YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Lovely Bones (The)
Test Blu-Ray - Edition Collector 2 BR - Paramount Home Entertainment
15 juin 2010

Peter Jackson a révolutionné le cinéma contemporain avec sa trilogie du « Seigneur des Anneaux » et le grand public a eu bien tort de ne pas découvrir ce superbe « The Lovely Bones » en salle.

Une très sérieuse édition double Blu-Ray débarque pour rattraper le coup d’une œuvre forte, intimiste, sensible et poétique.
Un très beau film dans un écrin numérique du même niveau.

Précipitez-vous !



LE SUJET


Susie Salmon, une jeune adolescente d’environ 14 ans qui a sauvé son frère de la mort, est la victime d’un serial killer, un voisin paisible et réservé que personne ne soupçonnera.
Après sa mort, pur esprit qui se détache peu à peu de sa vie terrestre, elle observe du « ciel » sa famille qui se désagrège à la suite à son assassinat ainsi que la traque infructueuse du meurtrier...
Mais au-delà de l’horreur des faits, l’espoir et la vie ely
des énergies bien plus puissantes que ce que l’on pourrait croire.


JPEG - 33 ko


CE QUE L’ON EN A PENSÉ


Petit préambule en guise de séquence énervement et de question lancinante : mais pourquoi avoir gardé le titre original américain « The Lovely Bones », incompréhensible pour le Français moyen, lors de la sortie en salle de cette adaptation très réussie du roman de Alice Sebold. Ben oui, alors que la traduction littéraire hexagonale offrait sur un plateau le très beau « La Nostalgie de l’Ange », autrement plus attirant et fidèle à l’esprit du film, quel intérêt y-avait-il à préférer le nom en vo pour le coup ?
Snobisme ? Contrainte contractuelle ? Nous n’en savons rien. N’empêche, avoir sous la main un titre aussi parfait en VF et jouer les intellos casses-bonbons du marketing branché avec trois mots d’anglais frise l’assassinat artistique.
En effet, « La Nostalgie de l’Ange » aurait au moins eu le mérite de planter le juste decorum d’un film en tout point superbe, certes noir, mais franchement poétique et optimiste.

Pour ceux qui ont découvert le réalisateur néozélandais avec sa version de « King Kong » ou l’adaptation de la trilogie du « Seigneur des Anneaux » de J.R.R Tolkien, il convient ici de rappeler qu’avant de révolutionner le cinéma de genre fantasy en imposant une nouvelle frontière cinématographique, Peter Jackson fut le réalisateur d’un très beau film intimiste : « Créatures Célestes » ainsi que le trublion qui balança les gore « Bad Taste » et « Braindead » ou le provocateur « Meet the Feebles ».
Bref, ce mec à des cojones et des idées, il suinte le cinéma par tous les pores de sa peau de saltimbanque.
Résultat ? « The Lovely Bones » est un superbe film qui n’a pas rencontré son public, a coûté 65 millions de dollars pour n’en rapporter qu’une petite quarantaine au mieux.
La presse spécialisée, sentant l’animal blessé, s’est majoritairement vengée des précédents succès publics du bonhomme, oubliant que Peter Jackson s’inscrivait avec « The Lovely Bones » dans la grande tradition imaginaire du cinéma hollywoodien -voire et aussi avec celle du cinéma Français d’avant-guerre.
Des périodes révolues où les réalisateurs et scénaristes n’hésitaient pas à aborder de tels sujets à destination d’un grand-public réceptif.
Alors évidemment, faute d’esbroufes techniques trop visibles ou trop intellos, il était très facile de faire semblant de passer à côté.

L’édition double blu-ray propose une première galette centrée sur le film et une seconde d’un bonus plus “hénaurme” qu’il n’y paraît. C’est carrément le journal de bord du tournage du film, au jour le jour, en plus de trois heures d’images et de son.

L’image (du film) est absolument somptueuse et réconciliera tous les amateurs de supports numériques avec les standards de compression bien utilisés. Nickel et sans faille, on le jure.
Côté son, la piste VO, sans atteindre des sommets dont le film n’avait pas besoin, s’impose sur une VF 5.1 par son ampleur discrète et la coloration sensible de ces ambiances. On ne ratera pas non plus la très belle BO de Brian Eno qui rend hommage, par son dénuement et sa retenue, à des compositeurs comme Satie.

JPEG - 34 ko


Le blu-ray de bonus est à l’image du personnage Peter Jackson : une leçon de cinéma qui impose de se réserver le temps nécessaire à son visionnage d’une seule traite -même si le séquence par séquence est gérable.
En effet, ce n’est rien moins qu’un making of géant qui vous est proposé (intégralement filmé en HD) dont l’intérêt ravira tous les fans de cinéma. Point marrant à souligner, Peter Jackson dans son introduction parle de “bonus DVD” alors que ces bonus sont seulement présents dans l’édition BR... Ah mon bon monsieur, les hasards de la production numérique, hein !

CONCLUSION


Un très beau film (et même un des meilleurs de l’année en cours) qui aurait mérité plus d’attention (et de succès) de la part des spectateurs.
Espérons que cette superbe édition double BR corrige le tir dans les grandes largeurs, ce « The Lovely Bones » le mérite.

JPEG - 25.1 ko


THE LOVELY BONES
BLU-RAY DISC TEST

Éditeur : Paramount Home Entertainment
Sortie : 15 juin 2010
Prix conseillé BR : 29,99€

Édition simple DVD
(non testée)
Audio : Français, Anglais
Son : Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, anglais, néerlandais
Prix conseillée : 19,99€

Liens Yozone (cinéma) : The Lovely Bones (BA, extraits, etc).

Réalisation : Peter Jackson
Histoire originale : Alice Sebold (d’après son roman)
Scénario : Fran Walsh, Philippa Boyens, Peter Jackson
Musique : Brian Eno

Blu-Ray 1 : le film
Format vidéo : 1080p - 2.35:1 - 16/9
Zone : toutes zones (A,B,C)
Audio : Français DD 5.1, Anglais DTS HD MA 5.1.
Audio non testés : Allemand, Espagnol, Italien en DD 5.1 et Anglais piste audio-descriptive
Sous titres : anglais et Français (et option sans)
Sous-titres non testés : Allemand, Danois, Anglais, Espagnol, Italien, Néerlandais, Norvégien, Finnois, Suédois, Anglais pour malentendants
Chapitres : 12 (menu dédié)

Blu-Ray 2
Bonus vidéo - Special Features
Audio : VO (Anglais)
Sous-titres : 30 langues et option sans

- Introduction de Peter Jackson
Les coulisses du tournage :
- Semaines 1 à 8 aux USA
- Semaines 9 à 13 en Nouvelle-Zélande
- Semaines 14 et 15 : effets spéciaux


Stéphane Pons
2 juillet 2010






JPEG - 24 ko



WebAnalytics