un peu vain auquel on pouvait s’attendre. Cinéaste cinéphile, il ne se contente pas de réaliser un faux film des années 20, mais allie techniques de tournage du début du siècle dernier et modernité narrative, au moyen d’une bande son hypnotique de très bon goût, pour délivrer un film univers intemporel qui revisite tout un pan de notre culture populaire.

Son métrage débute d’ailleurs sur une séquence parlée, dans laquelle l’illustre Féodor Atkine, confortablement installé dans un fauteuil, introduit un film (muet cette fois) relatant les méfaits de la démoniaque Tenebrae. Un procédé de mise en scène qui, mine de rien, renforce l’impression du spectateur d’être projeté avec les personnages sur l’écran, surtout que dès lors la parole a fait place à l’ambiance sonore résolument moderne de la bande et fait perdre au public ses derniers repères.

S’ensuit une demi-heure d’aventure fantastique loufoque dans laquelle Réza Benhadj, à la fois coauteur, codesigner, réalisateur et coproducteur, régurgite les influences de Jules Verne, Mélies, Louis Fueillade, Murnau ou encore Tardi (l’auteur d Adèle Banc-Sec signant d’ailleurs quelques illustrations) sans que jamais son film ne perde cohérence. Le résultat est envoutant, voire même fascinant lorsque l’on sait que ce film a été produit avec des moyens dérisoires, des comédiens (exception faite de Rozine, également productrice et co-responsable des costumes) non professionnels et des décors, comme le château de Rinolofe, construit par le cinéaste en personne avec du carton, des rouleaux de papiers hygiéniques et du papier mâché.

Cela n’empêche pas son film d’être traversé de morceaux de bravoure, comme la confrontation dans la salle de torture où le cinéaste dut se résoudre à réaliser ses effets spéciaux en temps réel, ou encore la poursuite dans les corridors du fameux château, à la fois drôle et anxiogène. C’est d’ailleurs une autre particularité de « Tenebrae ». En surfant sur les références, en entrechoquant les ambiances, c’est, à l’instar de son héroïne, un film aux milles visages. Un ovni filmique que l’on peut revoir périodiquement en ayant l’impression de regarder un autre film.

Ce qui est en revanche constant, et frustrant, c’est le teasing de Féodor Atkine, en conclusion de « Tenebrae » sur sa suite à venir : « Le mystères de la lagune ». En effet, qaue l’on regarde pour la première ou la dixième fois le film de Réza Benhadj, on a immédiatement envie d’en découvrir la suite. Malheureusement, malgré de nombreux prix récoltés dans des Festivals à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis, « Tenebrae » n’a pas trouvé distributeur en France et encore moins de producteur pour financer le sulfureux « Mystère de la lagune ». Le pitch en est pourtant prometteur. Grâce au plan de la machine du professeur Toupet, elle se propulse quelques années dans le futur, permettant à ce Fantômas au féminin d’entrée dans l’ère du cinéma parlant.


FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Réza Benhadj
Scénario : Rozine & Réza Benhadj

Producteur : Rozine & Réza Benhadj

Images : Réza Benhadj
Décors : Réza Benhadj
Costumes : Rozine & Réza Benhadj

Production : Labelloco

LIEN(S) YOZONE

=> Le serial interview de Réza Benhadj

INTERNET

La page Facebook de Tenebrae : http://www.facebook.com/olivier.col...



Bruno Paul
15 septembre 2010






JPEG - 12 ko



JPEG - 4.6 ko



JPEG - 14.1 ko



JPEG - 25.4 ko



JPEG - 15.4 ko



JPEG - 21.6 ko



WebAnalytics